Comment l'Europe participe à la reconquête de la Lune et à la conquête de Mars

 |  | 716 mots
Lecture 4 min.
Pour le retour de l'Homme sur la Lune en 2024, l'Europe se met bien sûr dans les pas des Américains, qui ont lancé dans le cadre d'une coopération internationale (Etats-Unis, Europe, Japon et Canada) le programme Artemis
Pour le retour de l'Homme sur la Lune en 2024, l'Europe se met bien sûr dans les pas des Américains, qui ont lancé dans le cadre d'une coopération internationale (Etats-Unis, Europe, Japon et Canada) le programme Artemis (Crédits : Agence spatiale européenne (ESA))
Sous le pilotage de la NASA, l'industrie spatiale européenne s'est fait une place dans le programme lunaire Artemis et martien, Mars Sample Return. Elle va profiter d'une manne de près de 3 milliards d'euros distribuée par l'agence spatiale européenne.

Grâce à l'Agence spatiale européenne (ESA), l'industrie spatiale européenne ne connait pas vraiment la crise. Après le programme Copernicus (2,5 milliards d'euros) ventilé en grande partie à Thales Alenia Space (TAS), Airbus Space et OHB, l'ESA a de nouveau joué les très bons samaritains. Elle va distribuer au total des commandes évaluées à 2,9 milliards d'euros (officiellement 2,6 milliards) dans le cadre de programmes d'exploration spatiale vers la Lune et vers Mars : 1,2/1,3 milliard d'euros de contrats finalisés et 1,6/1,7 milliard, qui restent encore à octroyer (dont 300 millions fléchés vers la R&D et des études scientifiques).

Airbus, Thales et Leonardo en sont les principaux bénéficiaires. En novembre 2019, les États membres de l'ESA avaient manifesté à Séville lors de Space19 + un engagement fort pour ces programmes d'exploration en décidant une augmentation de 30% des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 10:40 :
Oui à la reconquête de la Lune par l'Europe et les USA, oui a un partenariat commun pour faire des missions lunaires d'ici 2022 et la conquête de Mars d'ici 2024 soit 55 ans après juillet 1969 et les missions Apollo sur la Lune. Oui l'Europe doit affirmer son leadership, soit affirmer son savoir faire et sa technologie spatiale. Enfant j'avais rêver comme Européen d'aller dans la station spatiale de faire une carrière à Jean Lou chrétien et aujourd'hui à celle de thomas Pesquet !
Je n'ai jamais compris que l'Europe ne puisse pas envoyer des hommes dans l'espace directement à partir des fusées Ariane (IV , V et maintenant Ariane VI). J'ai connu l'échec du 4 juin 1996 avec les débuts d'Ariane V et 25 ans plus tard nous passons a Ariane VI donc oui a un Europe spatial de grande réussite, à un vrai leadership spatial et à des spationautes européens, hommes ou femmes !
Nous devons retourner sur la Lune pour continuer à l'explorer et à développer les futurs missions martiennes ! Vive l'europe et la france spatiale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :