Airbus Helicopters met le cap à l'est

 |  | 490 mots
Lecture 3 min.
Airbus Helicopters a signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e
Airbus Helicopters a signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e (Crédits : Airbus Helicopters)
Le constructeur franco-allemand a signé un protocole d'accord avec Bucarest pour installer une chaîne d'assemblage de Super Puma en Roumanie. Il a également en projet d'en créer une autre en Pologne s'il gagne un contrat de 70 appareils.

Cap vers les pays low cost pour Airbus Helicopters (AH). Après les États-Unis et le Mexique afin de produire en zone dollar, le constructeur d'hélicoptères tourne résolument le manche vers les pays de l'est. AH a d'ailleurs signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e, la toute nouvelle version de l'hélicoptère Super Puma lancée en 2012. Une cérémonie a été organisée à Bucarest à cette occasion en présence notamment du Premier ministre roumain, Victor Viorel Ponta, et de son ministre de la Défense, Mircea Dusa ainsi que du PDG d'AH, Guillaume Faury. Les négociations devraient durer jusqu'en 2015.

AH est également prêt à produire des Caracal en Pologne avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne une compétition portant sur l'acquisition par Varsovie de 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé entre 2,5 et 3 milliards d'euros. De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca (groupe Safran), installera une chaîne d'assemblage pour les turbines de l'EC725.

Pénétrer le marché militaire low cost

Cet accord permettrait à Airbus Helicopters de pénétrer le marché low dans le domaine militaire et des missions gouvernementales de type ONU, évalué à 2,7 milliards d'euros par an, sur lequel AH veut être désormais plus présent. Si le constructeur de Marignane a gagné récemment en Bolivie un joli contrat fin 2013 (six Super Puma AS332 C1e), il a toutefois perdu au Pérou une commande de 24 appareils en décembre 2013. Ce sont les Russes beaucoup moins chers (MI-17) qui avaient raflé ce contrat.

Ce partenariat avec IAR Brasov s'il était conclu devrait entraîner une baisse du prix de vente de cet appareil grâce à une baisse des coûts de production. Et donc de s'aligner sur les capacités financières des clients, qui cherchent des appareils à la fois rustiques et sûrs. Il permettrait en outre de prolonger la vie du Super Puma MK1, qui se vend à cinq exemplaires environ par an. Pas assez pour rentabiliser les équipements industriels.

Un partenariat de longue date

Industria Aeronautica Romana, fondée en 1925 et devenue IAR Brasov, a produit plus de 300 Puma et Alouette sous licence en Roumanie depuis le début des années 1970 pour des besoins nationaux et à l'exportation. En 2002, Airbus helicopters a créé une société commune (JV) avec IAR Brasov (170 salariés) pour réparer et entretenir des Puma et des SuperPuma. cette JV propose des contrats de maintenance à l'export. En 2012, la Grande-Bretagne a ainsi pris possession du premier Puma MK1 modernisé en Puma MK2 par l'usine roumaine.

Ce partenariat devrait également permettre de maintenir des emplois en France dans le domaine de l'avionique, des fabrications de composites et des transmissions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 16:58 :
Les.russes ont la foi en jesus christ et en dieu pensez y ds votre marketing pour vendre en russie ..ils sont. Pour le christ roi... Www le christ roi.. Com mettez des gens de foi orthodoxe pour traiter av moscou ...c est ce qui a manque a napoleon. Pour gagner contre moscou
a écrit le 20/01/2015 à 16:45 :
Je veux tripler le. Nombre d entreprises au cac 40 ....je veux construire des villes ecolo cles em.mains en forme d un V cache du.mot victoire.. ...napoleon l aurait fait
a écrit le 20/01/2015 à 16:25 :
Il faut une chaine tv des journaux la tribune et des echos et de l afp.. Economie . Et de reuters economy et de blomberg economie et de forbes economi
a écrit le 08/10/2014 à 9:14 :
si c'est pays commande americain
il n'auront pas d'usine alors ont encore baisser le pantalon
a écrit le 07/10/2014 à 11:21 :
aurions pu faire de bonnes affaires avec la Russie aussi, mais un irresponsable est passé pour tout saboter.
Réponse de le 07/10/2014 à 13:28 :
Je viens de rentrer de Moscou et je peux vous dire que le sentiment anti-européen (et que portant n'existait pas il y a une année) est de nos jours bel et bien présent chez les russes. On m'a souvent fait de repproches concernant la non-vente des Mistral, les sanctions et je pense que la rupture sera de longue durée. Peut-être qu'un jour il n'y aura même pas des sociétés françaises dans ce beau et immense pays qui est la Russie. Et c'est vraiment dommage, je peux aussi vous dire.
Réponse de le 08/10/2014 à 5:26 :
Cà changera quand Poutine le coupable ne sera plus là
a écrit le 07/10/2014 à 8:30 :
La politique européenne de "globalisation" continue : Airbus installe à l'est des usines dans des pays à main d'oeuvre bon marché (on préfère utiliser le nom anglais "low cost" pour ne pas parler de pays pauvre, ça fait plus chic) au détriment des emplois en France et en Allemagne demain. Des hélicoptères bon marché mais dans quel contexte politique?

Perso, je ne crois pas que les hélicos russes MI-17 ont raflé les contrats en Amérique du sud parce qu'ils sont moins cher, mais plutôt parce qu'ils sont excellents. Un général de l'armée de l'ar américaine, tout récemment en Afghanistan, a fait des grands éloges à cet appareil (MI-17), très performant en toutes situations.

La Bolivie n'achète pas européen parce qu'il y a trois ans, et sous ordres strictes de Washington, la France et l'Allemagne ont fermé leurs espaces aériens à l'avion du Présidente Evo Morales qui venait de Moscou, en l'accusant de transporter Edward Snowden. Les pays émergents ont fait des dures critiques à la France et à l'Allemagne et je pense que, tant que Evo Morales sera président, la Bolivie n'achètera pas des armements européens ni américains. Voilà la vraie raison du choix du MI-17 russe.
Réponse de le 07/10/2014 à 8:37 :
Une erreur s'est malheureusemnt glissée au deuxième paragraphe : " les hélicos russes MI-17 ont raflé les contrats en Amérique du sud NON parce qu'ils sont moins cher, mais plutôt parce qu'ils sont excellents." Désolé.
Réponse de le 07/10/2014 à 9:02 :
... sauf que la Bolivie A commandé des hélicoptères européens!!
Et des pièces seront bien exportées vers les usines de l'est par Airbus, créant ainsi du travail en France !
Mais vous préfereriez sans doute que les marchés des pays émergents soient abandonnés à la concurrence!!
Vous me faites penser à ces pilotes qui refusent que leur compagnie ouvre des bases en Europe avec sa filiale Transavia, préférant laisser la voie libre à la concurrence !!
Réponse de le 07/10/2014 à 9:54 :
Sauf qu'il vaut mieux un Easyjet qui achète massivement des Airbus A320 qu'un Transavia qui s'équipe en Boeing 737. Donc vive la concurrence à Air France!
Réponse de le 07/10/2014 à 13:30 :
A la différence qu'Air France est une compagnie 100% française et Airbus est une compagnie où la participation française n'est que de 35% avec d'autres. Nuance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :