L'allemand BMW va chercher des jeunes chômeurs espagnols pour les former

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
BMW va assurer durant un an en Allemagne la formation de 25 jeunes espagnols sans emploi. Ce programme pourrait ensuite être étendu à d'autres pays comme l'Italie ou la Grèce.

BMW  recrute des  jeunes Espagnols sans emploi pour les former en Allemagne dans le cadre d'un programme pilote visant à "rendre quelque chose" aux pays dans lesquels vivent ses clients. Vingt-cinq chômeurs âgés de 18 à 25 ans seront ainsi formés pendant un an au siège du groupe bavarois à Munich, déclarait dernièrement au Frankfurter Allgemeine Zeitung la directrice des ressources humaines de BMW, Milagros Caina-Andree, elle-même née en Espagne.

Immersion dans la culture

"Ils seront immergés dans la culture allemande". Ils pourront  "vivre dans la famille d'accueil de BMW et travailler dans le développement, les ventes, le marketing ou tout autre domaine", précise la DRH. Après, ces jeunes "pourront rentrer chez eux ou rester ici". Ce programme serait ensuite  étendu à d'autres pays comme l'Italie ou la Grèce, précise Milagros Caina-Andree. Avec plus de six millions de demandeurs d'emploi, l'Espagne affiche un taux de chômage de plus de 27% pour l'ensemble de la population active et de 57% chez les moins de 25 ans.

Progression des ventes

Comme ses rivales Mercedes et Audi, BMW, spécialiste allemand du haut de gamme, poursuit la hausse de ses ventes. Sur les quatre derniers mois de l'année, les livraisons de BMW (avec Mini et Rolls Royce) ont grimpé de 5,7% pour atteindre un record de 603.619 véhicules (+7,1% pour la marque allemande seule). BMW a toutefois reculé de 10,8% en mai en Allemagne, sur un marché total outre-Rhin qui reculait de 9,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2013 à 11:39 :
Faut-il sortir de l Euro de Jacques Sapir, éditions du Seuil.

Page 32

"Le compromis originel

Pour en revenir au Compromis Fondateur, il était le suivant. L Allemagne obtenait un droit d'accès sans restrictions qu elles soient tarifaires (principe du marché unique) ou monétaires (impossibilité désormais de dévaluer), aux principaux marchés de ses voisins (la France, l Italie, l Espagne). Mais l Allemagne apportait aussi une contribution à l'Union.
Ses économistes savaient que la Monnaie Unique permettrait aux différents pays membres de la future zone Euro de profiter des taux d'intérêts très bas dont l Allemagne bénéficiait. C est cet avantage que l on fit miroiter aux pays de la zone euro.
En d'autres termes si l Allemagne obtenait un libre accès libre aux marchés de ses voisins, elle leur offrait la possibilité de sendetter à bon compte pour ... acheter des produits Allemands !

Ce fut bien ce qui se passa au départ. Les écarts entre les taux d'intérêts par les différents pays sur leur dette et les taux allemands (ce qu'on appelle les spread" se réduisirent de manière spectaculaire avec la mise en oeuvre de l Euro. On parla ainsi de l unification du marché des dettes comme d'un grand succès.

Mais on ne remarqua pas, ou l'on ne voulut pas remarquer, que cette unification était la seule à laquelle on assistait alors. Les prix des produits dans les différents pays de la zone Euro restait très différents, la valeur des actions sur les marchés des valeurs mobilières ne convergait nullement. Plus graves encore les divergences économiques entre les pays de la zone euro allaient en s accroissant. Le compromis fonctionna donc en apparence jusqu'en 2008 et l'on a pu parler d'un moment historique; mais ce bel équilibre ne résista pas au vent de la Crise. Dès que la situation économique internationale se tendit, même le marché des dettes connut allant croissant." (Extrait).

AYANT LARGEMENT PROFITE DE SES PARTENAIRES, L'ALLEMAGNE (je veux dire le patronat allemand) NE VEUT SURTOUT PAS EN PAYER LES CONSEQUENCES. Certains me diront selon la propagande diffusée par les medias qu'elle paie déjà largement, c est oublier que nous sommes le DEUXIEME CONTRIBUTEUR et que nous n avons, nous Peuple Français, rien gagné à cette ARNAQUE : que les dettes des banques privées européennes et l accélération de la destruction de notre industrie et de notre économie !
a écrit le 07/06/2013 à 14:25 :
voila une bonne idée pourquoi nous ne le faisons pas c'est tout notre probleme ce qui m inquiéte c'est que nous n aurons plus si cela continue de gens qui sauront faire marcher un tracteur ou une chose d autre mais il est vrai aussi que les français ont un poil dans la main qui devient vraiment une carotte;
a écrit le 07/06/2013 à 6:30 :
L'Allemagne entend tirer profit de la crise qu'elle a exacerbé. Car le problème numéro 1 de l'Allemagne n'est pas économique mais démographique. C'est la raison pour laquelle la république fédérale n'a aucun intérêt à ce que la situation économique des gens de la zone euro ne s'améliore. C'est même en ligne avec la théorie néoclassique économique : les travailleurs suivent le travail. Il n'y a donc pas de mal !
a écrit le 06/06/2013 à 21:52 :
L'industrie allemande se met à embaucher des espagnols avec contrat espagnol et donc salaire espagnol !
Elle le fait déjà avec les polonais, les tchèques, etc... qui représentent 10% de la main d??uvre en Allemagne. Cela s'appelle du dumping social.
Et après, ils nous demandent de faire des efforts alors qu'il est impossible de s'aligner sur ces salaires sans provoquer de révolution.
L'hypocrisie de la construction européenne et du marché unique dans toute sa splendeur. Sans union fiscale et sociale, l'UE est voué à disparaitre !
a écrit le 06/06/2013 à 21:20 :
Il est préférable d'embaucher un espagnol plutôt qu'un français, qui lui, demandera d'abord pour les 35 heures !
a écrit le 06/06/2013 à 17:24 :
C'est vrai que beaucoup de frontaliers travaillent en Allemagne ils faut que les jeunes francais au chomage qui ont une bonne Formation s'exilent en Allemagne pour avoir un avenir stable et un travail. Ils ne le regretterons pas.Chez nous c'est fini.
a écrit le 06/06/2013 à 17:20 :
25 .... De qui se moque-t-on ?
a écrit le 06/06/2013 à 16:15 :
Quand on voit le nombre d' Audi, et autres BMW que se payent les espagnols pour paraitre plus riches qu' ils ne le sont, c' est un tout petit retour de choses bien risibles.
Quand aux Français encore plus bêtes que les espagnols, ils continueront à payer 2 fois : pour leurs chomeurs et pour faire travailler les allemands.
a écrit le 06/06/2013 à 16:11 :
Le cynisme n'a plus de limite.Apres avoir mit a genoux l'economie de ces pays, apres n'avoir mit aucun plan europeen au niveau economique, l'allemagne va chercher de la main d'?uvre(paye combien ca serait interessant de le savoir) dans ces pays saigne par la rigiditee teutonne....
Vive la democratie
Réponse de le 07/06/2013 à 17:14 :
tout a fait et il n'est pas le seul. JB38 Merkelitaigue pour ne citer que les plus éminents. Ce sont des vrais spécialistes. Les rois de la démagogie ..
a écrit le 06/06/2013 à 15:55 :
Et les journalistes relaient l'information. Ça fait pas cher la publicité.
a écrit le 06/06/2013 à 15:52 :
...cette dame en France pour qu'elle explique à Pôôle emploi comment on fait pour avoir des idées & du bon sens. C'est sans doute un excellent coup de pub mais ça marchera car ça frappe les esprits...
a écrit le 06/06/2013 à 15:44 :
Et pourquoi pas des jeunes français... .? en moins que le capitaine du pédalo ...n'inspire rien de bon outre Rhin ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :