Ryanair dans le rouge : 35 millions d'euros de pertes au dernier trimestre 2013

 |   |  317  mots
Selon Michael O'Leary, la perte du mois de décembre est due à des promotions pour remplir ses avions. (Reuters/Yves Herman)
Selon Michael O'Leary, la perte du mois de décembre est due à des promotions pour remplir ses avions. (Reuters/Yves Herman) (Crédits : Reuters)
Pour la compagnie aérienne à bas coûts, il s'agit de la plus grosse perte depuis 2008.

Elle n'a pas fait pire depuis 2008. La compagnie aérienne irlandaise a annoncé lundi une perte de 35 millions d'euros pour les trois derniers mois de 2013, contre un bénéfice de 18,1 millions d'euros l'année précédente.

Baisse du prix des billets

Selon le PDG de l'entreprise, Michael O'Leary, ce revers est "entièrement dû" à une baisse de 9% du prix moyen des billets et à la dépréciation de la livre sterling. Il faut également ajouter des promotions destinées à remplir les avions.  

Dans le communiqué de résultats, il réaffirme la prévision du groupe d'un bénéfice de 500-520 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice clos fin mars. Il a ajouté que le prix moyen du billet devrait continuer de reculer  - de 8%  - au quatrième trimestre de l'exercice en cours, marquant ainsi un début de stabilisation après la baisse de 9% en octobre-décembre. 

Pas de révision à la hausse

En septembre dernier, l'entreprise avait déjà surpris en ne révisant pas à la hausse ses résultats annuels. Contrairement à son habitude, Ryanair avait tablé sur un bénéfice net en fin d'année dans le bas de la fourchette, voire légèrement en dessous. En cause, une baisse du revenu par passager sous l'effet d'une concurrence accrue.

>> Lire : Pour Ryanair, les bénéfices ne montent plus au ciel

Quasiment chaque année depuis plus de dix ans, la direction de la compagnie irlandaise à bas coûts avait en effet coutume de commencer son exercice fiscal (1er avril) en faisant une prévision de bénéfices annuels ultra-prudente pour ensuite mieux la réviser à la hausse au cours de l'année, parfois plusieurs fois. Une technique qui suscitait des commentaires élogieux sur le succès de cette compagnie.

>> Lire : Pourquoi le modèle d'Easyjet est plus solide que celui de Ryanair

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2014 à 14:23 :
Enfin une bonne nouvelle !!!
a écrit le 03/02/2014 à 14:07 :
J'ai voyagé une fois mais pas du tout contente, siège usagé et attente trop longue pour monter dans l'avion, je ne recommencerai pas l'expérience !
a écrit le 03/02/2014 à 13:24 :
Quand comprendra-t-on que Low-cost = low-services = low-respect = low-salaires = low-retraites = etc...ET = high-revenus pour les actionnaires (cf O'Leary et Niel chez nous...)
Je suis loin d'être un Crésus, mais tant que je pourrai le faire, j'éviterai totalement ce genre de fournisseurs qui se contrefoutent à la puissance 23 du consommateur (je ne dis pas client) dont il prétendent défendre le pouvoir d'achat ; ils n'ont pas honte du tout, pour eux nous sommes des troupeaux qui sont contents d'économiser 3 francs 6 sous sur un service et qui, de plus, vont dire merci !
a écrit le 03/02/2014 à 11:32 :
Michael O'Leary et Ryannair sont la caricature jusqu'au risible de la grosses multinationale avec tous ses abus et vices.
a écrit le 03/02/2014 à 11:25 :
Et n'oubliez pas les subventions honteuses des villes qui reçoivent cette "compagnie",aéroports qui sont des hangars avec un bout de piste!!!
Il crache sur tout ce qui est de près ou de loin étatique, mais ne refuse pas leur argent, honte à ce tout petit Monsieur très hargneux, je préfère rester chez moi que de voyager dans ces conditions....ma voiture, c'est ma liberté à moi ;)
a écrit le 03/02/2014 à 9:58 :
J'ai pris Ryanair il y a 5 ans et depuis 5 ans je dis qu'ils feront faillite un jour. Quand on se moque des clients et qu'on les traite comme du bétail, voilà ce qui arrive. Les prix affichés sont attractifs mais quand on rajoute tous les extras (bagages, frais pour paiement par carte, nourriture, pénalités, choix de la place...), les prix sont équivalents voire supérieurs à ceux des compagnies classiques pour un niveau de service bien moindre. Je ne parle pas des sièges pas confortables, des aéroports qui ressemblent à des hangars ou des fermes et du personnel exploité et donc désagréable au possible.
a écrit le 03/02/2014 à 9:49 :
Michael O'Leary encore un grand humaniste celui là et très apprecié de ses employés.
a écrit le 03/02/2014 à 9:42 :
il devrait plus exploiter leurs salariés encore; faire des réformes structurelle comme on dit en politique
a écrit le 03/02/2014 à 9:38 :
Peut-être que c'est aussi à cause des conditions de vol inacceptables?
J'ai pris pour la première fois Ryanair pour un vol aller-retour paris Dublin. Pendant les fêtes de fin d'année quand le vent soufflait pas mal. Malgré des vents très forts à Dublin, l'avion a décollé d'Orly, 1h plus tard, ne pouvant pas atterrir (toujours ces mêmes vents qui étaient là une heure plus tôt), ne pouvant pas faire demi touur non plus car pas assez de carburant. Le vol a dû se poser en catastrophe a Shannon (à l'autre boût du pays). Je dis en catastrophe, car les diverses crises de paniques, cris, et fous rires nerveux à l’atterrissage font prendre conscience du stress des passagers. On nous a "offert" gracieusement un voyage en bus Shannon - Dublin. Rien d'autre n'a été prévu pour nous dédommager ou s'excuser des événements... Pour avoiir discuté avec les autres passagers, ce genre de déroulement est fréquent chez RyanAir. Ceci à ajouter au personnel désagréable, au confort de l'avion inacceptable...
a écrit le 03/02/2014 à 9:29 :
JE SUIS ETONNE DE VOIR QUE RYANAIR EST DANS LE ROUGE . EN 2012 MON COMPTE A ETE PRELEVE 2 FOIS POUR LE MEME VOYAGE . APRES MAINTES DEMARCHES ET COURRIERS RECOMMANDES , JE N'AI TOUJOURS PAS ETE INDEMNISE . RYANAIR NE DAIGNE MEME PAS REPONDRE AUX COURRIERS .
C'EST UNE HONTE !!! !DROLES DE PRATIQUES COMMERCIALES .
a écrit le 03/02/2014 à 9:20 :
ça leur fera les pieds, leur modèle économique a atteint ses limites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :