Opel, toujours allié de PSA, essaye de remonter la pente

 |   |  932  mots
La nouvelle Opel Corsa
La nouvelle Opel Corsa (Crédits : dr)
La filiale allemande de GM lance une nouvelle petite Corsa, rivale des Peugeot 208 et Renault Clio. Opel est structurellement en perte. Grâce notamment à des coopérations avec PSA, la firme espère revenir à l'équilibre en 2015 ou 2016.

Opel dévoile ce mercredi sa nouvelle "petite" Corsa V, la cinquième mouture en 32 ans. Le "Best seller" de la filiale allemande de GM est un modèle clé. La Corsa s'est vendue à presque douze millions d'exemplaires en Europe depuis la première, dont 2,8 millions pour l'actuelle génération développée en coopération avec Fiat du temps de l'alliance - éphémère - entre l'italien et le mastodonte américain... Les ventes annuelles moyennes de Corsa se montent à 370.000 unités, affirme Opel.

Production en Allemagne et en Espagne

Cette rivale des Peugeot 208 ou autres Renault Clio sera l'une des attractions du Mondial de l'automobile parisien, qui se tiendra du 4 au 19 octobre. L'assemblage sur les chaînes de Saragosse (Espagne) et d'Eisenach (ex-RDA) commencera avant la fin de l'année. Les premières livraisons (en France) sont prévues en janvier 2015.

Cette petite voiture de 4 mètres de long recevra notamment, en entrée de gamme, un tout nouveau micro-moteur trois-cylindres. Pour abaisser consommations et émissions de CO2. Cette petite auto aurait pu être partagée... avec PSA. Mais le programme était déjà trop engagé au moment de la signature de la fameuse alliance stratégique entre le français et la maison-mère américaine d'Opel  fin février 2012.

L'alliance ratée PSA-GM

Le 12 décembre dernier, cette super grande alliance a fait finalement... pschitt. GM a alors annoncé avec sa brutalité coutumière qu'il se débarrassait de ses 7% dans PSA, prenant les dirigeants du groupe tricolore par surprise. PSA a, depuis, scellé un mariage avec le chinois Dongfeng. Mais Opel et le français restent liés par plusieurs accords de coopération technique et industrielle.

Un futur monospace compact Opel  sera ainsi fabriqué chez PSA à Sochaux, parallèlement au remplaçant du Peugeot 3008. La fabrication des prochains minispaces des deux groupes sera, elle, assurée par le site General Motors de Saragosse (Espagne). Ces deux familles de véhicules seront développées sur des plates-formes PSA. Les premiers véhicules issus de l'alliance devraient être commercialisés à partir de 2016.

Un  programme portant sur une nouvelle génération de petits véhicules utilitaires légers pour les deux groupes a été également lancé sur une plate-forme aussi d'origine PSA. Plus de 700.000 véhicules devraient être produits au total dans le cadre de cette collaboration. Le programme phare de petits véhicules et de mini-moteurs communs a en revanche été purement et simplement abandonné !

Descente aux enfers

Les immatriculations d'Opel dans l'Union européenne sont reparties à la hausse sur les cinq premiers mois de l'année. Elles ont progressé de 7;9% à 372.685 voitures particulières neuves (avec la marque soeur britannique Vauxhall). La part de marché est remontée à 6,9%. Mais Opel n'est pas pour autant tiré d'affaire. Car la  firme de Rüsselsheim détenait encore 7,4% du marché européen en 2011 et plus de 10% il y a dix ans ! Opel a en effet connu une véritable descente aux enfers.

La marque à l'éclair perd structurellement de l'argent depuis plus d'une décennie. Elle a dû réduire successivement ses capacités pour accompagner la chute de ses ventes. Après avoir fermé son site belge d'Anvers, le constructeur doit encore arrêter la production dans l'usine allemande de Bochum à la fin de cette année.  Opel ne compte pas renouer avec les profts avant 2015 ou 2016...

Absent des pays émergents, centré sur la seule Europe, Opel a longtemps pâti d'une médiocre image, de graves problèmes de fiabilité et des nombreux retards technologiques faute d'investissements. Opel ne bénéficie pas, du coup, de la flatteuse réputation "germanique" attachée aux produits Volkswagen, BMW, Mercedes. Il faut dire que la firme a pâti des errements stratégiques du consortium de Detroit, qui a dû être placé lui-même sous la sauvegarde de la loi américaine sur les faillites en 2009.

Politique erratique de l'actionnaire

GM n'a d'ailleurs dû son salut qu'aux 50 milliards de dollars injectés par les pouvoirs publics de Washington. Malmené, Opel a même failli être vendu en 2009 par GM, lequel a fait volte-face au tout dernier moment, au grand dam de la chancelière Angela Merkel. GM a ensuite décidé de mettre en concurrence Opel et sa marque américano-américaine Chevrolet, avant de décider brutalement l'an dernier... d'arrêter la distribution des Chevrolet en Europe ! Une politique pour le moins contradictoire.

La qualité chez Opel a bien remonté la pente selon les dernières enquêtes auprès des clients, depuis la période noire de la fin des années 90 et de la décennie 2000. Les derniers modèles de la marque allemande sont intéressants et compétitifs. Enfin, le constructeur a commencé a renouveler sa gamme obsolète de moteurs. Opel est donc sur la bonne voie.

Reste une taille critique très insuffisante, ce qui constitue l'écueil majeur, et une production dans des pays à coûts élevés comme l'Allemagne. Alors même qu'Opel ne peut se permettre de vendre plus cher que ses rivaux. Il est d'ailleurs étonnant que la nouvelle Corsa soit partiellement produite outre-Rhin, Volkswagen ayant décidé de fabriquer sa Polo  concurrente en Espagne et ses "minis" en Slovaquie...  Enfin, Opel dépend toujours des décisions prises à Detroit avec un long cortège d'atermoiemements historiques. On espère toutefois que la nouvelle patronne de GM, Mary Barra, saura imprimer une ligne directrice moins contradictoire que celle de ses prédécesseurs. Malheureusement, GM est empêtré dans un rappel de 30 millions de véhicules !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2014 à 10:11 :
J'ai régulièrement des OPEL en voiture de loc , des petites, des compactes des monospaces. Et ce sont des veaux , à l'intérieur plastic noir , plein de boutons mais disposés bizarrement (comme Porsche que les journalistes encensent avec un peu moins de boutons quand même) , un châssis "vulgaire" . Bref rien de bien fantastique pour une production Allemande. Et cette nouvelle Corsa qui n'est qu'un gros restylage quoi qu'en en disent les journalistes pro teutonnes ne vas pas me faire changer d'idée. Mais bon je suppose qu'elle aussi sera très très très présente dans la flotte des loueurs de voiture , je devrais donc la subir rapidement.
a écrit le 10/07/2014 à 15:58 :
C'est moi, ou cette dite nouvelle corsa n'est que l'actuelle restylée sur la face avant ?
a écrit le 10/07/2014 à 12:33 :
Et encore ce n'est rien a coté du laquais CHAPATTE à la solde du groupe VW dans son emission de publi_reportage sur M6.
a écrit le 10/07/2014 à 9:47 :
Je n'ai rien contre Opel, mais la dernière fois que j'ai eu à en conduire une, la différence de qualité de châssis avec les françaises était si flagrante que je me suis fait peur !!!! Quant à la super qualité "germanique" reconnue par l'auteur à VW, BMW et Audi, mon expérience est celle de la qualité stratosphérique des factures de réparations continuelles des modèles que j'ai eus, et de mon modèle actuel !!! J'envie ma femme qui roule dans une française fiable, confortable et performante.... Que je lui chipe tout le temps désormais !!!
Réponse de le 10/07/2014 à 12:56 :
on se demande bien pourquoi les clients n' en veulent plus de vos poubelles française ?
Réponse de le 10/07/2014 à 19:09 :
@formidable, Erreur, les clients français n'achètent plus les poubelles allemandes, une réalité salutaire...
a écrit le 10/07/2014 à 9:40 :
L'usine allemande d'Opel, Bochum, va fermer définitivement ses portes dans quelques mois. Presque tout est fabriqué en Espagne. Comme les Polo par exemple. Opel et VW détruisent l'emploi en France, avec de mauvais produits, c'est une évidence.
a écrit le 10/07/2014 à 9:34 :
Les journalistes allemands ne parlent quasiment jamais des voitures étrangères, M. Verdevoye passe sont temps à en faire la promotion. Étonnez-vous que notre économie se porte mal quand celle de l’Allemagne, ultra patriotique, se porte bien à notre détriment. Pourtant dans chaque segment comparable, les Français font de meilleures voiture. C'est le cas du segment des citadines, mais aussi de la 308 ou de la 508, ou cu Captur/2008 et du 3008. Ou encore du C4 Picasso.
a écrit le 10/07/2014 à 9:29 :
Opel = canard boiteux. Pas fiable, invendable en occasion, trop chère à l'entretien, pas confortable, tenue de route très moyenne. Mieux vaut une des quatre françaises qui sont toutes excellentes : 208, C3, DS3 ou Clio. La 208 est en tête des ventes aux particuliers, la Clio vend plus grâce aux loueurs, la C3 est la plus confortable.: la DS3, qui est le choix premium dans la catégorie. DS3, C3 et 208 sont fabriquées en France. (sauf la version de base de la 208.)
Réponse de le 10/07/2014 à 12:59 :
pourquoi vous n' avez pas mis la dacia là dedans ! la dacia c' est du premium et c' est fabriquer en France Mössieur ! tant qu' à parler premium autant ne pas oublier le leader du marché non ?
a écrit le 10/07/2014 à 9:26 :
SVP arrêtez de dire qu'Opel est allemand. Une partie et concue en allemagne mais toute la conception est faite aux US par des ingénieurs dont même Renault ne voudrait pas!
C'est une marque américaine de second rang. Au même niveau que Chevrolet and Co. Ce sont des voitures ou tout doit être changé dès 50.000 kms et qui plus sont vilaines !
Réponse de le 10/07/2014 à 12:55 :
heu non, renault est capable de bien pire.. cela est incontestable.. d' ailleurs elles ne parviennent même pas au 50.000 bornes.. quand au look.. suffir de regader une vel satis ou une wind pour comprendre que cela sort d' une école sovieto-afgano-bielo-tartaro-kazak avec tout le respect que l' on doit à tout ces peuples et pays..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :