Mégacontrat armement : le Qatar choisit l'Italie aux dépens de la France

 |   |  730  mots
La frégate de taille intermédiaire (FTI) n'accostera pas au Qatar, qui a préféré des corvettes italiennes
La frégate de taille intermédiaire (FTI) n'accostera pas au Qatar, qui a préféré des corvettes italiennes (Crédits : DCNS)
Le chantier naval Fincantieri et l'électronicien Leonardo (ex-Finmeccanica) vont signer ce jeudi un protocole d'accord avec le Qatar pour la vente de cinq navires de guerre. Une commande estimée à 5 milliards d'euros.

Et les Qataris ont fini par contredire François Hollande, qui avait assuré en juin 2014 au moment des négociations pour le Rafale que "le Qatar a toujours fait les choix pour son armée de la technologie française". Plutôt que DCNS, le Qatar a finalement sélectionné Fincantieri. Selon plusieurs sources concordantes, le chantier naval italien va signer ce jeudi un protocole d'accord (Memorandum of Understanding, MoU) avec le ministre de la Défense du Qatar, Khaled ben Mohamed al-Attiya. Ce contrat baptisé Protector est estimé à 5 milliards d'euros et porte sur la vente de quatre corvettes et de trois autres navires d'accompagnement - un bâtiment de transports de chaland de débarquement (LPD) et deux navires de surveillance (OPV) - avec des capacités anti-aériennes.

En France, personne n'a vu venir cette cérémonie, qui a été organisée rapidement, explique-t-on à Paris. Pas sûr pour autant que DCNS dépose les armes tant qu'un contrat n'est pas signé entre Doha et Fincantieri. Il est à noter qu'Airbus Helicopters attend depuis plus de deux ans, la signature d'un contrat portant sur la vente de 22 NH90 après le MoU signé en mars 2014 avec Doha.

Lacunes italiennes, offre française séduisante

Toutefois, c'est une très grosse déception pour la France et son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui s'était beaucoup investi pour convaincre les Qataris de la qualité de l'offre française. Le ministre avait même réussi à convaincre fin mars lors du salon naval de défense (DIMDEX) les autorités qataries de ne pas annoncer leur choix en faveur des Italiens lors du salon de Doha. Ce qui avait provoqué une très grosse colère de la ministre de la défense italienne, Roberta Pinotti à DIMDEX, revenue bredouille en Italie. "J'étais parti à Doha pessimiste, je suis revenu un peu plus optimiste", avait quant à lui expliqué quelques jours plus tard Jean-Yves Le Drian à La Tribune.

Paris avait alors pointé les très grosses lacunes de l'offre de Fincantieri en matière ATBM (défense antimissile balistique) tout en soulignant la maîtrise de cette capacité par les industriels tricolores. Une capacité demandée initialement par le Qatar. En outre, la France proposait son arme "différenciante", le Scalp naval qui fait saliver beaucoup d'armées dans le monde. Mais pas le Qatar bizarrement. Le missile de croisière aurait armé les trois frégates de taille intermédiaire (FTI) proposées par la France. Enfin, l'offre française avait retenu l'attention du pouvoir en général et de l'émir en particulier. Mais au final, le Qatar a choisi une offre classique de système de défense aérienne qui vont armer des navires plus petits (corvettes de 90 mètres) que les FTI

Avec l'Italie, MBDA gagne aussi

Moins performante, l'offre italienne a été pourtant sélectionnée par le Qatar, qui aura également beaucoup moins de garantie en termes d'accord stratégique. Mais les Italiens ont finement joué en soutenant un grand projet de musée archéologique au Qatar auquel tient beaucoup l'émir Tamim ben Hamad Al Thani et dans lequel baignent notamment Fincantieri et Leonardo (ex-Finmeccanica). Fin janvier, l'émir était à Rome où il a rencontré plusieurs grands patrons, dont ceux de Leonardo et Fincantieri. Certains s'interrogeaient d'ailleurs sur la concomitance des deux projets. En outre, les italiens avaient curieusement réussi à convaincre tout le comité de sélection

Une victoire italienne qui bénéficie toutefois à MBDA et Thales (système de conduite de tir et autodirecteur). De toutes les façons, les deux groupes gagnaient à tous les coups. Les offres françaises et italiennes proposaient au Qatar le missile Aster 30, celui de Fincantieri dans sa version anti-aérienne, celui de DCNS dans sa version antibalistique.

Doha veut des F-15

Enfin, le Qatar fait le forcing auprès des États-Unis pour acheter une trentaine de F-15 après l'acquisition de 24 Rafale en mai 2015. Tout dépendra de l'autorisation du congrès américain. Sinon, Doha a un plan B qui porte sur l'achat de Typhoon pour diversifier ses approvisionnements en armes. En outre, le Qatar a récemment évoqué pour la première fois en présence des autorités françaises l'exercice de l'option portant sur l'acquisition de 12 Rafale supplémentaires. Une promesse séduisante pour Paris...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2016 à 23:02 :
La soi-disant supériorité française dans le domaine atbm ? L'accord entre la France et l'Italie a été signé que hier pour la version Block 1 NT du missile Aster 30 (missile développé par le consortium Eurosam) alors maintenant cher Mr. Cabirol, quelles sont les capacités ACTUELLES dans le domaine Atbm de la France, quelle supériorité industrielle ?
Pour répondre à netrick, renseigne toi mieux pour l'appel d'offre des frégates australiennes c'est la FREMM de Fincantieri qui a été sélectionnée avec la frégate britannique Type 26 et l'allemande Meko.
Réponse de le 20/06/2016 à 12:15 :
Cher Max, comme ancien officier de la Royale, je me renseigne plutôt bien. Je sais parfaitement que les Australiens ont choisi Fincantieri et les T26, ...
mais pour le 3° de ce tiercé, c'est une frégate Espagnole de Navantia et pas une Allemande, qui est sur les rangs. Navantia qui a fourni les BPC Adélaïde et Melbourne, contre les Mistral Français.
Réponse de le 23/06/2016 à 2:00 :
Autant pour moi netrick, mes excuses
a écrit le 16/06/2016 à 22:08 :
C'est une réalité , en ITALIE il y a bien moins de grève ....cela a une certaine influence , comme pour les ports perdus aux profits des autres Pays ....Vive les syndicats ! Il n'y a qu'à voir la sncm ........
a écrit le 16/06/2016 à 22:08 :
Quelle cacophonie ! France et Italie sont des pays frères, européens, liés par une infinité de traités et d'accords ; si une entreprise de l'un gagne un marché au détriment d'une entreprise de l'autre, quel mal ? le marché reste européen.
De fait, à quoi sert l'UE si elle ne peut fédérer et organiser l'offre technologique européenne par devant la mondialisation.
Mais les antécédents bureaucratiques bruxellois interdisent de l'imaginer.
a écrit le 16/06/2016 à 18:24 :
Oui ou alors c'est un accord en catimini entre Français , Italiens et Qataris vu que DCNS a déjà pas mal de contrats à honorer, dont celui de l'Australie.
a écrit le 16/06/2016 à 17:28 :
Oui bon

Des F15 en plus des Rafale... ça fait sourire...

Enfin quand on a trop d'argent on fait ce qu'on veut...
a écrit le 16/06/2016 à 13:52 :
Peut-être, tant que pas signé, un moyen de faire baisser l'offre française si on veut avoir quand même le marché juste avant le gong ? Ou différencier les fournisseurs, sauf que si ça ne correspond pas exactement à leurs besoins, c'est étrange (ou donnant donnant, vous construisez un musée chez nous on achète vos matériels ?). Le matériel français est trop luxueux, trop performant, à force de faire dans le haut de gamme. :-)
Je ne sais pas si un jour on parlera de matériel européen, dans 50 ans ? Chacun ses spécialités, ses industries, vive la concurrence libre et non faussée (un pur slogan).
a écrit le 16/06/2016 à 13:40 :
Avec toutes les courbettes de notre gouvernements faites au Quatar qu'obtenons nous RIEN ou presque .Cela prouve qu'il faut une autre politique vis à vis de ces pays qui dans leur ensemble ne respectent en rien les droits de l'homme et vivent pour leurs coutumes comme au moyen age
a écrit le 16/06/2016 à 13:08 :
L'Australie aussi a choisi les frégates Italiennes aux dépens des Françaises !
Réponse de le 20/06/2016 à 6:25 :
Autant pour moi netrick, mes excuses
a écrit le 16/06/2016 à 12:24 :
Voilà ce qu'il arrive lorsqu'un gouvernement refuse de livrer des navires déjà payés. Le Qatar ne sait pas de quoi sera fait l'avenir et ne prend pas le risque de se voir mis au même rang que la Russie. Merci qui ?
Réponse de le 16/06/2016 à 13:29 :
T'as raison fleur fannée. Ils ont juste acheté pour des milliards de rafale, et son armement, mais ils ne s'étaient pas rendu compte que c'était le même pays qui les fabriquait... Ca va, il fait beau à Moscou?
Réponse de le 16/06/2016 à 15:04 :
J'aime beaucoup l'humour dès reponce...mais bon il est clair que la non livraison des navires à la Russie restera une tâches sur nos contract future... Bon il semblerait que les FREMM ne soit pas toujours à la hauteur de toute la publicité qu'il en a été faite en France, (échec en Australie et au Quatar).... Bon dans tous les cas je suis contente pour l'Italie, je regrette que comme toujours il n'y a pas d'accords entre europen avant de nous faire une concurance acharné.......pour info il pleut en France...
Réponse de le 18/06/2016 à 22:28 :
La France n'a jamais vendu autant de matériel militaire que depuis qu"'elle a refusé de livrer les Mistral a la Russie.
.
En 2015, la France est devenu le 2eme exportateur mondial dans ce domaine avec plus de 17 milliards de matériel vendu. Un record !
a écrit le 16/06/2016 à 12:00 :
C'est sur, on ne va pas gagner à tout les coups ! Si ce que dit l'article est vraie (l'offre techlogique française était soi disant meilleure ) alors il s'agirait d'un choix clairement politique et que le Qatar voulu se construire un nouveau allié de poids dans le concert des nations. Pourquoi acheter encore français ? Alors que l'on leur a déjà acheté Français et investis des centaines de milions dans le PSG et acheter pour 6 milliards de Rafale et missiles ! Alors que en achetant Italien, ils gagnent un nouveau soutien et en achetant encore américain, ils consolident leur relation avec les Etats-Unis qui ne les embèteront pas avec DAECH et les droits de l'homme..
Réponse de le 16/06/2016 à 20:31 :
Prenez une carte de la région:
Scalp+Antibalitisque = configuration anti Iran.
Peut-etre que le quatar se voit d'autres ennemis (Ex direction le Yemen) pour lesquels il n'a pas besoin de cette configuration.
a écrit le 16/06/2016 à 9:15 :
En lisant l'article on a l'impression que l'offre françaises était parfait et la meilleures du monde, malheureusement le Qatar a préféré l'offre de l'Italie qui était moins bonne.
Peut-être la société italienne a fait une offre en fonction de ce que le Qatar a voulu et non pas par rapport à ce que la France a voulu vendre.
Réponse de le 16/06/2016 à 10:38 :
C'est qui surtout surprenant c'est que le Qatar lance un projet de défense anti-missiles balistiques naval, et qu'il choisisse une solution qui est incapable de répondre à ce besoin
a écrit le 16/06/2016 à 7:57 :
"En outre, la France proposait son arme "différenciante", le Scalp naval qui fait saliver beaucoup d'armées dans le monde. Mais pas le Qatar bizarrement. Le missile balistique aurait armé les trois frégates multimissions FREMM, proposées par la France qui en a déjà vendu un exemplaire aux marines marocaine et égyptienne."

M. CABIROL, si je vous lis bien le missiles SCALP MdCN est un missile balistique? Ca doit être la tournure de phrase qui prête à confusion. Le M51 est un missile balistique, le MdCN est un missile de croisière (MdCN = Missile de croisière naval). J'ai beaucoup de respect pour votre travail à La Tribune, je vais mettre ça sur le dos de la fatigue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :