La France prend le manche du futur avion de combat européen

 |   |  570  mots
Quand il y a coopération (industrielle), les nations doivent décider, il y a toujours une nation leader (...) pour le SCAF ce sera la France, a annoncé la ministre de la Défense allemande, Ursula Von der Leyen
"Quand il y a coopération (industrielle), les nations doivent décider, il y a toujours une nation leader (...) pour le SCAF ce sera la France", a annoncé la ministre de la Défense allemande, Ursula Von der Leyen (Crédits : Armée de l'air)
Dassault Aviation a été désigné chef de file du programme européen du Système de combat aérien du futur (SCAF).

La ministre des Armées, Florence Parly, et son homologue allemande, Ursula von der Leyen ont signé jeudi à Berlin un accord pour lancer le projet de futur avion de combat franco-allemand. La France jouera le rôle de "leader". Le Système de combat aérien du futur européen (SCAF) est la pièce maîtresse de la stratégie de Paris et Berlin pour assurer la souveraineté européenne en matière de défense. "Cet accord sur le système de combat aérien du futur, c'est une nouvelle étape, une nouvelle accélération pour l'Europe de la défense", a estimé Florence Parly.

"Le SCAF va révolutionner le mode de combat et nos équipements et permettre des investissements et des innovations plus ambitieuses, le SCAF, ce sont des armées plus puissantes et plus opérationnelles", a résumé Florence Parly lors d'une conférence de presse commune à l'ILA, le salon international de l'aéronautique de Berlin.

Les deux pays pourront proposer une alternative européenne crédible au F-35 américain. Cet avion de combat remplacera à l'horizon 2040 leurs flottes actuelles d'avions de combat respectives, l'Eurofighter et le Rafale, indique la "Fiche d'expression de besoins" (FEB), le document signé par les ministres, neuf mois après la première mention de ce projet par les deux capitales.

Dassault Aviation, chef de file du programme

Le futur avion de combat sera développé par Dassault Aviation, qui prendra le manche du programme, a indiqué la ministre allemande. Ce qui était légitime au regard du passé des deux groupes dans le domaine de l'aviation de combat. "Quand il y a coopération (industrielle), les nations doivent décider, il y a toujours une nation leader (...) pour le SCAF ce sera la France", a d'ailleurs reconnu  Ursula Von der Leyen. Dans sa présentation, le ministère des Armées a confirmé, comme l'avait expliqué Florence Parly à La Tribune, que "l'idée est de construire un programme en capitalisant sur les compétences existantes".

Le SCAF est conçu comme un système complet associant un avion de combat de nouvelle génération, des drones, des avions existants encore en service après 2040, de futurs missiles de croisière et des drones évoluant en essaim. Il sera connecté à des avions, des satellites, des systèmes de l'OTAN, de l'Union européenne et des systèmes de combat terrestres et navals dans un cadre d'opérations offensives et défensives. Le système de combat aérien futur pourra agir soit en autonomie, soit au sein d'un système de systèmes, afin de faire face aux défis des environnements opérationnels futurs.

Quels besoins opérationnels?

Le SCAF devra répondre aux exigences de l'ensemble des missions air-air, air-surface. La survivabilité du SCAF devra lui permettre de faire face à l'ensemble des menaces futures. Ainsi, il devra disposer de capacités de supériorité aérienne face aux menaces aériennes futures et devra être capable d'engager l'ensemble des cibles d'intérêt pour les opérations air surface. En outre, il doit pouvoir agir en environnement aérien contesté et engager tous les types de systèmes de défense aérienne. Dans ce cadre, il aura un besoin accru de connectivité et de capacité de fusion de données temps réel. Enfin, le SCAF doit être navalisable pour les besoins français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2018 à 11:11 :
Notre avantage c'est d'avoir Dassault/Thales/MBDA ce sont des projets 100% français et qui cartonnent, surtout nous savons maîtriser les coûts vs Eurofighter, A400M, Tigre ... L'Allemagne est pragmatique et gère son budget par les coûts quand il s'agit de son économie. Quand il s'agit de gérer les budgets par les coûts pour son armée c'est nous qui sommes les experts dans ce domaine par rapport à nos expériences, il est donc naturel que la France soit leader sur ce projet.
a écrit le 29/04/2018 à 21:31 :
Il manque UN SEUL partenaire, avec ce duo, le Royaume-Uni, membre permanent du Conseil de Sécurité de l'O.N.U.
L'Allemagne n'a aucune Diplomatie et n'a pas d'expérience, en intervention avec les équipements. Le Royaume Uni a un vrai savoir en Aéronautique, interventions, Naval, Porte-Avions.
Réponse de le 30/04/2018 à 10:58 :
Pas bête comme remarque, côté porte avion nous avons quand même été échaudés. Niveau alliance BAE est un GROS fournisseur du Pentagone avec Raython, Lookheed et Boeing. LE RU est aussi le premier partenaire du F35. Enfin nous avons déjà le projet d'étude avec eux de l'avion de chasse sans pilote. Le problème des anglais c'est qu'ils sont sur trop de projets à la fois donc cela crée un dilution de leurs investissements.
a écrit le 29/04/2018 à 18:37 :
Quelle mascarade... se préparer à un conflit "high end" qui ne peut avoir lieu puisque les potentiels adversaires de ce niveau ont le feu nucléaire....
J'enverrais tous ces escrocs fabriquer des choses utiles moi président !!!
Tout ça pour faire les cake dans les pays du quart monde, la honte !
Réponse de le 29/04/2018 à 20:28 :
Vous vous trompez, on peut utiliser la bombe contre un pays qui ne l'a pas, contre un pays qui l'a ce n'est pas très raisonnable...
Réponse de le 29/04/2018 à 23:06 :
Je ne me trompe pas c'est vous qui ne comprenez pas.
Alors je le dis autrement, un conflit haute intensité, symétrique whatever c'est à dire entre des pays a haute technologie est absurde puisque ces pays possèdent l'arme ultime et que par conséquent un conflit conventionnel à parité de moyens ne peut avoir lieu sous crainte d'escalade vers le nucléaire.
On le voit parfaitement en syrie ou les US et la france demandent poliment à la russie s'ils peuvent (s'ils le peuvent sic) envoyer deux trois colis à des adresses précises sans risquer de se faire descendre. On évite soigneusement tout conflit conventionnel, c'est deja le cas.
a écrit le 29/04/2018 à 9:54 :
Si les Allemands nous laisses si gentiment le "leadership" ça veut dire clairement que c'est bidon ! L'avion de combat avec pilote c'est terminé, pas la peine de se raconter d'histoire, TOP GUN c'était l'époque ! On va se défendre de quoi et surtout de qui au juste ?
a écrit le 29/04/2018 à 9:35 :
disparition de 90 à 100% des essaims d abeilles
disparition de 60 % des insectes
disparition de 30 % des oiseaux
disparition des fleurs sauvages
et l on continue imperturbablement ..... L'homme lutte t il pour mourir?
AH oui, une bonne nouvelle, les bourses sont à la hausse
a écrit le 28/04/2018 à 22:57 :
"alternative européenne crédible au F-35 " ahahahaha!!

Le Rafale surpasse déjà très largement le F35! Le F35 est un échec complet: 35 ans pour le faire, plus de 35 Mds de $ pour un avions dont le réacteur et surgonflé en faisant une cible thermique idéale, un MTBF de moins de 4h et des qualités de vol très moyennes.
Le plus gros think tank de défense aux US a d'ailleurs fait une publication très célèbre : "can't turn can't climb can't run"
Réponse de le 29/04/2018 à 16:27 :
mais apparemment ça se vend non ? (au moins aux Belges)
a écrit le 28/04/2018 à 12:15 :
Airbus est devenue une entreprise allemande, avec tout le staff allemand et les usines en majorité en Allemagne. Cette entreprise allemande a été fondée autour d'un avion français, l'A320, inventé à Toulouse, et maintenant fait surtout à Hambourg. Airbus est issu d'un partage généreux du savoir-faire français, bien mal récompensé par une éviction lente et habile de tout le haut personnel français.
L'histoire se répète avec Dassault, qui sait faire tout seul un excellent avion de chasse, mais qui va devoir "partager" avec les Teutons. Ach ! Bedits Franzès nahifs !
Réponse de le 29/04/2018 à 10:28 :
Je pense que votre commentaire est erroné. Tout d’abord si les allemands ont pris une position majeure chez Airbus Groupe il faut s’en prendre à nous même avec le fameux et surtout fumeux M. Forgeard et son équipe qui voulait, ce qui n’était pas les statuts, être patron d’Airbus et PDG du Groupe, pour mémoire un membre français du management de l’époque a trempé dans l’affaire Clearstream cela donne le niveau de cette équipe un mélange à la française de politiques et d‘industriels véreux. La France comme à son habitude a mélangé le politique M. Chirac, un Président toujours dans les bons coups et une équipe à la limite de la régularité avec en prime le semeur de troubles M. Lagardère complètement incompétent qui heureusement pour lui avait un papa (lui aussi grand copain comme par hasard de M. Chirac qui lui a permis à bas prix de prendre une position majeure chez Airbus), voir les ventes d’actions lors des déboires, reports de l’A380, Les allemands ont tapé à juste titre sur la table nous avons du en catastrophe après deux autres patrons tout aussi incompétents demander à M. Gallois de remettre de l’ordre dans le management. A la suite de cette médiocre affaire bien française dans laquelle se mélange le politique et l’industriel les allemands ont pris les commandes et nous avons du devant notre médiocrité nous taire. Pour ce qui du personnel vous n’avez pas les bons chiffres vous avez oublié certaines branches dont l’hélico et satellites pour la France. Concernant Dassault la aussi il faudra, mais en sommes nous capables, de mettre notre arrogance dans la poche et surtout que les états majors des deux armées soient sur la même longueur d’onde opérationnelle un défi, sera-t-il surmontable? Autre défi d’ici 2030/2040 les exécutifs politiques des deux pays auront changé quelle sera leur entente sur un tel programme? Un beau projet pour l’instant à deux mais je pense que les italiens, anglais espagnol demanderont à s’inviter. Une autre question les pays de l’est pro américains en armement et pro européens à aides financières seront-ils une sorte de Cheval de Troie des US car ces derniers ne resteront pas sans vouloir torpiller ce concurrent de poids technologiquement mais également commercialement, l’enjeu est très important pour les firmes américaines qui ne doivent pas apprécier ce futur consortium. Souhaitons que cette alliance soit une réussite.
a écrit le 27/04/2018 à 17:19 :
On a du mal a croire qu'en 2040 les avions seront autre chose que des drones ou des avions pilotés a distance. Je fais confiance aux armées pour exprimer leur besoin, mais a mon avis, le sens de l'histoire va vers un avion sans pilote puisque la technologie est la et que cet avion sera capable de dépasser les contraintes de maniabilité et de puissance que l'homme imposait (G encaissés, durée des vols...).
Réponse de le 28/04/2018 à 13:00 :
La question des limites est passionnante, mais 1/ je ne suis pas sûr que les structures avion supportent mieux 10g d'accélération, 2/ je ne suis pas sûr que le contrôle d'un drone ne nécessite pas une trop grande quantité d'informations (image, ...) à retransmettre ?
Réponse de le 28/04/2018 à 22:39 :
Je ne suis pas sûr que l’on ait encore suffisamment de pétrole en 2040
http://dai.ly/x1bw879
https://www.youtube.com/watch?v=LnaEsByCmCE
https://imgur.com/a/6dEDt
rentabilité du schisto US
https://imgur.com/a/t7ulB
a écrit le 27/04/2018 à 15:26 :
Attention avec ce genre de deal avec les allemands: s'ils laissent la maîtrise d'oeuvre sur un programme il voudront le leadership sur absolument tout le reste, sinon plus.
Attention à ce qu'Airbus ne vienne pas concurrencer Dassault à l'export dans les prochains décennies, on est plus à 1 trahison près après tout

L'Ami R.
Réponse de le 28/04/2018 à 10:30 :
Vous avez raison lorsqu'on voit que l'on ne peut pas vendre un blindé à je ne sais plus qui parce qu'il y a des composants allemands. Ils sont du même tonneau que les américains. Quant à la trahison, elle n'est pas d'hier avec le traité européen adjoint d'un article qui l'a dénaturé complètement.
a écrit le 27/04/2018 à 10:03 :
Entre nous c'est une bonne nouvelle ! Ensuite la "Deutsche qualität" a du gros plomb dans l'aile entre les défauts techniques de l'Eurofighter cloués au sol et qui a perdu tous ses duels face au Rafale, l'A400M projet mené par l'Allemagne qui ne décolle pas, les 6 sous marins TKMS allemand en réparation qui n'en finis pas, les trains Siemens qui tombent en panne régulièrement. Il faut en finir avec cette image toute faite.
On parle maintenant de Franzosiche Qualität !!!
Réponse de le 27/04/2018 à 12:11 :
l'A400M est mené par l'Espagne, pas l'Allemagne
Réponse de le 27/04/2018 à 14:34 :
Oui, enfin..... le Velib 2.0 , c'est pas terrible.....
a écrit le 27/04/2018 à 8:23 :
Allez voir ce que n'ont pas réussi les industriels allemands sur l'Eurofighter : la dynamique allemande dans les avions de combat n'impressionne plus depuis longtemps (l'A400 n'est qu'un avion de transport).
Réponse de le 28/04/2018 à 11:33 :
Rafales produits: <250
Eurofighters produits ~ 500
Ceci dit, j'aime beaucoup le Rafale, mais pour l'instant ce n'est pas un immense succès à l'export, il est temps d'arrêter la course en solitaire quand on ne peut plus vendre face à l'Oncle Sam.....La seule solution réside dans l'union même si notre ego doit en souffrir un peu. Par ailleurs, si l'on creuse un peu, le monopole de Dassault en matière de chasseurs est une décision politique datant de la fin des années 50. Il y a eu partage des marchés entre le civil: SNIAS et militaire Dassault. A chaque fois que l'un ou l'autre a voulu aller jouer dans le pré du voisin l'état à sifflé la fin de la récréation. Voir le Mercure de Dassault....et le Durandal de l'autre côté.
Réponse de le 28/04/2018 à 11:50 :
Les allemands ont seulement contribué derrière les anglais à la production des 500 Eurofighters. A part le missile IRIS, il est très difficile d'identifier un domaine d'excellence allemand dans les avions de combat. Ils ont même des problèmes de qualité de rivetage de la carlingue.
Réponse de le 28/04/2018 à 16:57 :
2 fois plus d'eurofighter produit que le Rafale ? Sauf qu'il ne faut pas oublier de mentionner qu'il est produit par 4 pays ! Avec 4 chaînes de montage ! Sinon, les allemands n'ont pas contribuer aux pieces les plus importantes comme l'avionique et le moteur. Donc les allemands ne pouvaient que nous suivre. Ils n'avaient pas le choix.
Réponse de le 28/04/2018 à 18:41 :
Le moteur est certes d'origine RR, mais nous pourrions tout aussi bien l'utiliser, la comparaison n'étant pas forcément en faveur du M53. Quant à l'avionique personne ne fait tout tout seul, même notre ami Dassault.
Le nombre d'avions produits n'a d'intérêt qu'en tant que diluant les frais non récurrents, les 4 chaines ne vont pas dans ce sens je vous l'accorde....Cependant mieux vaut ne pas se plonger dans la comptabilité du Rafale si le contribuable gaulois ne veut pas se faire peur...
a écrit le 27/04/2018 à 8:05 :
La France comme à son habitude va se faire avoir. Au début, on pourra penser que c'est Dassault qui est au commande, puis doucement mais surement , les industriels allemands vont s'accaparer les savoir-faire comme cela été le cas avec l'A400M et dans 20 ans , Dassault sera sous le giron Teuton.
Quel bel avenir pour la France.
Réponse de le 27/04/2018 à 10:01 :
Si vos cris d'orfraie étaient convertible en euros, on pourrait se passer d'une alliance avec les méchants allemands.
Réponse de le 27/04/2018 à 11:01 :
Autant nos politiques peuvent être parfois bien naïfs, autant nos industriels le sont beaucoup moins car leru survie en dépend. Donc pas d'inquiétude.., ils fabriquent des avions et leurs composants avant votre venue au monde et ils savent que les allemands ne peuvent pas trop imposer quoi que ce soit avec les casseroles qu'ils trainent.... Ils ont bien construit l'eurofighter et l'A400M et ben pourtant, il sont toujours incapable de faire un avion seul car BAE a tout dirigé et ce sera la même chose avec Dassault qui va imposer ses règles.
Réponse de le 27/04/2018 à 14:40 :
Dassault est assez malin pour défendre les interets français (depuis ~100ans). Les allemands vont sortir le chequier et financer les pré-études donc si il faut se dissocier une nouvelle fois des allemands on le fera.

Les Allemands n'ont aucune legitimité car leurs armée ne sert à rien, leurs généraux ne peuvent rien exiger face aux militaires français qui sont sur des opérations externes...
Idéalement les allemands devraient acheter le Rafale en attendant le nouvelle avion Europeen.
a écrit le 27/04/2018 à 8:04 :
Dassault prend la maîtrise d’ouvrage, mais que prennent Airbus et les allemands ? J’aime pas quand les détails importants ne sont pas précisés...
Réponse de le 27/04/2018 à 11:37 :
On peut déjà imaginer qu ils seront maitre d œuvre de toute la partie "transmission des données".
Réponse de le 28/04/2018 à 21:19 :
L'allemagne va développer le char de combat de prochaine génération, le Leopard 3.
Réponse de le 28/04/2018 à 23:06 :
Comme le dit Piero, l'Allemagne va diriger la construction du futur char de combat franco-allemand et donc la France disposera du leopard 3. Tandis que l'Allemagne aura le Rafale F10 ;)
a écrit le 26/04/2018 à 22:16 :
On réarme l'Allemagne. Cool ça. C'est pas comme s'ils nous détestaient ni voulaient détruire notre industrie de l'armement...
Souveraineté européenne ? LoL.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :