La France propose à la Grèce deux frégates FDI via une vente de type FMS à la française

 |   |  379  mots
La première frégate grecque pourrait être livrée en 2024, coincée entre les livraisons des deux premières FTI françaises (2023 et 2025). La seconde pourrait être remise à la marine grecque fin 2025 ou en 2026.
La première frégate grecque pourrait être livrée en 2024, coincée entre les livraisons des deux premières FTI françaises (2023 et 2025). La seconde pourrait être remise à la marine grecque fin 2025 ou en 2026. (Crédits : DCNS)
La France va proposer à la Grèce la vente de deux frégates de défense et d'intervention (FDI) par le biais d'un contrat de gouvernement à gouvernement. Une vente à l'image de celle réalisée avec la Belgique pour la vente de blindés (CaMo).

La France va prochainement proposer de façon officielle un accord de gouvernement à gouvernement de type CaMo (vente de blindés à la Belgique) pour la fourniture de deux frégates FTI (Belh@rra) de plus de 4.000 tonnes armées de missiles de croisière MdCN (Scalp Naval) à la Grèce et identiques à celles de la Marine nationale. Toutefois, la marine grecque devrait demander (à la marge ?) des équipements spécifiques à la France pour ses  frégates. Paris a déjà proposé officieusement à Athènes une vente de type FMS à la française, intitulé Contrat de partenariat gouvernemental (CPG), lors d'une visite de représentants de haut niveau du ministère des Armées français en septembre.

La future visite à Paris en octobre du ministre de la Défense grec Nikos Panagiotopoulos pourrait être le moment pour la ministre Florence Parly de lui faire officiellement cette offre. La France devra proposer un plan de financement attractif (garanties bancaires et crédit acheteur). En outre, les deux frégates seront fabriquées par Naval Group à Lorient si Athènes accepte la proposition française. En 2009, la Grèce avait donné son accord pour l'achat de six frégates Fremm mais la crise financière avait fait échouer l'opération. Et le ministère de la Défense grec n'était jamais revenu sur cette promesse, ignorant une proposition de Fincantieri.

Une première livraison en 2024

Idéalement, la première frégate grecque pourrait être livrée en 2024, coincée entre les livraisons des deux premières FTI françaises (2023 et 2025). La seconde pourrait être remise à la marine grecque fin 2025 ou en 2026 tandis que la dernière pour la Marine nationale en 2029.

Le programme FTI (frégates de taille intermédiaire), devenu FDI (frégates de défense et d'intervention), vise à acquérir cinq frégates (coût unitaire 750 millions d'euros), en complément des deux frégates de défense aérienne Horizon (FDA) et des huit FREMM, pour atteindre le format des 15 frégates de premier rang défini par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013. La commande du développement et de la réalisation de la première FTI est intervenue en avril  2017 pour un montant d'environ deux milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2019 à 13:46 :
Bon je ne crois pas que la France soit généreuse avec qui que se soit... Mais nous savons faire des credit pour nous ouvrir des opportunisté de marché....
Pour la grece et l'Argentine se sont des pays tres endetté, mais qui Ons dès besoin de defence importànte...
Donc notre pays espère se cree des opportunisté sur les exportations militaire...
Dàns tous les ças nous devons develloper une defense commune europeenne ..
Un traitè dè defence entre europeen , sans les americain ...
Et
Maître sur pieds. Une vrais armee europeenne ...
a écrit le 25/09/2019 à 10:48 :
Souhaitons simplement que le retour de la signature de grosses affaires dans ce pays voisin de l’inamicale Turquie ne soit pas l’occasion de remettre à l’ordre du jour les mauvaises habitudes passées de financement de partis politiques et de quelques gros requins ..
a écrit le 24/09/2019 à 17:41 :
Les helicos d'occases (suite a faillite deja garantie par l'etat) et neufs a l'ukraine c'etait avec un pret du tresor français a l'ukraine et une garantie auprès des banques françaises.

Et c'est comme ça qu'on est un pays riche...

N'empeche qu'on est balaises, on est arrivé a exporter en egypte deux demis mistraux construits en russie, et ouais.
a écrit le 24/09/2019 à 17:09 :
Après avoir vendu à l'Argentine, des avions de guerre d'occasion et des navires de guerre, tout aussi d'occasion elle va vendre à la Grèce des navires de guerre. Il semble donc que la France doit avoir un certaine influence pour vendre des armes à des canards boiteux....
a écrit le 24/09/2019 à 16:16 :
Sachant que leur surarmement a été la cause de leur siuation financière il y a 10 ans ; ont-ils bien raison de recommencer ...
a écrit le 24/09/2019 à 15:58 :
De part sa situation géographique face à une Turquie nationaliste qui viole régulièrement les eaux territoriales grecques et son espace aérien, il est du devoir de la CE, et de la France, d'aider ce pays qui est obligé de dépenser plus que tous les autres états pour son intégrité territoriale....
a écrit le 24/09/2019 à 12:57 :
La Grèce a des besoins, mais qui va payer ? Ils sont tout juste en cours de redressement économique et financier.

Donc, ce sera nous...
Réponse de le 24/09/2019 à 15:19 :
Eh oui : les Grecs paient et continuent à payer très, très cher, le fait d'avoir eu les banques françaises à redresser, ce qui a été le seul et unique objectif des "plans d'aide" imposés au pays, dixit le fmi notamment, ainsi que tous les acteurs de la troïka (oups... sauf les français, est-ce rigolo ??!!). Donc, les Grecs ont le courage et l'honnêteté de remplir beaucoup plus que leurs obligations (et cela en dépit du fait que la troïka et l'eurogroupe n'ont absolument aucune légitimité légale ou financière), ce qui n'est en tout cas pas le cas de la france et des français moyens qui vivent aux crochets des autres et dont le pays, véritable chancre économique, a une dette abyssale insoutenable et représente, avec les usa et le japon qui sont aussi en perdition, le plus grand risque pour la stabilité économico-financière mondiale, dixit tous les économistes réellement compétents (eh ouais ils ne sont forcément pas français). Des français qui payent ? A mourir de rire !
Réponse de le 25/09/2019 à 9:20 :
Sans dédouaner les gouvernements grecs successifs, je ferais juste remarquer que pendant la crise financière, la France (et d'autres) prêtait à la Grèce avec intérêts élevés, des sommes empruntées sur les marchés financiers par la france à des taux très bas !!! Au final, la Grèce a rapporté de l'argent à la France pendant cette crise !!!
a écrit le 24/09/2019 à 12:34 :
Tiens à propos de frégate ? On en est où dans l'affaire des frégates de taiwan de thomson/thales ?
Réponse de le 24/09/2019 à 13:57 :
@art, justement Thomson-CSF est devenu Thales, donc y-a plus d'affaire.
a écrit le 24/09/2019 à 8:55 :
Il faudrait que le grecs soient vraiment peu revanchards pour nous acheter quelque chose vu comme notre pouvoir politique et financier les avons copieusement humilié alors qu'ils mourraient de faim.

Mais comme tout ceci ne sont que des affaires entre oligarchies la logique une nouvelle fois ne sera pas respectée...
Réponse de le 24/09/2019 à 12:06 :
C'est la population qui en a bavé. Pas les gouvernants... Eux s'en moquent bien, ils n'ont sûrement pas souffert de la situation économique...
Réponse de le 24/09/2019 à 12:55 :
Bonjour,

Je pense que ce sont surtout les allemands qui s'en sont pris à eux, et un en particulier.

Par contre il y avait une histoire comme quoi la France était prête à verser une aide, en échange de la garantie que la Grèce achèterait bien les FREMM qui était prévues (contrat signé mais qui risquait d'être annulé faute d'argent en Grèce pour les payer)

Après, la Grèce a toujours des tensions face à la Turquie, et si ma mémoire est bonne il y a toujours un champ gazier au large de Chypre, qui est l'objet d'enjeu entre Chypre, la Turquie, et je crois Israël. Et à part les français et les allemands, il n'y pas beaucoup de pays en Europe qui fabriquent vraiment ce genre de navires. Probablement l'Italie, mais qui n'exporte pas beaucoup.
Réponse de le 24/09/2019 à 15:21 :
L'UE a sauvé la Grèce qui devrait ériger une statue à la gloire de Wolfgang Schaüble, son véritable sauveur.
a écrit le 24/09/2019 à 8:48 :
apres avoir vendu du materiel a l'argentine, qui n'aura pas plus l'intention de payer que ca, il faut vendre du materiel a la grece qui ne paiera pas plus et n'a pas d'argent
le contribuable francais est tres genereux quand il s'agit de faire du social chez les autres
Réponse de le 24/09/2019 à 11:29 :
Vous pensez sérieusement que un pays accepté de vendre du matériel militaire de pointe dans être payé ? Vous êtes bien naïf la France sait se faire payer.
Pour prendre votre exemple de l'Argentine ont leur a vendu des avions d'occasion (super étendard modernisé) et 4 navires (1 d'occasion et 3 a construire), pour les avions qui étaient disponible de suite il s'est passé quasiment 1 an entre la signature et la livraison car l'Argentine n'avais pas les fonds, dès que
Réponse de le 24/09/2019 à 11:32 :
Vous pensez sérieusement que un pays accepte de vendre du matériel militaire de pointe sans être payé ? Vous êtes bien naïf la France sait se faire payer.
Pour prendre votre exemple de l'Argentine on leur a vendu des avions d'occasions (super étendard modernisé) et 4 navires (1 d'occasion et 3 a construire), pour les avions qui étaient disponible de suite il s'est passé quasiment 1 an entre la signature et la livraison car l'Argentine n'avais pas les fonds, dès que les fond ont été reçu les avions ont été livrés. Pareil pour les bateaux 5-6 mois entre la signature et l'annonce par le constructeur du début du contrat, pourquoi le temps que les premiers versements soit effectifs.
Réponse de le 24/09/2019 à 16:05 :
Merci, cher intervenant, pour votre formidable humour, même s'il est involontaire. Un éclat de rire de temps en temps, ça fait du bien ! Le contribuable français, très généreux ??? Wouah ! Mdr ! N'est-ce pas ce même contribuable français qui a été le tout premier bénéficiaire des "aides" imposées à la Grèce par un eurogroupe sans aucune légitimité légale ou financière ? C'est, en tout cas, ce qui ressort de tous les documents officiels, et notamment ceux du fmi qui précisent sans la moindre ambiguité que c'est la france (et un peu l'allemagne) qui ont été les vrais bénéficiaires des "aides" et que celles-ci ont été imposées manu militari à la Grèce dans le seul et inique but de sauver les banques... françaises (!!!) toujours gérées par des incompétents et en totale perdition. Si les contribuables français doivent être généreux, c'est surtout dans leurs remerciements au peuple grec, escroqué jusqu'à l'os.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :