Jean-Yves Le Drian a "décidé d'abandonner le système Louvois", un "désastre"

 |   |  311  mots
C'est un désastre, je n'hésite pas à dire le mot. Une vraie catastrophe, indigne d'un pays comme le nôtre , a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian.
"C'est un désastre, je n'hésite pas à dire le mot. Une vraie catastrophe, indigne d'un pays comme le nôtre ", a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian. (Crédits : Reuters)
Le ministre de la Défense a déclaré sur Europe 1 que ce système informatique de paiement des soldes, cause de nombreux dysfonctionnements depuis sa mise en service en 2011, "est un désastre" et qu'il s'agit d'une "vraie catastrophe, indigne d'un pays comme le nôtre."

"J'ai décidé d'abandonner le système Louvois". C'est ce qu'a affirmé Jean-Yves Le Drian ce mardi sur Europe 1. Ce système informatique de paiement des soldes a été la cause de nombreux dysfonctionnements depuis sa mise en service en 2011.

"C'est un désastre"

Le ministre de la Défense a aussi ajouté :

C'est un désastre, je n'hésite pas à dire le mot. Une vraie catastrophe, indigne d'un pays comme le nôtre (...) C'est un dispositif qui a été mis en oeuvre dans la précipitation, dans la confusion, alors que l'on a supprimé l'ancien dispositif sans vérifier que le nouveau marchait, ce qui a abouti à des situations extrêmement pénibles.

"Remettre en palce un dispositif plus robuste"

Jean-Yves le Drian doit expliquer sa décision aux militaires début décembre lors d'un déplacement à Vars (Haute-Alpes). En attendant, le ministre de la Défense a d'ores et déjà annoncé que ses services allaient  "remettre en place un dispositif plus robuste, qui va être préparé avec beaucoup de vigilance, qui va être expérimenté, et qui va se mettre en place dans les mois qui viennent (...) il faudra un gros travail de préparation "

"Je ne veux pas ajouter de la polémique à la catastrophe, j'assume l'héritage, même s'il est difficile"

"Je n'ai pas l'intention de recommencer la très mauvaise expérience que je viens de vivre. Je ne veux pas ajouter de la polémique à la catastrophe, j'assume l'héritage, même s'il est difficile", a conclu le ministre de la Défense.

Louvois, auquel a participé la société Steria, fournisseur du logiciel, a été mis en application en 2011. Steria a précisé à l'AFP qu'elle n'avait "pas développé le calculateur de soldes qui fait problème", ce système ayant été, selon elle, "développé par la Défense".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2014 à 9:47 :
dans un quotidien économique on pourrait donner le montant investi et la perte ???
a écrit le 08/12/2013 à 19:39 :
Très bonne et très opportune cette photo en appui du texte !
Comment voulez-vous qu'un pays soit bien dirigé, lorsque ses forces armées sont considérées comme quantité négligeables et méprisées par le pouvoir (l'ancien) et sans parler des drames que cela a provoqué dans certaines familles.
a écrit le 08/12/2013 à 10:12 :
Louvois enterré bien maintenant on fait quoi ?sachant que rédiger une fiche de paie c'est quelque chose de basic en soit quelque soit le statut de la personne .Donc la DGA va refaire une analyse déjà effectuée,elle va de nouveau se retrouver face à des officiers voulant introduire dans le logiciel la quadrature du cercle en fonction de leur besoin spécifiques ,jusque là tout va bien.C'est au moment de saisir les infos dans le logiciel que ça coince et que les vraies difficultés commencent sauf à vouloir centraliser et contrôler le bébé.Donc je dis bon courage à la DGA.
a écrit le 28/11/2013 à 21:17 :
Quel est le montant de cette nouvelle gabegie ?

Il ne suffit pas d'abandonner, mais il faut annoncer toute la vérité.
a écrit le 28/11/2013 à 12:57 :
Dans la droite ligne du plan calcul, du logiciel Chorus... Des branques qui établissent le cahier des charges et ne savent pas lire les réponses tordues des soumissionnaires avant de signer avec l'un d'eux, une frénésie française de modifier les règles en cours de route ajoutant des rustines sur des maquettes pas finies, et des deadline intenables aboutissant à signer des PV de recettes sans réserve. La reprise de ce projet avec le même type de déroulé ne donnera que le même résultat. Mais bon, ce ne sont que nos impôts...
a écrit le 27/11/2013 à 7:47 :
Et bien sur pas un responsable, pas une sanction...un seul payeur le contribuable...comme d hab...
a écrit le 26/11/2013 à 20:44 :
adm fr
a écrit le 26/11/2013 à 17:02 :
Décidément, l'héritage de ce M Sarkozy est bien couteux.
Réponse de le 26/11/2013 à 17:51 :
c'est tellement simple de le rendre responsable de tous les maux...finalement pour rester populaire il ne faut rien faire comme ses prédécesseurs!
Réponse de le 26/11/2013 à 19:27 :
non t'as raison, sarko n'a rien fait, il est innocent le pauvre ... Et il n'a pas fait augmenter la dette publique française de 600 milliards en 5 ans.
Réponse de le 26/11/2013 à 20:06 :
Et on ne vous parle de Chorus, le logiciel budgetaro comptable de l'Etat qui est une véritable usine à gaz, ou personne n'y comprend rien.
Réponse de le 26/11/2013 à 22:12 :
Ça dépend pour qui... Le patron qui a vendu ce logiciel fait surement partie de c'est proches, voir il a peut être rendu à Sarko une partie de ce que l'état a versé pour sa retraite ou sa campagne...
Réponse de le 27/11/2013 à 7:49 :
Querelle sterile car Sarko Mitterand Chirac etc.....on depense pour se faire elire pour son ego et son pertefeuille et ceux des copains...
a écrit le 26/11/2013 à 15:13 :
Etait chargé de vérifier que cela fonctionnait avant de mettre ce système en activité opérationnelle ?
Qui n'a pas fait son boulot ?
Combien cela nous a-t ‘il couté ?
Il serait plus que temps que toutes nos élites deviennent responsables légalement et financièrement s’ils avalisent un système qui ne fonctionne pas correctement.
Trop facile de dire j'assume quand on sait que de toute façon aucune sanction n'est prévue à l'encontre des élus qui ont avalisés ce logiciel.
a écrit le 26/11/2013 à 15:12 :
Je pense que la Steria peut dormir tranquille, elle ne sera pas poursuivie, le "bug" venant d'équipes internes à la Défense. Encore un grand succès franco-français dont nos militaires peuvent être fiers...
Réponse de le 26/11/2013 à 22:15 :
Ce logiciel comme tout les autres leurs ont été imposé... Au mieux la DGA a put donner son aval. Mais dans un cas comme celui là je ne pense pas que la DGA est été consulté. Quand ils achète Office c'est pareil.
a écrit le 26/11/2013 à 14:43 :
Malheureusement ce cas n'est pas unique car on confie la création de logiciels auprès de pontes de l'administration qui savent tout juste gérer leur messagerie.
On lance un projet avec le privé certes mais avant la recette on fait des essais et autres tests de compatibilité auprès des gestionnaires utilisateurs.
On éviterait ainsi de grosses dépenses et des prises de tête.
Il faut surtout une équipe pérenne derrière le programme. L'"armée" pourrait disposer de supers informaticiens en CDI pour assurer cette tâche.
Réponse de le 26/11/2013 à 22:16 :
Le but de ces logiciels qui arrivent est de supprimer les "humains" militaires...
a écrit le 26/11/2013 à 14:35 :
et alors pourquoi il ne porte pas plainte contre ceux qui ont fait ce truc ?
Réponse de le 27/11/2013 à 17:15 :
Il y a beaucoup trop de responsables haut placés vraisemblablement.
Réponse de le 27/11/2013 à 17:15 :
Il y a beaucoup trop de responsables haut placés vraisemblablement.
a écrit le 26/11/2013 à 14:25 :
Qui a décidé d'acheter le système et que va rembourser son fournisseur pour avoir été incapable d'assurer sa prestation de service?
Réponse de le 26/11/2013 à 22:17 :
Un ancien "petit" président...
a écrit le 26/11/2013 à 12:13 :
Le moment est très bien choisi pour embaucher quelques contrats d'avenir afin de tout calculer à l'ancienne..... ça couterait moins cher et on pourrait "inverser la courbe du chomage" . Aucune chance hélas, d'inverser la courbe de l'irresponsabilité!
a écrit le 26/11/2013 à 12:06 :
Combien ce désastre va coûter le contribuable (donc moi) et qui va être virer pour cela??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :