Le logiciel de paie des armées Louvois distille encore son poison

 |   |  1071  mots
Le ministère de la Défense a envoyé 118.000 lettres pour réclamer les trop versés aux militaires en 2013
Le ministère de la Défense a envoyé 118.000 lettres pour réclamer les trop versés aux militaires en 2013 (Crédits : reuters.com)
Le fameux système Louvois entraîne toujours des surcoûts pour le ministère de la Défense. Le ministre de la Défense attend le déploiement d'un nouveau système en décembre 2015.

Décidément le logiciel de paie des armées Louvois n'en finit toujours pas de distiller son poison... près d'un an après sa mise à mort par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Même si cela va toutefois un peu mieux. En septembre, les dépenses au titre du plan d'urgence lancé en septembre 2012 par le ministre pour assurer le versement des soldes des soldats sont en effet "plus faibles qu'antérieurement : 500.000 euros contre 1 million en début d'année", comme l'a révélé le secrétaire général pour l'administration (SGA) Jean-Paul Bodin, lors de son audition à l'Assemblée nationale du 8 octobre. Mais, force est de constater qu'elles se poursuivent à bon rythme alors que l'armée fait le plus gros effort en matière de réduction d'effectif au sein de l'État (80.000 suppressions de postes entre 2009 et 2019).

Déstabilisés par les coupes massives et entraînée dans des opérations extérieures de plus en plus nombreuses, les militaires et leur famille commencent à trouver le temps long, trop long pour stabiliser la paie comme en témoigne la lettre ouverte d'une femme de militaire adressée à Jean-Yves Le Drian.

En outre, selon Jean-Paul Bodin, la seconde partie de la campagne de régularisation "ne va pas sans difficulté puisque ce sont au moins 118.000 lettres qui ont dû être envoyées pour réclamer les indus de 2013. Lorsque les personnels ont quitté le ministère et sont à la recherche d'emplois, la marge de manœuvre du Trésor public s'avère très faible". Ce second volet est en cours depuis le début de l'année et se poursuivra en 2015, précise le SGA.

Régulariser chaque militaire

Ce n'est pas nouveau mais les anomalies de Louvois se traduisent encore "par d'importants indus de paye et de moins-verser aux administrés". Aussi, la seconde partie de la campagne de régularisation vise à traiter la totalité des dossiers et des anomalies : "il s'agit de calculer et de régulariser, pour chaque administré, le solde entre les paiements qui lui sont dus et les versements qui lui ont été effectués par ou hors Louvois, et de mettre ainsi ses droits à jour, a expliqué Jean-Paul Bodin. Cette campagne permettra non seulement de rétablir chaque administré dans ses droits, en lui versant ses dus, mais aussi de préserver les droits de l'État et le budget du ministère en recouvrant les sommes versées indûment".

Interrogé sur le coût de ces tâches administratives, le SGA a répondu qu'il "n'a pas été procédé à une analyse du coût de recouvrement de l'indu par euro récupéré, ne serait-ce que parce que nous sommes loin d'avoir tout récupéré, et qu'il est difficile d'évaluer les moyens que nous devrons mettre en œuvre pour cela. Ainsi, après avoir dû augmenter à plusieurs reprises les effectifs du centre expert des ressources humaines et de la solde (CERHS) de Nancy, nous examinons l'organisation à mettre en place pour mener à bien la campagne de recouvrement 2015-2016". Selon le député du Var, Philippe Vitel, co-auteur d'un rapport sur l'exécution du budget 2013, le ministère de la Défense a dû recruter 100 personnels civils au titre de la fiabilisation de Louvois au CHRS de Nancy.

Un nouveau logiciel de paie en décembre 2015

"Il est urgent de pouvoir disposer d'un nouvel outil", a estimé le SGA. Le calendrier du remplacement de Louvois est jalonné par deux rendez-vous important : présentation de prototypes de logiciel de paie en décembre 2014, fournis par les candidats au cours du dialogue compétitif, et premier déploiement en décembre 2015. "Le déploiement complet devrait être effectif en 2017", a expliqué Jean-Paul Bodin. Un calendrier qui semble très ambitieux, selon un observateur. Le ministre a confié à la direction générale de l'armement (DGA) le projet. Ainsi, le dispositif s'articule autour d'une équipe composée d'un binôme formé par le directeur de programme, appartenant à la DGA, et l'officier de programme, appartenant à la direction des ressources humaines du ministère (DRH-MD). L'équipe est actuellement composée de 12 personnes (17 en 2015) de la DGA et de 17 (23 en 2015) de la DRH-MD.

La procédure de passation de marché retenue, un dialogue compétitif, a débuté par la publication de l'avis d'appel public à candidatures le 1er février 2014. Le dossier de consultation des entreprises a été envoyé le 18 avril aux trois groupements sélectionnés :  l'américain Accenture associé au canadien CGI, le français Atos associé à Steria et enfin Sopra et sa filiale HR Access, selon nos informations. Le premier tour de dialogue a eu lieu du 13 juin au 24 juillet. Le suivant aura lieu au quatrième trimestre 2014 et les offres finales sont attendues début 2015, pour une notification au premier semestre 2015. Jean-Paul Bodin n'a pas communiqué les montants budgétés en raison de la compétition en cours. "Il va de soi qu'il y a une limite" en matière de coûts, a-t-il toutefois rappelé.

Les enseignements de ce flop

Après Louvois, le ministère "s'est efforcé de tirer le plus d'enseignements possible des difficultés rencontrées avec Louvois, en mettant en place, en début d'année, une procédure de revue régulière des devis et des projets", a expliqué le SGA. Ainsi, comme c'est déjà le cas pour les programmes d'armement, pour chaque étape à franchir, un audit doit être réalisé par une délégation aux Systèmes d'Information d'Administration et de Gestion (SIAG), mise en place en 2013 et dirigée par un ingénieur de l'armement.

 Référé de la Cour des Comptes sur le système de paye Louvois

Réunie tous les deux mois, une commission des SIAG "se voit remettre un point de situation sur les programmes, en particulier les plus critiques, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas dotés d'un responsable clairement identifié, ceux faisant l'objet d'une dérive en termes de délais ou de coûts ou encore ceux où surviennent des difficultés techniques". Ce dispositif a été étendu aux responsables des systèmes d'information et de communication (SIC) de l'ensemble des états-majors et services qui effectuent eux-mêmes une revue des dossiers avant de les présenter en commission SIAG. Un système de pilotage qui apparait enfin très serré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2014 à 22:00 :
Depuis 2012 ils réclament mais eux ils ne régularisent pas les non perçu pourquoi? Exemple les congés de fin de compagnes, les indemnité forfaitaire de congés pour les personnels qui étaient affectées à l’extérieur de la métropole
a écrit le 22/10/2014 à 3:57 :
Et ma question reste:
Pourquoi les cadres militaires qui travaillent au SGA/DRH-MD ne sont-ils pas payés par Louvois?
Pourquoi les OG2S (5 000 personnes) ne sont-ils pas payés par Louvois?
S'il y a une raison valable, au regard de la troupe, qu'on nous la dise.
a écrit le 22/10/2014 à 3:28 :
C'est faux.
Environ 150 libélés d'indemnités de solde, influent sur le traitement de paye des militaires et pas plus.(grade, échelle, échelon, position statutaire, position familliale, opex, mission...)
Encore faut-il pouvoir les comprendre(MOA) et les calculer(MOE) dans les programmes.
Ce qui a été fait au niveau de Louvois et que personne ne dira,
c'est la mise à jour de la réglementation induite par le niveau du logiciel:
Louvois est incapable de calculer ce truc=> on change la réglementation pour que ça passe.
En gros, j'ai un couteau incapable d'étaller du beurre sur une tartine
je change de couteau independamment de la qualité du beurre ou du pain.
Seul hic, les effets de bords.
Facile d'étaler, plus dur de justifier en fonction du pain.
Sur un pain de mie; le beurre rentre, sur un pain complet(avec des graines) c'est plus dur.
Comme Louvois est à l'image de ses concepteurs (omniscient), et adoubé par le MINDEF no recours.
C'est Clémenceau qui disait:"quand j'entends les talons claquer, je sens les esprits se fermer",
il avait pas forcément tord.
a écrit le 21/10/2014 à 21:23 :
J'avais lu une fois qu'il y avait 1200 primes différentes à gérer dans le système. Pour qu'un logiciel soit envisageable, il faut tout d'abord SIMPLIFIER le zinzin avant de le coder, sinon, c'est ingérable.
a écrit le 21/10/2014 à 19:25 :
Pourquoi est-ce que les cadres militaires qui travaillent au SGA/DRH-md, ne sont pas payés par Louvois comme tout le monde? C'est d'ailleurs pareil pour les Généraux et les OG2S.
Si Louvois était si bon, il pourrait calculer tout le monde non?
Réponse de le 21/10/2014 à 21:20 :
Ça devait être généralisé à toutes les armes, et aux gendarmes aussi, etc etc... Mais vu le fourbi, patience....
Réponse de le 22/10/2014 à 2:33 :
Je veux juste dire pourquoi deux poids et deux mesures?
Louvois d'un côté pour les troupes et autre chose pour les cadres militaires
5 000 OG2s); les troupes méritent moins?
a écrit le 21/10/2014 à 17:24 :
Ce que vous ne dites pas c'est qu'un grand nombre de ces fameux "indus" sont faux. le ministére réclame des sommes, par fois colossales et jamais versées, à bon nombre de militaires.
Pour éviter les saisies sur solde, nous sommes obligés de nous lancer dans des procédures épuisantes voire couteuses quand il faut aller jusqu'au tribunal.
c'est louvois qui calcule les paiements indus: personne ne se demande pourquoi dans ce cas là il ne ferait pas d'erreurs ?
Réponse de le 21/10/2014 à 19:27 :
Pour avoir travaillé sur le dossier, j'aimerais que vous m'expliquiez en quoi c'est Louvois qui calcule les trop versés (indus) et moins versés ? Tout cela est calculé sur du réel, grâce à des outils et des logiciels autres que Louvois, par des agents qui travaillent au CERHS. Alors, n'affabulez pas svp.
Réponse de le 29/10/2014 à 18:23 :
arrêtez votre langue de bois....trop d'exemples vécus pour être crédible

exemple = versement fictif de 300 000,00 euros / rattrapage du fisc / recours / impossibilité du CERHS de dire où a été verse cet argent....
a écrit le 21/10/2014 à 12:29 :
Qui a construit ce logiciel désastreux?
Les responsables devraient être devant la justice pour répondre de leurs actes !
Nos militaires se sacrifient et la réponse de la Nation : Un logiciel de paie dégueulasse et qui fragilise les familles de militaires ... Pas étonnant que le moral soit bas.
Réponse de le 21/10/2014 à 12:43 :
Il faudrait savoir combien ca coute au pays
Qui est responsable
Et qui ira a saint pierre emiclon pour les 10 ans qui viennent
Réponse de le 21/10/2014 à 14:21 :
C'est très certainement un logiciel de fabrication américaine ou canadienne, l'armée française a été obligé de l'utiliser pour des questions de "normalisation" entre les forces de l'OTAN. Les US trouvent toujours des alibis. C'est triste voir notre pays dégringoler d'une telle façon.
a écrit le 21/10/2014 à 11:12 :
L'incompétence de nos élites qui ont fait soi disant de grandes écoles !
a écrit le 21/10/2014 à 10:48 :
Quand on fait appel a des marchands de viande (SSII), il faut pas s etonner du resultat final. La c est tombe sur Steria mais ca aurait pu etre cap ou altran
Réponse de le 21/10/2014 à 10:57 :
C'est ça, le moment où la France quittera l'OTAN tout ces bugs comme par magie vont disparaître.
Réponse de le 21/10/2014 à 15:02 :
Savez us que tous les logiciels sont produits par des SSII Y compris ceux qui font tourner les A380 par exemple.
Si vous comptez sur les informaticiens maison, vous risquez quelques déconvenues
a écrit le 21/10/2014 à 10:36 :
Sur des éléments aussi sensibles de la souveraineté nationale, il ne devrait même y avoir d'appel d'offres!!
La Défense devrait travailler en confiance avec des entreprises franco-françaises fiables!
Et ceci, même si les lois européennes disent que......
On voit déjà dans l'industrie de l'armement, les américains nous dictent nos ouvertures commerciales parce qu'ils maîtrisent certains composants.
Idem avec les allemands qui nous ferment certains marchés parce qu'ils ont un ministre écolo!
Sur certains sujets, la souveraineté et l'autonomie sont indispensables, question de survie!
Réponse de le 21/10/2014 à 10:55 :
La France doit quitter l'OTAN, impérativement. Les couacs s'accumulent de ce côté-là (espionnage, tir raté d'un missile, manque de moyens dans l'armée, accident entre sous-marins etc), l'empreinte anglo-saxonne n'est pas si étrangère que cela….
Réponse de le 21/10/2014 à 17:35 :
Il y a eu appel d'offres.

je suis sidérée par ces commentaires catégoriques de gens qui découvrent, n'y connaissent rien et se font des films irréels.L'Otan n'a rien à voir là-dedans.

Ca fait 2 ans que les militaires ne savent pas s'ils vont être payés le mois prochain, et vous n'en avez toujours pas entendu parlé?
a écrit le 21/10/2014 à 9:47 :
Hmmm…. à une époque où les NSA, HSBC e d'autres centres de renseignements font des attaques informatiques à des pays étrangers, rien n'exclu qu'il ne soit un "bug" causé par ces agences anglo-saxonnes. Cela crée l'embarras et jette le discrédit sur un service de l'armée française et c'est bien cela leur but. Il faut que notre armée utilise uniquement des logiciels "made in France" et dont les caractéristiques restent secrètes pour être à l'abri de telles interventions. Notre pays doit renforcer son armée et quitter l'OTAN, la source de tous les maux en Europe.
Réponse de le 21/10/2014 à 11:18 :
Votre histoire doit être vraie : l'Otan n'a plus de raison d'être depuis la dissolution du Pacte de Varsovie. Ce n'est donc n'est plus qu'une bureaucratie inutile qui essaie de se justifier en inventant des guerres. Ce qui était notre sécurité, à nous gens de l'Ouest, est devenue notre principale menace. Que Sarko aie fait revenir la France dans l'Otan est vraiment un truc nase (de plus..., hélas!).
a écrit le 21/10/2014 à 8:43 :
Je cite "une femme de militaires". Ah, elle est mariée à plusieurs militaires ? "de moins-verser aux administrés" ??

Veuillez corriger les trop nombreuses fautes, merci
a écrit le 21/10/2014 à 8:20 :
Encore un exemple de gabgie de l armée et il y en a plein d autre
Réponse de le 21/10/2014 à 17:32 :
CE n'est pas une gabegie de l'armée, c'est une gabegie des politiques. Ne soyez pas naif au point de croire que l'armée prend des décisions dans ce pays.
Par contre vous avez raison, il y a un paquet de gabegies dans ce pays, par exemple à l'EN.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :