Spatial : Airbus et Thales, des frères siamois ennemis

 |   |  964  mots
Airbus et Thales Alenia Space ont été sélectionnés par l'Espagne pour la réalisation de deux satellites de communication sécurisée de nouvelle génération, Spainsat NG I et II.
Airbus et Thales Alenia Space ont été sélectionnés par l'Espagne pour la réalisation de deux satellites de communication sécurisée de nouvelle génération, Spainsat NG I et II. (Crédits : Airbus)
En 63 minutes lundi 6 mai, six communiqués publiés par Airbus et Thales ont résumé dans le domaine spatial à la fois l'incroyable rivalité que se livrent les deux constructeurs tricolores et à la fois la puissance de ce que peut générer leur partenariat.

Airbus, Thales, tantôt partenaires, tantôt concurrents. La journée de lundi 6 mai en a été l'illustration parfaite avec une rafale de six communiqués publiés en 63 minutes chrono par les deux industriels portant sur des commandes et une campagne importante en cours. A 14h02, Thales Alenia Space (TAS) dégaine en premier pour annoncer qu'en association avec le constructeur Maxar, coté à New York, il a franchi une étape importante pour le développement de la constellation en orbite basse Telesat LEO, qui sera prochainement commandée par l'opérateur canadien Telesat. Puis, Airbus Space et TAS indiquent dans un communiqué commun mais publié respectivement à 14h45 et 14h46 qu'ils sont sélectionnés par l'opérateur satellitaire gouvernemental espagnol Hisdesat pour la réalisation de deux satellites de communication sécurisée de nouvelle génération Spainsat.

A 14h56, Airbus révèle qu'il est choisi par le principal opérateur malaisien MEASAT pour construire MEASAT-3d, un nouveau satellite de télécommunication multimissions. Puis, le constructeur européen annonce à 15h05 qu'il a conclu lui aussi avec succès la phase de définition système et de gestion des risques de la constellation LEO de Telesat. Sans oublier qu'Airbus a  communiqué à 14h02 que le satellite EDRS-C (SpaceDataHighway), développé dans le cadre d'un partenariat public-privé entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Airbus sera lancé le 24 juillet 2019 par une fusée Ariane 5. Fermez le banc...

Constellation Telesat : compétition entre Maxar/Thales et Airbus

C'est l'un des programmes spatiaux qui fait rêver les deux constructeurs européens, une constellation en orbite basse (112 satellites, voire 292 ou même 512). Telesat avait choisi le consortium Thales/Maxar d'un côté, et Airbus, de l'autre côté, comme contractants pour la phase de conception de son système LEO. Thales a précisé que le consortium a "maintenant considérablement progressé dans la conception détaillée et dérisquée du système complet en orbite basse, incluant l'optimisation du système, les exigences de développement, les compromis d'ingénierie et le prototypage de la technologie pour concevoir des designs mûrs et probants appliqué au segment spatial, au segment sol, et aux terminaux utilisateurs de Telesat LEO".

De son côté, Airbus a conclu avec succès la phase de définition système et de gestion des risques de la constellation LEO de Telesat, proposant à l'opérateur des solutions pour les segments sol et spatial. Le constructeur européen propose que l'industrialisation du programme sera en partie située au Canada, "la cinquième patrie d'Airbus", selon le groupe.

Spainsat, Airbus et TAS, partenaires

Un consortium de quatre co-maîtres d'œuvre, réunissant Airbus et Thales Alenia Space en Espagne et en France, a été sélectionné par l'opérateur satellitaire gouvernemental espagnol Hisdesat pour la réalisation de deux satellites de communication sécurisée de nouvelle génération, Spainsat NG I et II (750 millions d'euros). Hisdesat a obtenu du ministère de l'Industrie espagnol un prêt sans intérêt et sans garantie de 750 millions d'euros (150 millions en 2019 puis 2020, 225 millions en 2021, puis 2022) pour financer ce programme. Ce programme de renouvellement de communication sécurisée par satellite coûtera au total 1,617 milliard d'euros à l'Espagne sur une durée de 19 ans.

Ces satellites gouvernementaux, qui opéreront en bandes X, Ka militaire et UHF, vont remplacer Spainsat et Xtar-EUR, qui assurent actuellement les communications gouvernementales. Airbus aura le rôle de chef de file du consortium. Le premier des deux satellites sera lancé en 2023, assurant ainsi la continuité du service pour le ministère de la Défense et les agences gouvernementales espagnols, qui utilisent la flotte actuelle. D'une durée de vie nominale de 15 ans, les satellites Spainsat NG seront en principe opérationnels jusqu'en 2037. Les deux satellites seront dotés de technologies avancées de protection anti-brouillage et anti-usurpation. Ils seront par ailleurs endurcis et protégés contre les phénomènes nucléaires à haute altitude

Les charges utiles de communication des deux satellites seront fournies par l'industrie espagnole, qui pourrait prendre en charge jusqu'à 40% du programme Spainsat NG. Le module de communication sera également intégré en Espagne, ce qui représente une avancée majeure pour l'industrie du pays. Airbus Espagne sera chargé de la charge utile en bande X, tandis que Thales Alenia Space Espagne réalisera les charges utiles en bandes UHF et Ka militaire. D'autres entreprises espagnoles du secteur spatial seront également impliquées dans le projet. Toutefois, les satellites seront fabriqués à partir de la plateforme Eurostar Neo d'Airbus.

Airbus remporte un nouveau contrat commercial

Airbus a été choisi par MEASAT, le principal opérateur malaisien, pour construire MEASAT-3d pour un montant de 360 millions de dollars. Ce nouveau satellite de télécoms multi-missions remplacera les capacités existantes et permettra à MEASAT de renforcer ses activités en Malaisie, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. Placé en orbite à 91,5° Est, sur la même orbite que le satellite MEASAT-3b, également construit par Airbus, MEASAT-3d offrira des performances accrues et remplacera progressivement MEASAT-3 et MEASAT-3a afin de consolider son offre de télévision par satellite haut de gamme en Asie. Son lancement est prévu en 2021.

MEASAT-3d pourra remplir une nouvelle mission de très haut débit en bande Ka pour fournir un réseau internet haut-débit au-dessus de la Malaisie, comblant ainsi le fossé numérique dans le pays. Le satellite emportera également une charge utile de navigation en bande L destinée au système d'augmentation par satellite coréen (KASS) de KTSAT. MEASAT-3d est conçu pour une durée de vie nominale de plus de 15 ans. Bilan de la journée, avantage à Airbus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2019 à 18:09 :
"... que se livrent les 2 constructeurs tricolores" : la plupart des drapeaux ont effectivement 3 couleurs !
Mais constructeurs français à 100%, l'un pas du tout, l'autre davantage.
Réponse de le 07/05/2019 à 20:55 :
Si vous considérez qu'Airbus DS n'a aucune partie en France vous oubliez le site le plus important qui est à Toulouse, il y a aussi Elancourt en région parisienne. Pour ce qui est de TAS, hormis Toulouse et Cannes le reste est en Italie, entre autres....Cela relève plutôt du match nul....
a écrit le 07/05/2019 à 11:10 :
Ça prouve l'excellence des filières électronique, aéronautique et spatiale en France
Pourtant jamais bien positionnée dans les classements à la noix "made in china" de Shanghai ou anglo-saxon.... :-)
a écrit le 07/05/2019 à 10:30 :
Étonnant vu le plan social de 850 personnes en cours chez TAS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :