Renault : Bolloré pourrait toucher 2,4 millions d'euros d'indemnisation

 |   |  487  mots
Dans un communiqué, le conseil d'administration a indiqué que Renault avait conclu un accord transactionnel avec Thierry Bolloré.
Dans un communiqué, le conseil d'administration a indiqué que Renault avait conclu "un accord transactionnel" avec Thierry Bolloré. (Crédits : Reuters)
Thierry Bolloré avait été démis de ses fonctions le 11 octobre, officiellement pour donner "un nouveau souffle" à l'alliance avec le constructeur japonais Nissan. Des sources proches de l'entreprise avaient toutefois évoqué des problèmes de management et de performance.

Le conseil d'administration de Renault a annoncé mardi que l'ancien directeur général du constructeur automobile français, Thierry Bolloré, toucherait des "actions de performance" après son éviction en octobre, pour un montant maximum d'environ 2,4 millions d'euros au cours actuel selon un calcul de l'AFP.

M. Bolloré avait été démis de ses fonctions le 11 octobre, officiellement pour donner "un nouveau souffle" à l'alliance avec le constructeur japonais Nissan. Des sources proches de l'entreprise avaient toutefois évoqué des problèmes de management et de performance.

Lire aussi : Renault : pourquoi l'éviction de Thierry Bolloré ne résout (presque) rien

Accord transactionnel

Dans un communiqué, le conseil d'administration a indiqué que Renault avait conclu "un accord transactionnel" avec M. Bolloré.

Cet accord prévoit que l'ancien directeur général bénéficiera du maintien de ses actions de performances au titre de 2017 et 2018, alors qu'elles étaient normalement perdues car soumises à une condition de présence dans l'entreprise trois ans après leur attribution.

Ainsi, en guise d'indemnisation pour son éviction, M. Bolloré toucherait un maximum de 52.509 actions "si tous les critères de performance étaient atteints au maximum". Le montant réel sera connu l'an prochain. Avec une action Renault à près de 46 euros au cours de clôture de la Bourse de Paris mardi soir, leur montant représenterait jusqu'à 2,4 millions d'euros.

Lire aussi : Renault s'enfonce dans la crise, les marchés sanctionnent lourdement

La clause de non concurrence non activée

En revanche, M. Bolloré ne touchera aucune indemnité liée à sa "clause de non concurrence", le conseil d'administration ayant décidé de ne pas l'activer. Ainsi, l'ancien directeur général pourra travailler immédiatement pour un groupe concurrent.

"Le conseil a fait preuve d'une certaine mansuétude en ce qui concerne les attributions d'actions gratuites", a constaté auprès de l'AFP Charles Pinel, associé du cabinet Proxinvest, société de conseil aux actionnaires.

Mais ce dernier trouve "un peu surprenante" la non activation de la clause de non concurrence, étant donné le risque de voir M. Bolloré partir chez un groupe rival avec toute la connaissance de Renault dont il dispose.

Le conseil d'administration de Renault avait tenté de convaincre M. Bolloré de démissionner le 11 octobre, mais ce dernier avait refusé en dénonçant "un coup de force", un fait rarissime dans le milieu des affaires où les départs de hauts dirigeants, même contraints, prennent généralement la forme d'une démission contre indemnisation négociée.

Dans l'attente du recrutement d'un remplaçant, la directrice financière Clotilde Delbos a été nommée pour assurer l'intérim. Sa rémunération annuelle a été alignée pour cette période sur celle de M. Bolloré, soit 900.000 euros de fixe et jusqu'à 125% de ce montant en variable, a annoncé mardi le conseil d'administration.

Lire aussi : Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2019 à 16:31 :
T Bolloré a surtout été viré pour désaccords avec son nx patron JD Senard.
Mais il ne me semble pas qu'il ait démérité ds le passé, artisan avec son ex patron du 2eme groupe automobile mondial. Il était également pressenti comme dauphin de C Ghosn.
Qd on pense que Boeing maintien le salaire annuel de son ex PDG D Muilenburg à 23 millions dollars, malgré sa responsabilité avérée dans le crash des 2 MAX aux 350 victimes...
Bolloré, fout le camp aux US refaire ta vie !!!
a écrit le 13/11/2019 à 13:18 :
Ils n’aura pas de fins de mois difficile ils n as riant fait bonne retraite
a écrit le 13/11/2019 à 12:43 :
C'est presque la somme allouée aux RSA, qui nous coûte un pognon de dingue, eux
a écrit le 13/11/2019 à 11:51 :
Bolloré va avoir tout loisir de faire payer à Sénard et Le Maire son éviction de la direction de Renault . Attendons la suite de l'histoire ... et des nouvelles de Carlos .
a écrit le 13/11/2019 à 11:24 :
Si il y avait une politique industrielle dans ce pays, l'état obligerait tous les constructeurs à commercialiser en France une voiture de type R5, bridée à 110 km/h, dépourvue des bidules à la mode et qui ne consommerait que 2,5 litres. Ce type de véhicule couvrirait la majorité des besoins en déplacement.
Réponse de le 13/11/2019 à 12:30 :
la recette pour un Echec industriel.
Une voiture est sinon un produit mondial, au moins un produit qui doit se vendre au moins en europe et si possible en asie ou amerique. Votre voiture se vendra nul part car qui va acheter une voiture sans climatisation, sans auto radio, sans vitre electriques … Et si en plus elle est bridee a 110, ca veut dire qu on ne peut s en servir pour aller loin (par ex en vacances). Vous devriez porposer qu en plus elle soit electrique, comme ca avec un rayon d action de 200 km (soit 400 km d autonomie car il faut bien revenir) vous consolidez l Echec commercial
Réponse de le 13/11/2019 à 18:24 :
Des Traban comme à l'époque soviétique en quelque sorte !!!
Réponse de le 14/11/2019 à 8:48 :
Pas certain cher cd: Une grande partie de la population fait des déplacements de moins de 40km par jour et est très sensible au prix du carburant qui ne peut que s'envoler quand aux différents bidules à la mode..
a écrit le 13/11/2019 à 10:53 :
....des salaitres parfaitement indecents et scandaleux qui ne correspondent nullement a l'utilité sociale de ces personnages !
Pas étonnant que les gens descendent dans la rue et deviennent violents ........
a écrit le 13/11/2019 à 10:37 :
alignée pour cette période sur celle de M. Bolloré, soit 900.000 euros de fixe et jusqu'à 125% de ce montant en variable,

Par mois ou par an?
a écrit le 13/11/2019 à 9:08 :
Normal, un fils d'oligarque.
Réponse de le 13/11/2019 à 10:35 :
Au constat du peu de temps, venir nous parler ensuite d'entreprenariat et toutes la séquences pseudo libéraliste, quand on veut on peut, c'est de la jalousie etc etc.

Quoi qu'il en soit, il est aussi a la démonstration entre des revenus et le rôle en total décorrélation !!!

Ensuite ils vont t'expliquer (les libéraux) qu'il y a un lien avec l’intelligence, la force de travaille et tout le bidule.....

Alors ensuite demander aux autres petits de produire du sens dans la société dit "nouveau monde" par celui qui leur permet justement d'avoir ces salaires ou indemnisation.....

En même il est l'exemple de la reproduction sociale (car le mot indemnisation) me fait penser aux chômeurs qui vont avoir le double peine avec les apl et assedics, permet d'avoir une idée du nouveau monde de macron....

Alors ensuite espérer que les autres marne a la place de ceux gens a mon avis tout cela va mal finir !
Réponse de le 13/11/2019 à 11:17 :
"Ensuite ils vont t'expliquer (les libéraux) qu'il y a un lien avec l’intelligence, la force de travaille et tout le bidule....."

Non les véritables libéraux sont lucides et peu nombreux surtout, les néolibéraux eux sont paumés oui, ils se sont perdus dans leurs propres mensonges diffusés par leur média à savoir la méritocratie toussa comme si on continuait à ne rien voir...

La comptabilité a exterminé la vie économique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :