PSA Peugeot Citroën quitterait dès 2017 son siège parisien

 |   |  230  mots
L'état-major du constructeur français avait pris ses quartiers avenue de la Grande armée à Paris dans ce bâtiment inauguré en 1964 par Peugeot.
L'état-major du constructeur français avait pris ses quartiers avenue de la Grande armée à Paris dans ce bâtiment inauguré en 1964 par Peugeot. (Crédits : reuters.com)
Installé depuis plus de 50 ans dans l'immeuble avenue de la Grande armée, le constructeur automobile français pourrait acter la décision début janvier. Seules la direction et certaines fonctions centrales s'installeraient dans le nouveau siège

Les rumeurs récurrentes depuis novembre pourraient rapidement se concrétiser. Le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën quitterait son siège parisien en 2017 pour s'installer dans de nouveaux locaux situés à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) dans le cadre de mesures d'économies, rapporte mercredi 24 décembre Le Figaro.

Le 16 décembre déjà, l'AFP avait rapporté que ce déménagement serait évoqué lors du comité central d'entreprise (CCE) le 16 janvier 2015.

Installé depuis plus de 50 ans

L'état-major du constructeur français avait pris ses quartiers avenue de la Grande armée à Paris dans ce bâtiment inauguré en 1964 par Peugeot. En 1976, l'immeuble voit Peugeot devenir le groupe PSA avec le rachat de son vieux rival Citroën, bâtiment dont il est devenu locataire depuis 2012 après avoir cédé la propriété pour 245,5 millions d'euros à une filiale de la Caisse des dépôts du Québec. Le constructeur automobile avait alors souscrit à un bail renouvelable d'une durée de 9 ans.

Selon le journal, qui ne cite pas ses sources, seules la direction et certaines fonctions centrales s'installeraient dans le nouveau siège de la banlieue parisienne dont la superficie est plus petite que l'actuel bâtiment parisien. Un tel choix confirmerait les informations évoquée en novembre dans Les Échos, qui écrivait alors que "les 2.000 salariés pourraient être répartis sur différents sites (Poissy, Vélizy)".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2014 à 10:54 :
Si on veut libérer Paris des voitures, il suffirait de supprimer ou d'augmenter le coût du stationnement résidentiel : des dizaines de milliers de voitures ventouses, occupant quasi-gratuitement la voirie, disparaîtraient aussitôt.
a écrit le 25/12/2014 à 23:46 :
s'agissant d'un site purement administratif du groupe PSA, la délocalisation est une mesure de bonne gestion. En fait, le sujet ne vaut pas un article entier dans La Tribune.
Réponse de le 26/12/2014 à 0:35 :
vous avez raison je n'achète jamais français, rien à cirer de cette décision.
Réponse de le 12/01/2015 à 10:15 :
Bon citoyen et en plus solidaire des employés qui vont devoir allonger leur temps de transport et réorganiser leur vie familiale ... mais pas concerné non plus !
a écrit le 25/12/2014 à 21:44 :
LE SIÈGE SERA À PÉKIN??
Mort de rire.....
a écrit le 24/12/2014 à 17:41 :
Il y a déjà une belle avenue ensablée au Qatar qui l'attend…..
a écrit le 24/12/2014 à 15:23 :
C est quand même moins couillon que de rester dans Paris avec tous les problèmes que cela pose (mais encore moins intelligent que d'aller en Province )
a écrit le 24/12/2014 à 12:00 :
Les entreprises quittent Paris, la mairie ne les aime pas, elles le lui rendent bien.
Réponse de le 24/12/2014 à 12:33 :
J'avais pas percuté sur cet aspect, hidalgo veut bouter hors de Paris les diesels ... Et bien elle se passera des taxes pro qu'elle touchait de PSA, bien fait.
Réponse de le 24/12/2014 à 13:55 :
Les delanoêtes n'aurons plus qu'à instaurer une taxe vélos, qui, rejettent du CO2 en respirant.
Réponse de le 25/12/2014 à 12:22 :
Il est grand temps que Paris accède enfin aux temps modernes, c'est-à-dire la fin de la bagnole dans ses rues, une pollution de son espace aussi bien olfactive que visuelle. Paris possède très peu de rues piétonnes. Paris serait magnifique sans la bagnole
a écrit le 24/12/2014 à 10:06 :
La France, à cause de son code du travail, de ses impôts, de son ambiance politique et de l'idéologie qui y domine, n'est plus un site de production valable. Il faudra attendre la ruine de l'état et la reconstruction pour que ça change. Dans 20 ans? Il y restera quoi d'ici là?
Réponse de le 24/12/2014 à 10:23 :
En effet, depuis 15 ans les gouvernements énarquiens de Chirac Raffarin DeVillepin Sarkozy Fillon Hollande Valls cassent la France.
Les vrais pires casseurs ne sont pas dans les banlieues, ils sont dans les sphères loges obédiences offcines louches du pouvoir et des partis politiques
Réponse de le 24/12/2014 à 11:01 :
Vous avez tout compris et je vous invite à aller sur mon profil Facebook agnes hillaire.
Cordialement
Réponse de le 24/12/2014 à 13:51 :
Vous je sens que vous préférez "l'énarquiens" comme vous dites, Philipot.
Réponse de le 25/12/2014 à 8:01 :
Un jour il faudra bien qu'on s'adapte à la mondialisation
Avec une dose de protectionisme ca pourrait remettre notre industrie

Espérons qu'on fera des réformes avant la fin de l'Europe et de l'arrivé de lepen
Réponse de le 26/12/2014 à 0:33 :
moi j'ai déjà compris je n'achète jamais français.
Réponse de le 27/12/2014 à 20:28 :
@Oui OUi Moi jamais allemand, rien de chez VW, pas assez fiable mon fils !!!
a écrit le 24/12/2014 à 9:39 :
Tout se décide désormais en Chine.
Réponse de le 24/12/2014 à 13:48 :
@Gilles 1 Faux tout se décide aux US qui tiennent l'Europe américaine, pas plus compliqué que cela, visionnez "qui gouverne réellement la France et l'Europe" de François ASSELINEAU vous permettra de mettre un nom sur ce qui arrive à la France et qui s'appelle trahison des leaders.
a écrit le 24/12/2014 à 9:34 :
Sur Rueil-Malmaison, Renault a fermé son site d’ingénierie mécanique et regroupé tous les salariés à Guyancourt, les bâtiments sont vides et il y a de la surface Peugeot peut se porter acquéreur....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :