GM regroupe toutes ses activités européennes sous la houlette d'Opel

 |   |  631  mots
L'Opel Adam sur le site d'Eisenach, en ex-RDA
L'Opel Adam sur le site d'Eisenach, en ex-RDA (Crédits : Reuters)
Dans une des volte-faces dont il a le secret, le mastodonte américain annonce qu'il regroupe ses activités européennes autour de sa filiale allemande, qu'il a naguère failli vendre... Le siège de la nouvelle entité sera chez Opel en Allemagne.

GM va regrouper toutes ses activités européennes autour d'Opel, sa filiale allemande. "La structure nouvellement fondée, Opel Group, prend l'entière responsabilité des activités de General Motors en Europe avec effet au 1er juillet 2014", indique dans un communiqué la firme germanique, qui gère aussi la marque jumelle britannique Vauxhall. Le directoire de la nouvelle entité, installée à Rüsselsheim près de Francfort  où est le siège d'Opel,  aura à sa tête le patron actuel de la marque allemande, Karl-Thomas Neumann.

Simplifier les circuits de décision

Avec cette réorganisation, "nous simplifions nos processus de décision et augmentons notre efficacité", déclare le PDG. Cette décision est une étape de plus dans le mouvement  long et contradictoire de refonte des structures des activités européennes du consortium américain. Fin 2013, le constructeur de Detroit avait décidé de retirer sa marque américano-coréenne Chevrolet, d'Europe, alors qu'il l'avait choyée jusque là, dans une volte-face à 180 degrés dont il a l'habitude. Dès 2016, Chevrolet doit laisser le champ libre à ses filiales Opel et Vauxhall, alors que GM affirmait jusque là que les marques n'étaient absolument pas en concurrence...

Chevrolet, avec ses produits fabriqués en Corée, était censée servir de marque d'entrée de gamme au groupe du Michigan, Opel étant un généraliste de milieu de gamme et le suédois Saab représentant le haut de gamme avec Cadillac en Europe. Mais Saab a été liquidé et, après maints atermoiements, les ventes de Cadillac sur le Vieux continent demeurent épiphénoménales.

GM va donc mettre fin à la dualité conflictuelle et historique entre GM Europe, dont le siège était traditionnellement en Suisse, à Zurich, et Opel à Rüsselsheim. Les activités de GM en Russie seront aussi gérées par la direction d'Opel et non plus par la division asiatique du groupe. C'est une bonne nouvelle pour Opel, que GM avait été à deux doigts de vendre en 2009, après avoir changé d'avis au dernier moment, provoquant l'exapération de la chancelière allemande Angela Merkel.Hausse des immatriculations européennes

Les immatriculations d'Opel dans l'Union européenne sont reparties à la hausse sur les six premiers mois de l'année. Elles ont progressé de 8,6% à 464.150  voitures particulières neuves (avec la marque soeur britannique Vauxhall). La part de marché est remontée à 7%. Mais Opel n'est pas pour autant tiré d'affaire. Car la  firme de Rüsselsheim détenait encore 7,4% du marché européen en 2011 et plus de 10% il y a dix ans ! Opel a en effet connu une véritable descente aux enfers.

La marque à l'éclair perd structurellement de l'argent depuis plus d'une décennie. Elle a dû réduire successivement ses capacités pour accompagner la chute de ses ventes. Après avoir fermé son site belge d'Anvers, le constructeur doit encore arrêter la production dans l'usine allemande de Bochum à la fin de cette année.  Opel ne compte pas renouer avec les profts avant 2015 ou 2016... La stratégie annoncée par Opel à l'horizon 2022 est d'atteindre d'ici là une part de marché en Europe de 8% et une marge d'exploitation de 5%. Des objectifs pour le moins prudents.

Absent des pays émergents, centré sur la seule Europe, Opel a longtemps pâti d'une médiocre image, de graves problèmes de fiabilité et des nombreux retards technologiques faute d'investissements. Opel ne bénéficie pas, du coup, de la flatteuse réputation "germanique" attachée aux produits Volkswagen, BMW, Mercedes. Il faut dire que la firme a pâti des errements stratégiques du consortium de Detroit. Opel est lié techniquement à PSA dans des coopérations ponctuelles, après l'échec de la pseudo-grande alliance stratégique entre le français et GM...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2014 à 19:27 :
Tout va bien. Ford Europe c’est 80% de la valeur ajoutée faite en Allemagne avec les bureaux d’étude. Aujourd’hui GM Europe cela va faire 80 à 90% de valeur ajoutée pour l’Allemagne. Des rumeurs évoquent le rachat de Fiat par VW, évidemment pas pour les Fiat mais pour Ferrari et Maserati, voire Lancia. Finalement en Europe il n’y aura plus que des voitures allemandes. Bien sûr il ne faut pas oublier les marques françaises… mais que vont-elles devenir ? Nos brillants élèves des grandes écoles sont visiblement incapables de concevoir des gammes de produits à la hauteur de la concurrence et les clients français se préoccupent du made in France que pour les produits de la bouche (le lait, les fraises et les tomates sans goût…)
a écrit le 22/07/2014 à 14:33 :
GM a volé les contrats d'équipements détenu par peugeot en Iran, soit 3 millards d'euro de rente annuelle. Ils peuvent maintenant se retirer du marché européen au profit d'opel avec l'accord des allemands bien évidement. Le gouvernement allemand n'aura pas à supporter les licenciements qu'opel aurait du opérer . Et qui est ce qui trinque, la france bien entendu. Nous remercions les dirigeants français fins négociateurs sur ce coup là.
Réponse de le 22/07/2014 à 17:04 :
Vision caricaturale et simpliste.... Air connu: c'est la faute aux américains, aux allemands... Risible
a écrit le 22/07/2014 à 12:59 :
Ils feraient mieux d'arrêter, 'Opel a une image déplorable, les particuliers n'en veulent pas. GM se contente de faire du parasitisme en Europe; et leur échec est programmé.
Réponse de le 22/07/2014 à 13:46 :
Oh ben non, les Opel sont plutôt de bonnes voatures.
Par contre il faudrait taxer et faire monter les contrats assurances les Dacia et les Renault qui échouent au crash test euro NCAP à 3 étoiles piètres résultats, en particulier la nouvelle Mégane qui est en retard de 10 ans sur le plan technologies
alors que les Opel ont 5 étoiles et ont d'excellents moteurs économiques.
Réponse de le 22/07/2014 à 14:34 :
bah non, quand renault peugeot et citroën auront disparu, vous verrez que l'image d'opel redeviendra attractive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :