Quand le glacier lillois Dagniaux s'attaque au Danio de Danone

 |   |  473  mots
En janvier, Danone a lancé le produit Danio, présenté comme un encas à la texture unique.
En janvier, Danone a lancé le produit Danio, présenté comme un "encas à la texture unique". (Crédits : Reuters)
Créé en 1923 à Lille, le glacier Dagniaux menace de saisir "le tribunal d'une demande en annulation de la marque Danio, sur les produits laitiers et yaourts glacés, ainsi que d'une action en concurrence déloyale".

Face au leader mondial des produits laitiers frais, il est encore plus petit que David devant Goliath. Pourtant, lui non plus ne se laisse pas intimider.

Le glacier Dagniaux, créé en 1923 dans le centre-ville de Lille, et devenu depuis une institution dans la capitale des Flandres, a instigué mercredi 13 novembre une saisie d'huissier dans un supermarché de Wasquehal (Nord). Il réagissait ainsi à la commercialisation par le groupe Danone de la marque Danio, dont l'homonymie avec son propre nom lui aurait fait perdre 15% du chiffre d'affaires prévisionnel de 2014, qui devrait être de l'ordre de 7,5 millions d'euros.

Une marché commun

En janvier, le géant mondial, qui réalise plus de 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires et compte environ 100.000 salariés, a lancé le produit Danio, présenté comme un "encas à la texture unique, super consistante, riche en protéines et faible en matières grasses".

"Suite à ce dépôt de marque", le glacier nordiste, qui emploie 70 personnes, lui envoie un courrier pour lui "demander gentiment de l'enlever", se fondant sur le caractère phonétiquement semblable des deux noms ainsi que sur la communauté de marché des deux entreprises, celui des produits laitiers, raconte le Pdg de la société Dagniaux Sébastien Van de Velde. Mais la PME reçoit une fin de non recevoir de la multinationale.

Danone dépose Danio, Dagniaux dépose Danaune

Le glacier du Nord, qui dispose d'une usine à Roubaix et d'une autre à Cambrai, choisit alors la stratégie de la provocation: il dépose à l'Institut national de propriété intellectuelle (INPI) la marque "Danaune". Danone menace alors à son tour de le traîner en justice. Daigniaux tient bon:

"Je ne me suis pas laissé démonter, j'ai repris exactement leur courrier en changeant 'Dagniaux/Danio' par 'Danone/Danaune'", explique le dirigeant de la PME.

Une commande de 130.000 bûches de Noël annulée

Les dommages se font néanmoins sentir:

"De nombreux acheteurs, qui voulaient continuer avec moi, m'ont incité à changer de marque", regrette le Pdg, qui présente son entreprise comme "le pot de terre face au pot de fer".

Il raconte notamment avoir dû subir une annulation de commande de 130.000 bûches de Noël de la part d'une société de grande distribution à cause de l'homonymie.

Une demande en annulation de la marque Danio?

"J'ai la rage car j'ai repris cette marque qui était en difficulté il y a deux ans, on l'a redressée, et du jour au lendemain on se la fait piquer", déclare-t-il.

A présent, Daigniaux affirme dans un communiqué transmis à l'AFP souhaiter saisir "le tribunal d'une demande en annulation de la marque Danio, sur les produits laitiers et yaourts glacés, ainsi que d'une action en concurrence déloyale".

Contacté plusieurs fois, Danone n'a, pour sa part, pas donné suite aux appels, rapporte l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :