Les trois défis majeurs du futur avion de combat européen

Volonté politique sans faille, maîtrise d’œuvre industrielle forte et innovations technologiques seront les trois défis du programme SCAF. Le système de combat aérien du futur sera l'un des thèmes du Paris Air Forum qui se tiendra le 21 juin au Toit de la Grande Arche de La Défense à Paris.
Michel Cabirol

7 mn

Le pari du SCAF ou de la vassalité aux Etats-Unis ?
Le pari du SCAF ou de la vassalité aux Etats-Unis ? (Crédits : DR)

Pour pouvoir décoller dans le ciel du Vieux-Continent à l'horizon 2035, le futur avion de combat européen va devoir "traiter" trois énormes défis : se battre pour voler aux côtés du F-35, trouver le bon équilibre entre l'Allemagne et la France en matière de coopérations industrielles (Dassault Aviation et Airbus) et de convergences des besoins et, enfin, réussir, non pas seulement un programme d'avion de combat mais un système de systèmes (avions de combat pilotés, drones, futurs missiles de croisière et autres armements, moyens spatiaux, système de commandement et de contrôle, de renseignement....). Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui se retrouvent ce mardi au nord de Berlin, devraient solidifier les fondations de ce programme ayant vocation à succéder au Rafale et à l'Eurofighter à l'horizon 2040.

Car les trois défis requièrent une volonté politique de Paris et de Berlin sans faille sur le long terme, y compris sur le plan budgétaire, et une assurance de cocher toutes les cases dans le domaine de l'innovation technologique pour gagner in fine le pari de la performance de ce programme majeur pour le souveraineté de la France. Car jusqu'à sa mise en service, ce projet va être semé de traquenards, de mines et autres joyeusetés pour le torpiller. Car les Etats-Unis n'en veulent surtout pas. Ils seront aidés par des pays européens au mieux indifférents, au pire, adversaires du programme, en étant instrumentalisés et/ou pilotés par Washington et Lockheed Martin. La guerre a déjà commencé depuis longtemps.

Le pari du SCAF ou de la vassalité aux Etats-Unis ?

Cinq pays européens (Norvège, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie), dont quatre font partie de l'Union européenne, ont déjà embarqué les yeux fermés sur le F-35... Deux autres pays - la Belgique, au cœur de l'Europe, et la Finlande -, qui ont récemment lancé des appels d'offres, hésitent encore malgré les dérives technologiques et financières du programme de Lockheed Martin. Sans oublier la Suisse, qui a le choix entre trois avions de combats européens (Eurofighter, Gripen et Rafale) et deux américains F/A-18 Hornet et F-35). Source de nombreux conflits entre le Pentagone et Lockheed Martin, le F-35 est pourtant l'un des programmes militaires les plus chers de l'histoire, avec un coût estimé au total à près de 400 milliards de dollars.

Mais jusqu'ici cela n'a pas fait reculer les pays européens. D'autant qu'en général, entre l'Europe de la défense et la défense de l'Europe par les Etats-Unis, la plupart des pays du Vieux-Continent ont depuis longtemps choisi Washington. Seuls six pays européens ne volent pas avec des appareils américains : Allemagne et Autriche (Eurofighter), France (Rafale), Hongrie, République Tchèque et Suède (Gripen). Pour le chef d'état-major de l'armée de l'air le général André Lanata, le choix du F-35 par des partenaires est une "préoccupation" car "le F-35 va constituer rapidement un standard de référence dans les armées de l'air mondiales, pas uniquement aux États-Unis mais aussi chez nos principaux partenaires", a-t-il expliqué en juillet 2017.

"Le F-35, qui ne peut être associé qu'à d'autres F-35 aujourd'hui, constitue un système fermé, une sorte de norme à lui tout seul, a-t-il confirmé en février dernier à l'Assemblée nationale. Ce n'est pas satisfaisant, car il n'est pas logique de devoir acheter des F-35 pour travailler en pleine association et avec efficacité avec ces avions".

Pour tuer le projet SCAF (Système de combat aérien du futur) et, au-delà, l'industrie aéronautique militaire européenne, Washington a ciblé l'Allemagne, et plus précisément l'armée de l'air allemande très tentée par le F-35. Les Etats-Unis ont mis dans la balance la mission nucléaire de l'Allemagne dans le cadre de l'OTAN. Jusqu'ici les Tornado allemands peuvent mettre en œuvre la bombe B61. Séduite, la Luftwaffe a effectué plusieurs allers-retours aux Etats-Unis pour forcer le verrou politique allemand. Le chef d'état-major de la force aérienne allemande, le général Karl Müllner, n'avait pas caché en novembre dernier, sa préférence pour le F-35A en vue de remplacer les vieux Tornado. "Si les Allemands achètent le F-35, nous sommes mal partis pour la coopération future, avait estimé en février dernier à l'Assemblée nationale le Délégué général pour l'armement Joël Barre. Si nous essayons d'impulser cette coopération européenne, il faut que nos partenaires nous suivent ». Jusqu'ici Berlin n'a pas cédé. Angela Merkel a même donné son feu vert pour lancer en franco-allemand le projet SCAF sous maîtrise d'œuvre française. Et Karl Müllner a été poussé à prendre sa retraite fin mai.

Quel industriel aux commandes du SCAF ?

Pour réussir ce projet de très grande envergure, Airbus et Dassault Aviation sont condamnés à s'entendre. La France a pris le manche du SCAF en contrepartie du leadership allemand sur le drone Male européen et le futur char de combat (MGCS). "Quand il y a coopération (industrielle), les nations doivent décider, il y a toujours une nation leader (...) pour le SCAF ce sera la France", a confirmé en mai la ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen. Le ministère des Armées a pour sa part précisé que "l'idée est de construire un programme en capitalisant sur les compétences existantes". Dassault Aviation devrait logiquement et légitimement prendre la maîtrise d'œuvre de ce programme, majeur pour l'Europe. Mais déjà, chez Airbus, certains estiment que "le leadership étatique n'implique pas nécessairement un leadership industriel, surtout lorsqu'un industriel franco-allemand (Airbus) est de la partie". Cette contestation du leadership de Dassault Aviation sera-t-il le ver dans le fruit...

L'approche de système de systèmes, fondée sur la mise en réseau de plateformes, pourrait toutefois contribuer à accélérer la consolidation d'une base industrielle et technologique de défense (BITD) européenne de l'aéronautique de combat. Pour autant, l'industrie française doit assumer un rôle central dans ce mouvement au regard des investissements consentis depuis de plus de 60 ans.

A quoi ressemblera ce futur système de systèmes ?

Le SCAF a pour objet faire fonctionner en réseau les systèmes le constituant : avions, drones de combat, moyens spatiaux futurs missiles de croisière et autres armements, système de commandement et de contrôle, de renseignement. Le système aérien du futur devra être "un système de systèmes, avec différentes plateformes en réseau : Il n'y aura plus un avion mais une patrouille mixte avec des avions, des drones - de combat ou de reconnaissance - , des missiles hypervéloces et quelque part un AWACS ou le successeur de l'AWACS", explique-t-on à la DGA.

Ainsi ce système complet ne pourra fonctionner que s'il partage complètement toutes les informations et s'il est capable de mettre en place un véritable combat collaboratif. Ce système pourra décider en fonction de la menace ou de l'évolution de la situation quelle plateforme va attaquer (drone, missile) et celle qui reste en arrière. La guerre du futur consistera plus à une bataille "d'un réseau face à un réseau", précise-t-on à la DGA. "Au lieu de raisonner exclusivement sur le développement des plateformes, je préconise, à ce stade de la réflexion, une approche également centrée sur l'architecture du système dans son ensemble", a expliqué le général André Lanata.

"Un avion de combat ne produit pas à lui seul les effets nécessaires. Il est dépendant en particulier des informations dont il dispose : cela nécessite de combiner des capteurs, des armements, des moyens de surveillance, des moyens et des normes de communication souvent à très longue distance mais aussi l'appui du ravitaillement en vol, des moyens de détection aéroportés, etc, a-t-il précisé. Il faut donc commencer par évaluer les architectures système et la norme d'échange du système de nature à répondre à nos besoins opérationnels. Nous serons ainsi en mesure de déterminer sur quels secteurs nous devons concentrer nos investissements".

Michel Cabirol

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 06/02/2019 à 21:52
Signaler
La Bulgarie à des MIG 29, c'est largement suffisant pour faire la police du ciel, que le SCAF ne pourra jamais faire ou pas pour un prix raisonnable !

à écrit le 26/06/2018 à 15:39
Signaler
Il ne semble pas que l'on ait retenu la leçon du A400M ! Plus de 12 ans de retard et c'est pas fini, dépassement de budget de plus de 12 % sans compter les nombreuses innovations techniques prévues mais non installées sur les appareils récemment livr...

à écrit le 20/06/2018 à 14:33
Signaler
Le premier défi reste de mettre sur rails une euro-défense, et cesser de croire a cette alliance américaine... Quand on voit comment les US considèrent l'Europe et le reste du monde, je pense que le message est très!s clair : finit l'adolescence béat...

à écrit le 20/06/2018 à 9:31
Signaler
Vivement une centralisation des achats défense en europe avec un buy European act en plus Et bye bye les programmes us Oui les us ont un budget défense plus élevé mais si nous réunissons les budgets des 27 + passage à 2% du pib dans la defense nous ...

à écrit le 19/06/2018 à 18:59
Signaler
L'irak était bardée de radars anti aériens francais en 91! pas un seul F117 n'a été éraflé, le général Goldstein à la tête de l'armée de l'air US en rigole encore lui qui était à bord de l'un d'entre eux à l'époque. Les US ont invité la france (s...

le 19/06/2018 à 20:15
Signaler
Précisez bien en 91. Parce que depuis, les USA ont lentement mais inexorablement décliné. Leurs ingénieurs ont le niveau de nos BTS d'un lycée de campagne : ils savent faire des hamburgers, des soirées mousses et tapoter sur leur Iphone made in China...

le 19/06/2018 à 21:45
Signaler
@alder, visiblement vous ignorez qu'en Janvier 1991, une délégation américaine a été "invitée" en France par Thomson-CSF, sur ordre de notre gouvernement de l’époque, pour se faire expliquer comment brouiller les radars irakiens (effectivement made ...

le 19/06/2018 à 23:10
Signaler
Ca n'a rien a voir, ils avaient encore majoritairement des avions de 4emes generation, pas besoin de brouillage pour les F117 Ils ont demandé gentiment aux russes aussi ? vous dites n'importe quoi ou plutot vous etes naifs.

le 20/06/2018 à 0:10
Signaler
@Adler Nous avons un spécialiste parmi nous dites-donc! Tiens j'ai une question pour toi, ô pourfendeur de la techno française qui pue autant que nos fromages : Tu peux nous reparler de la fois où après qu'un A-10 en 2003 ait été abattu par un R...

le 20/06/2018 à 0:10
Signaler
Je disais @nonymous : Ca n'a rien a voir, ils avaient encore majoritairement des avions de 4emes generation, pas besoin de brouillage pour les F117 Ils ont demandé gentiment aux russes aussi ? Les irakiens avaient aussi des radars russes.

le 20/06/2018 à 16:16
Signaler
@marmotte, "Ceux qui en savent ne parlent pas.". Le problème c'est que ce genre individu propage un sentiment d'infériorité insupportable. J'ose espérer qu'alder est anglo-saxon. Dans le cas contraire, je ne dirai pas ce que je pense de lui pour ne p...

à écrit le 19/06/2018 à 12:46
Signaler
Furtivement le projet d'avion furtif sort du ténébreux secret ?

à écrit le 19/06/2018 à 11:39
Signaler
Monsieur, pour la crédibilité de votre article svp : la Norvège n'est pas membre de l'UE. Cordialement

à écrit le 19/06/2018 à 10:59
Signaler
Des embûches pas seulement américaines mais aussi allemandes. Déjà dans les années 70 les allemands s'étaient opposés au leadership français sur ce qu'allait devenir l'eurofighter, tandis même que les anglais auraient reconnu la légitimité de la fran...

le 19/06/2018 à 15:01
Signaler
Nous devons à Charles De Gaulle l'aéronautique et le spatial . Leadership FR durant quelques décennies, puis laché aux Allemands.

le 19/06/2018 à 16:57
Signaler
A savoir que Airbus détient une fraction de Dassault. Et que cet article semble avoir du plomb dans l'aile niveau Source, sachant qu'Airbus et Dassault se seraient déjà entendu pour que Dassault soit le maître d'oeuvre, un paris totalement gagnant...

à écrit le 19/06/2018 à 10:05
Signaler
Belle occasion technologique à saisir, le parcours sera long et semé d'embuches, essentiellement américaines.

à écrit le 19/06/2018 à 9:32
Signaler
Pfff... des broutilles, déjà, avant tout, il ne se relèvera pas d'être né européen... Vite un frexit.

à écrit le 19/06/2018 à 9:14
Signaler
Les allemands vont sabordé le projet. il faut d abord une politique extérieure commune.les allemands sont pacifistes pour des raisons économiques( pour se faire du beurre sur les français)

le 19/06/2018 à 15:03
Signaler
Absolument !!! d'accord.

à écrit le 19/06/2018 à 7:58
Signaler
Il serait important aussi de mentionner le calendrier. Le rafale (et eurofighter) a été développé avant le f35 et il est opérationnel depuis des années. Alors que le f35 bénéficie d'une (très) légère avance technologique due à son calendrier (et à se...

le 19/06/2018 à 11:36
Signaler
Une très légère avance technologique ? Le rafale ne voit pas le f35. Elle est bonne, les avions israeliens volent impunément dans le ciel syrien soit disant protégé par la russie. Ils ne savent meme pas d'ou viennent les coups. Le système de sy...

le 19/06/2018 à 18:01
Signaler
@alder !Les avions israéliens volent en Syrie mais pas dans la zone d'intervention des S300 et S400 russes qui sont loin de couvrir le territoire syrien.Quand à la furtivité des F35 c'est à voir comme le F 117 ultra furtif detruit par un vieux missil...

le 19/06/2018 à 20:24
Signaler
@alder : c'est pas parce que vous êtes représentant en France de Loockeed Martin qu'il faut aller raconter des salades. L'abus de hamburger aux hormones et de Coca Cola aux bulles a semble t il causé des dégâts irréversibles à votre cerveau. La véri...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.