La vente d'Aubert & Duval reste l'option privilégiée par Eramet

En dépit de négociations laborieuses, Eramet privilégie toujours la cession de sa filiale Aubert & Duval. Elles sont ralenties par des problèmes de qualité. Des réclamations de clients dans le cadre de la mise en conformité des processus qualité sont d'ailleurs en cours d'analyse chez Eramet. Mais Aubert & Duval ne fait aujourd'hui l'objet d'aucun développement judiciaire dans le cadre de la mise en conformité des processus qualité.
Michel Cabirol

6 mn

Aubert & Duval ne fait aujourd'hui l'objet d'aucun développement judiciaire dans le cadre de la mise en conformité des processus qualité
Aubert & Duval ne fait aujourd'hui l'objet d'aucun développement judiciaire dans le cadre de la mise en conformité des processus qualité (Crédits : Eramet (Julien Goldstein))

La cession d'Aubert & Duval, qui est stratégique pour la filière aéronautique, reste "l'option privilégiée" par Eramet "à terme", a expliqué mercredi le groupe métallurgique et minier dans un communiqué portant sur les résultats du premier semestre. Cela tombe bien puisque les négociations ont récemment repris entre Eramet, propriétaire d'Aubert & Duval, et le consortium de reprise formé par Airbus, Safran et Ace Capital Partners (groupe Tikehau). Des négociations laborieuses en raison des difficultés d'Aubert & Duval, qui poursuit d'ailleurs la finalisation de la revue des processus qualité et l'adaptation de la structure de coûts pour faire face à la dégradation de son principal marché, l'aéronautique ( environ 70 % de son chiffre d'affaires, niveau pré-crise).

Si Eramet est repassé dans le vert lors des six premiers mois de 2021, avec un bénéfice net de 53 millions d'euros, ce n'est pas le cas de sa filiale Aubert & Duval, dont la situation toutefois s'améliore. Le fabricant de solutions métallurgiques de pointe subit encore de plein fouet la crise profonde du secteur aéronautique qui continue de peser significativement sur les comptes d'Aubert & Duval. Le chiffre d'affaires a reculé au premier semestre de 9 %, à 245 millions d'euros (539 millions en 2020, soit une baisse de 16%). Les mesures d'adaptation des coûts au niveau d'activité ont permis une amélioration de l'Ebitda, qui passe de - 52 millions d'euros premier semestre 2020 à - 14 millions d'euros au premier semestre 2021.

L'aéronautique, secteur encore déprimé

En dépit d'une amélioration, le secteur aéronautique reste encore très significativement en retrait, notamment sur les long-courriers, marché sur lequel Aubert & Duval est très présent. Résultat, le chiffre d'affaires d'Aubert & Duval dans l'aéronautique est en baisse de 24 %, à 143 millions d'euros au premier semestre 2021. "Les ventes ont continué à subir pleinement les effets du brutal ralentissement de l'industrie aéronautique, alors que les cadences de production des principaux programmes sont restées à des niveaux bas", a expliqué Eramet dans son communiqué. Même si les perspectives se sont améliorées au premier semestre : Airbus a annoncé une reprise forte de ses cadences de production pour la famille A320, avec un retour au rythme d'avant crise d'ici début 2023. En revanche, les perspectives de reprise restent très incertaines pour les long-courriers.

Les marchés de souveraineté nationale (défense et nucléaire) et de l'énergie, qui représentent 19% du chiffre d'affaires d'Aubert & Duval, n'ont que très peu subi les effets de la crise sanitaire, notamment grâce à de vastes programmes d'investissements publics. Le chiffre d'affaires dans les secteurs Énergie & Défense affiche une très forte progression (+ 74 %), à 73 millions d'euros au premier semestre 2021. Les ventes du secteur énergie sont en forte hausse au deuxième trimestre, reflétant la monté en cadence des volumes de livraisons à General Electric des pièces pour turbines terrestres, avec une demande toujours plus soutenue. De nouveaux contrats ont été également signés avec les donneurs d'ordre dans la défense, dont Naval Group pour la construction des quatre futurs sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de troisième génération (SNLE 3G).

En mai dernier, Naval Group a conclu deux contrats majeurs pour la fourniture d'une cinquantaine d'ébauches de chaufferies nucléaires. Elles seront réalisées sur les sites de forge de Firminy et Les Ancizes (Aubert & Duval) et du Creusot (Framatome). Ces ébauches hautement technologiques représentent plus de trois années de travail. Après leur usinage sur le site de Nantes-Indret de Naval Group, ces pièces de métal massives,
telles que le générateur de vapeur, deviendront les premiers composants de la chaufferie nucléaire des deux premiers sous-marins. Les commandes pour les deux derniers sous-marins interviendront après 2025.

Plan d'adaptation d'Aubert & Duval

Ce qui pèse dans les discussions entre Eramet et les trois repreneurs sur la cession d'Aubert & Duval, ce sont les problèmes qualité décelés chez Aubert & Duval. En 2018, à la suite d'une revue des processus qualité, la division Alliages Haute Performance d'Eramet a constaté des non conformités dans le système de management de la qualité chez Aubert & Duval. Le groupe minier a alors mis en place un plan d'actions correctives ainsi que des procédures de vérification et d'analyse des produits en étroite collaboration avec les clients concernés. Son avancement était à 89 % à fin décembre 2020 et il devait être terminé au cours du premier semestre 2021. Ce qui n'est pas encore le cas, Aubert & Duval finalisant la revue des processus qualité.

L'Autorité de sûreté nucléaire a confirmé en 2019 qu'elle n'avait pas identifié à ce stade de risque en termes de sécurité nucléaire. Pour autant, des actions correctives ont été prises pour atteindre des niveaux de qualité et de fiabilité en adéquation avec les attentes de ses clients et les exigences des normes de leurs secteurs d'activités. Toutefois, des réclamations ont été reçues et sont en cours d'analyse et de discussions avec les clients concernés mais Aubert & Duval ne fait aujourd'hui l'objet d'aucun développement judiciaire dans le cadre de la mise en conformité des processus qualité.

Dans ce contexte, une provision de 65 millions d'euros avait été comptabilisée fin 2018, afin de prendre en compte l'estimation du coût du traitement de cette revue approfondie des processus qualité. Mais elle avait été revue à la hausse à 80 millions d'euros à fin 2019. Le solde de la provision est de 39 millions d'euros au 30 juin 2021 (contre 44 millions d'euros au 31 décembre 2020 et 58 millions d'euros au 31 décembre 2019).

Enfin, le plan d'adaptation d'Aubert & Duval (3.916 salariés fin 2020 répartis sur 14 sites), signé en avril, vise la suppression nette de 327 postes sur la base des effectifs de juin 2020 (427 postes supprimés et 100 nouveaux postes créés), pour un coût global estimé à 33 millions d'euros. Ce plan est en cours de mise en œuvre, une première vague de départs a déjà été validée, donnant lieu à la constitution d'une provision de 20 millions d'euros à fin juin.

Michel Cabirol

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 29/07/2021 à 22:25
Signaler
L'équivalent britannique d'Aubert et Duval vient d'être nationalisé au nom de la souveraineté nationale et des intérêts stratégiques de défense. Au Royaume Uni donc, un pays qu'on peut actuellement difficilement qualifier de marxiste léniniste.

à écrit le 29/07/2021 à 20:52
Signaler
Quand je vois la perte de compétitivté de Eramet par rapport à ses concurrents dans le nickel , je me dis qu'il y a un sérieux de problème de gouvernance dans cette boite ... L'état ne serait pas actionnaire ; on s'en porterait mieux et c'est un acti...

le 30/07/2021 à 11:39
Signaler
Perte de compétitivité : ce serait bien d'étayer avec des chiffres. Sinon, on est dans l'affirmation péremptoire, voire un peu dans la médisance. Et ça fait très province.

le 30/07/2021 à 12:56
Signaler
réponse à Asimon ; Eramet c’est juste un chiffre d’affaires qui stagne voire régresse depuis 5 ans, un résultat net négatif depuis deux ans, une entreprise très endettée (ratio de solvabilité -67 en 2020). Dans un contexte de renchérissement des mati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.