La France et l'Allemagne vont notifier le premier contrat du SCAF à Dassault et Airbus

 |   |  644  mots
La France et l'Allemagne vont financer à parts égales un contrat de 65 millions d'euros sur deux ans octroyé à Dassault Aviation et Airbus pour définir l'architecture et le concept du programme SCAF.
La France et l'Allemagne vont financer à parts égales un contrat de 65 millions d'euros sur deux ans octroyé à Dassault Aviation et Airbus pour définir l'architecture et le concept du programme SCAF. (Crédits : DR)
Paris et Berlin vont notifier un premier contrat de 65 millions d'euros sur deux ans à Dassault Aviation et Airbus qui permettra de déterminer l'architecture et le concept du programme SCAF. Par ailleurs, Safran et MTU vont sceller leur alliance pour développer le moteur de l'avion de sixième génération.

Au-delà des déclarations d'intention et des annonces, la France et l'Allemagne veulent montrer au monde entier que l'avion de combat européen du futur (Système de combat aérien du futur ou SCAF) est un programme qui décolle. Moins de trois mois après l'annonce de son lancement, Paris et Berlin vont notifier mercredi lors d'une visite des deux ministres de la Défense, Florence Parly et son homologue allemande Ursula von der Leyen sur le site de Safran à Gennevilliers, le premier contrat du programme SCAF à Dassault Aviation et à Airbus. Les deux pays vont financer à parts égales 65 millions d'euros sur deux ans pour définir l'architecture et le concept du programme.

Les deux ministres vont également officialiser le partenariat industriel entre Safran et l'allemand MTU, qui vont motoriser l'avion de combat de sixième génération dans le cadre du programme SCAF. Un accord industriel pour expliquer qui fait quoi pour la motorisation de l'avion de combat sur le principe des compétences des deux motoristes. Ce sera donc Safran en tant qu'architecte du design et des performances du moteur qui pilotera le programme alors que MTU prendra le manche pour gérer les services et la maintenance du moteur (MCO). Avec son savoir-faire et ses compétences acquis sur le M88, qui pousse le Rafale, le motoriste tricolore sera le responsable des parties chaudes du moteur ainsi que des turbines haute pression.

Un Programme étude amont de 115 millions d'euros

Pour renforcer et consolider les compétences sur les parties chaudes d'un moteur, la France va en outre notifier à Safran un programme d'études amont (PEA) baptisé Turenne 2 d'un montrant de 115 millions d'euros. C'est le premier contrat lié à un moteur d'avion de combat obtenu par Safran depuis le lancement du M88. Tout l'enjeu pour le motoriste sera de bien maîtriser les parties chaudes du moteur et d'en augmenter de façon significative la poussée par rapport au M88 du Rafale (7,5 tonnes de poussée). Car l'avion de combat, qui sera au centre du programme SCAF, sera plus lourd et plus gros que le Rafale.

Ces études pourront peut-être servir à améliorer les performances de l'actuel moteur du Rafale. Augmenter la poussée du moteur entraîne de facto une hausse significative de la température du moteur. Par exemple, la température du M88 grimpe jusqu'à 1.850 degrés. Le ministère des Armées vise 2.000 degrés en 2024, puis 2.100 degrés pour le SCAF. Or, les aubes de turbine fondent à cette température. A Safran de trouver de nouveaux alliages (nickel ? céramique ?) capables d'encaisser ces températures extrêmes. Les deux ministres vont inaugurer une fonderie d'une nouvelle génération, et plus largement la plateforme de recherche sur les aubes de turbines avancées.

Augmenter la poussée du Rafale ?

Pour Safran, ce PEA est du pain béni... Le motoriste plaide depuis des années pour une augmentation de la poussée du Rafale, qui s'est alourdi au fil du temps, mais sans jamais avoir eu gain de cause. Surtout, le motoriste s'inquiétait du maintien des compétences dans le domaine de l'aviation de combat. Avec la notification du PEA, l'industriel a obtenu une première satisfaction même si rien n'est décidé sur une amélioration du M88 à ce stade, explique-t-on dans l'entourage de la ministre.

La poussée du M88 peut déjà passer de 7,5 tonnes à plus de 8 tonnes - entre 8 et 8,3 tonnes - sans toucher aux entrées d'air, donc sans toucher à l'avion, simplement en travaillant sur le moteur. Soit une augmentation d'une dizaine de pourcentages. Au-delà, (9 tonnes), la modernisation du moteur passerait par une modification plus structurelle du Rafale. Pour l'entourage de la ministre, cette équation doit s'étudier et selon le ratio amélioration des performances et coût, il décidera ou d'une modernisation du M88.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2019 à 8:08 :
et l'allemagne dira non a toute exportation
comme elle le fait a chaque fois q'un composant issue de son industrie et assenble
comme sur les missiles
a écrit le 06/02/2019 à 11:25 :
L'allemagne pourra-t-elle bloquer l'exportation du SCAF? Cela a déjà été difficile pour exporter quelques Rafales , alors avec en plus un veto made in germany je ne vois pas ou on veut aller.
a écrit le 06/02/2019 à 4:45 :
Une autre perte de temps et d'argent comme l'A400M, le Tigre,......
Du temps que cet avion de papier entre en service, le successeur du F-35 sera deja sur les planches à dessin.
La France voudrait oser encore une fois vendre ses UH-72, A330MRTT et même A400M au Pentagone mais veut remplacer le F-35 sur le marché européen. Sans compter les 2000 Airbus qui volent dans le ciel américain.
C'est le paradoxe français. Chercher à comprendre cela remonte à l'anti-américanisme Gaullien.
Réponse de le 06/02/2019 à 13:57 :
Et donc? Achetons americain?
a écrit le 06/02/2019 à 0:17 :
"MTU prendra le manche pour gérer les services et la maintenance du moteur (MCO)".
A partir de ce jour, MCO veut dire "Transfert de technologie"....
a écrit le 05/02/2019 à 21:59 :
et rien sur Thalès ? ne serait il pas l'oublié de l'opération ?
a écrit le 05/02/2019 à 19:08 :
L'augmentation de la poussée compte tenu des contraintes de matériaux est plus une question d'argent que de savoir faire, dans la mesure où cela existe déjà aux USA, et que les techniques sont connues, reste la pratique et l'expérimentation, retour à la case départ.
a écrit le 05/02/2019 à 15:51 :
excellente nouvelle, la collaboration des deux pays est une préfiguration de ce que peut être la défense à l'échelle de l'UE qui seule sera en mesure de rivaliser avec les USA, la Chine et la Russie pour assurer notre sécurité en toute indépendance.
a écrit le 05/02/2019 à 14:32 :
nos gouvernements successifs sont prêts à vendre leur mère pour toucher du pognon
(autoroutes et autres monopoles bien plus rentable que le luxe comme LVMH). Ce programme "conjoint" de R&D pour en faire financer une partie par l'Allemagne (qui interdit et autorise ce qu'elle veut, voir MBDA) est une absurdité.
a écrit le 05/02/2019 à 13:47 :
"Augmenter la poussée du moteur entraîne de facto une hausse significative de la température du moteur."

Oui ou l'inverse, concevoir un moteur à plus haute température de fonctionnement améliore son rendement et donc sa poussée...

On suit les US là encore ça n'est pas de l'innovation à proprement parler, les moteurs des F22 et F35 dispose déjà de turbine haute température ce qui leur permet de passer et rester supersonique sans faire usage de la post combustion extrêmement inefficace.
Je crois qu'il s'agit de pouvoir générer des pales de turbine monocristalline en matériaux réfractaires comme les gaulois !!

Les compétences en la matière, partie chaude, ont été acquise grâce au partenariat safran GE, avec l'aquisition des savoir faire par achat de licence et autre concernant les réacteurs du bombardier B1 (cormoran).
Réponse de le 05/02/2019 à 15:44 :
Oh! Un troll américain! Une espèce plus rare que le troll russe, mais tout aussi présente sur les internets!

"On suit les US là encore ça n'est pas de l'innovation à proprement parler, les moteurs des F22 et F35 dispose déjà de turbine haute température ce qui leur permet de passer et rester supersonique sans faire usage de la post combustion extrêmement inefficace.
Je crois qu'il s'agit de pouvoir générer des pales de turbine monocristalline en matériaux réfractaires comme les gaulois !!"

Blablablabla...

Le Rafale vole à mach 1.4 en "supercroisière" (vol supersonique sans post combustion) avec 4 missiles, ou à mach 1.1 avec 6 missiles et un bidon de 1250L ventral.

La température du M-88, son moteur, atteint d'ores et déjà 1850 kelvins et Snecma a un prototype 40% plus chaud sur banc depuis de nombreuses années.

Les aubes de turbines monocristallines SNECMA connait depuis plus de 25 ans.

Les turbines du moteur du F-35 n'ont jusqu'ici réussit qu'à ronger l'intérieur du corps de leur logement, à prendre feu au sol à la suite d'un démarrage vent arrière, ou à exploser en plein vol forçant l'éjection d'un pilote des marines.

"Les compétences en la matière, partie chaude, ont été acquise grâce au partenariat safran GE, avec l'aquisition des savoir faire par achat de licence et autre concernant les réacteurs du bombardier B1 (cormoran)."

Et ben voyons. Et les moteurs ATAR c'est du poulet? Et le M-53 du Mirage 2000 conçu pour des avions volant à mach 3, c'est du poulet?

Troll.
Réponse de le 05/02/2019 à 17:16 :
Atar à été pompé aux allemands...
25 ans dites vous ? le B1 à été conçu dans les années 70...
Le partenariat Safran GE est très ancien.

Le rafale est une amelioration du viggen suedois conçu 25 ans plus tot, suedois qui ont inventé le chasseur avec interaction canard/delta.

Les canadiens ont inventé la commande de vol électrique sur chasseur.
Les US ont deja des IA qui surpasse leurs meilleurs pilotes en combat bvr ou bfm (pas tv).
Réponse de le 06/02/2019 à 0:15 :
@chasseur, êtes-vous en train de dire que le F35 c'est de la daube ? A part ça, restons calmes, tout le monde ici connaît Alder...
Réponse de le 07/02/2019 à 20:36 :
"Atar à été pompé aux allemands... " Oui, bien sûr, et depuis on a conservé les dits allemands dans le formol pour les moteurs suivants.....

"25 ans dites vous ? le B1 à été conçu dans les années 70...
Le partenariat Safran GE est très ancien. " so what?

"Le rafale est une amelioration du viggen suedois conçu 25 ans plus tot, suedois qui ont inventé le chasseur avec interaction canard/delta." Bien sûr et Santos Dumont aussi avec le XIV bis.

"Les canadiens ont inventé la commande de vol électrique sur chasseur." C'est vrai que le marché est inondé par leurs appareils.

"Les US ont deja des IA qui surpasse leurs meilleurs pilotes en combat bvr ou bfm (pas tv)." Est ce un jugement de valeur sur leurs pilotes?
a écrit le 05/02/2019 à 10:51 :
En Europe, est on capable de financer partiellement des concurrents pour un nouveau moteur comme les USA l'ont déjà fait avec GE et PW pour beaucoup d'aéronefs ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :