Renault s'enfonce dans la crise, les marchés sanctionnent lourdement

 |   |  880  mots
(Crédits : Reuters)
Le groupe automobile français a publié un avertissement sur résultat dont l'ampleur a surpris les marchés. L'action a plongé de 12% ce vendredi. Renault paie les flops de sa stratégie de gamme et la crise managériale sans fin n'augure rien de bon...

"Renault est l'un des très rares constructeurs à ne pas avoir fait de profit warning", clamait il y a une semaine encore, Thierry Bolloré, alors directeur général du constructeur automobile français et qui défendait son bilan alors que son limogeage était imminent. Une semaine plus tard, la nouvelle direction (intérimaire) a procédé à un avertissement sur résultat.

Des objectifs révisés

Dans un communiqué publié jeudi soir, Renault annonce une série de réajustements des objectifs annoncés à court terme comme à moyen terme. Dans un premier temps, le groupe renonce à un chiffre d'affaires stable et vise désormais une baisse de 3 à 4% de ses recettes sur l'ensemble de l'année. L'objectif de marge opérationnelle est réévalué à 5%, soit 1 point de moins qu'initialement prévu.

Enfin, Renault ne promet plus de générer un flux de trésorerie positive sur l'ensemble de l'année, mais seulement sur le second semestre. Autrement dit, les efforts enregistrés ce semestre ne suffiront pas à compenser la très mauvaise performance enregistrée au premier semestre et qui avait fortement déçu les marchés.

La direction justifie cette dégradation de ses prévisions en invoquant "une conjoncture moins favorable qu'anticipée et un contexte réglementaire qui nécessite des dépenses toujours accrues". Pour l'occasion, Renault a avancé la publication de son résultat trimestriel qui confirme une baisse de ses recettes de 1,6%.

Les marchés ont très négativement réagi à cette annonce. Le titre Renault dégringole de plus de 13% depuis le début de la séance... Clotilde Delbos, ancienne directrice financière  et qui a repris les rênes du groupe de manière provisoire et dans le cadre d'un triumvirat, doit réunir les investisseurs ce soir pour tenter de les rassurer.

La cruelle comparaison avec PSA...

Chez Oddo BHF, on a jugé ce profit warning "déroutant par son timing et son ampleur". "Le groupe met en avant des volumes plus faibles que prévu au 3e trimestre et une absence de visibilité sur le 4e, alors qu'il vient d'afficher une forte croissance des volumes sur septembre (+17,5% hors Chine) qui devrait logiquement se poursuivre sur le 4e trimestre", ont complété les analystes du broker.

À la Société Générale, les analystes sont encore plus implacables: "Il n'y a plus de possibilité d'éviter une comparaison défavorable avec Peugeot." Le groupe automobile rival dirigé par Carlos Tavares affiche de son côté des ratios de rentabilité nettement supérieurs à Renault, et les fondamentaux sont réputés plus solides.

Car, en réalité, le malaise est beaucoup plus profond qu'une conjoncture défavorable et un environnement réglementaire hostile. Le groupe Renault a cumulé des lacunes structurelles et paie aujourd'hui des choix stratégiques qui n'étaient pas grave en période de croissance.

Une stratégie de gamme en partie ratée

D'abord, la marque a en partie ratée le renouvellement de sa gamme. Enclenchée en 2013 avec la nouvelle Clio, Renault a multiplié les lancements jusqu'à trois par an... Si la marque au losange a très bien vendu sa Clio, elle a surtout su imposer son leadership sur un segment nouveau très porteur grâce au Captur. Hormis ces deux exceptions, le reste de sa gamme n'a pas rencontré le succès escompté. Et le problème, c'est que c'est sur les segments supérieurs et donc les plus rentables que Renault a échoué. Koleos, l'Espace, Scénic ou encore le Talisman... la marque française a cumulé les flops. Au point de mettre l'usine de Maubeuge, spécialisée sur ce segment, en sous-capacité. Seul le Kadjar est parvenu à fournir des volumes intéressants, mais on est très loin du succès du Peugeot 3008.

Pour remplir ses usines, Renault a été contraint de pousser les immatriculations, comme on dit dans le jargon. Autrement dit, à brader ses voitures à travers des canaux de distribution peu rentables. En outre, Renault n'est pas parvenu à recréer une adhésion à son univers de marque, qui aurait permis de tirer les ventes sur les finitions les plus haut de gamme. D'ailleurs le Kadjar ne dispose même pas de finitions hauts de gamme... Là aussi, la comparaison avec les performances de Peugeot infligent un contraste saisissant.

La cerise sur le gâteau, c'est que les ventes de Renault ne cessent de baisser... Au premier semestre, les ventes ont baissé de 6% en Europe.

Une crise managériale sans fin

Bref, Renault doit faire face à une conjoncture extrêmement dégradée avec une puissance de marque affaiblie et donc peu résiliente qui l'expose au pire en cas de retournement de marché. Le tassement de celui-ci est déjà bien enclenché en Europe. Le renouvellement des Clio et Captur, salué par la presse spécialisée, pourrait néanmoins limiter les dégâts. Il est néanmoins acquis que Renault continuera à souffrir sans un nouveau leadership stratégique et opérationnel. Pour l'heure, la crise managériale sans fin qui a suivi l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre 2018, interdit tout espoir de ce point de vue là... Là encore, la comparaison avec PSA où le leadership de Carlos Tavares est incontesté, est cruelle...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2019 à 9:44 :
je bosse chez renault.titulaire d un bac sti genie meca automatisme.je bosse tjs a la chaine car on prefere placer des copains sans competences a des postes clefs .et voila le resultat 3t c est pas fini
a écrit le 21/10/2019 à 21:39 :
Renault est un symbole du mal français : incompétence généralisée à tous les niveaux, et surtout les plus hauts, et copinage. Aujourd'hui, ce qui importe aux dirigeants de RENAULT, c'est que RENAULT tienne suffisamment longtemps jusqu'à leur retraite. Et de se partager les meilleurs postes.Les dirigeants de RENAULT(et pas que Carlos GHOSN) ont camouflé leur incompétence par des rachats successifs : C'est plus facile de racheter que de créer de nouveaux véhicules. Ne vous inquiétez pas, chez PEUGEOT c'est pareil et ce n'est qu'une question de temps.
a écrit le 21/10/2019 à 14:01 :
Ceux qui étaient au commandes chez RENAULT pour arriver à ce résultat sont, en partie, chez PSA désormais.
Est-ce à dire que dans 5 ans, PSA sera dans la même situation ?
a écrit le 21/10/2019 à 13:33 :
Au lieu d’inonder le marché avec des Dacia (toutes plus nulles et moches les unes que les autres), les vendeurs de Renault devraient peut-être s’attacher à vendre des Renault !!!!!!
a écrit le 21/10/2019 à 8:18 :
En même temps, il ne faut vraiment pas être difficile pour acheter une Renault. Tout est bas de gamme dans cette marque.
Réponse de le 21/10/2019 à 10:07 :
Aucunz capacité d'analyse vous dites n'importe quoi!
Réponse de le 21/10/2019 à 12:49 :
Vous préférez peut-être un SUV allemand aux émissions truquées pour la modique somme de 50000 euros ?
Réponse de le 21/10/2019 à 23:48 :
Peut être pas tout. Mais clairement RENAULT a misé sur les volumes et pas sur les marges. La course au gigantisme que Ghosn a poursuivi avec les acquisitions et les voitures à bas coût vient de la. De ce fait, le choix industriel dévie significativement de celui de psa, de vw. RENAULT est essentiellement un producteur de volumes. ce choix est en ligne avec la tradition de l’industrie auto française, qui a toujours délaissé le luxe pour les voitures de famille. Le retour d’alpine semble avoir raté toutes les promesses aussi, donc pas d’upside majeur...
a écrit le 21/10/2019 à 7:57 :
"Koleos, l'Espace, Scénic ou encore le Talisman... la marque française a cumulé les flops. Au point de mettre l'usine de Maubeuge, spécialisée sur ce segment, en sous-capacité."

Rien à voir entre Maubeuge et les véhicules cités...

Maubeuage produit le Kangoo
a écrit le 20/10/2019 à 18:35 :
J'habite en Amérique du Nord où les voitures françaises ne sont plus en ventes depuis des décennies pour manque de fiabilité, Fiat (Chrisler) est dans la même situation et pour les mêmes raisons se vend aussi de moins en moins.
Réponse de le 22/10/2019 à 0:01 :
pour fricotin: je voyage souvent et beaucoup en Amérique du Nord (Usa et Canada) et je peux vous assurez que vous rencontrez des Dodge Ram Jeep Chrysler Alfa-Romeo Maserati (Ferrari) bref toutes les marques de Fiat; par contre aucune Renault Peugeot ou Citroen mais beaucoup de Nissan posons nous la question si Renault et Nissan sont partenaire pourquoi Renault n'est pas présent ici , ou les marges sont plus importantes, avec quelques modèles de voiture ??
Réponse de le 22/10/2019 à 13:52 :
En Amérique du Nord aussi on écrit Chrysler ! Cela dit, Fiat vend des voitures aux US et au Canada (dommage, perdu!).
a écrit le 20/10/2019 à 16:11 :
Ghost a été mis en prison il y a 11 mois, et péndant ce temps personne n’est intervenu sur la stratégie. L’article dévoile ce que tout le monde a sous les yeux. Alors que psa fait payer plus cher des voitures normales mais qui ne sont pas du haut de gamme, renault peine à offrir des contenus vaguement premium . Ils vendront sûrement des milliers des dacias, mais ils ne génèrent pas de cash...
Réponse de le 20/10/2019 à 19:48 :
Que dire des allemandes encore plus chères et qui plient les mécanqiues comme du chewing-gum ? Il est vrai que Vw va délocaliser sa Passat à l' extérieur, peut-être que la qualité s' en verra améliorée et qu' ils vont alors diviser le prix par deux ?
Réponse de le 21/10/2019 à 8:04 :
@Boursin
Oui, et que dire de ceux qui achètent VW ? Pourquoi pas acheter Renault donc ?
a écrit le 20/10/2019 à 10:36 :
Quand Renault sera fiable, ils sortiront la tête de l'eau...
De plus en plus les gens se lassent
Réponse de le 20/10/2019 à 13:11 :
...de vos âneries ?
Réponse de le 22/10/2019 à 13:54 :
40 mois en Espace 5, 40 mois de problèmes et un SAV affligeant (Initiale Paris et la promesse d'un service prémium bla bla, vous êtes reçu de la même façon qu'un propriétaire de Sandero).
Adieu Renault!
a écrit le 20/10/2019 à 8:19 :
Une nouvelle équipe dirigeante arrive chez Renault.

Et comme cela se fait souvent, cette nouvelle équipe charge l'équipe précédente de tous les maux, avec un paquet de mauvaises nouvelles...

Puis dès l'an prochain, tout d'un coup les résultats dépasseront les pronostics, ce sera grâce au merveilleux travail de la nouvelle équipe, l'action montera et les stockoptions seront largement distribuées, les dirigeants encensés...

Mais dans le fond tout cela ne sera dû qu'à une réécriture comptable (merci Mme la directrice financière)

Les dirigeants de la nouvelle équipe dormez sereinement car ils savent que les produits lancés récemment (Clio, captur) vont très bien se vendre.

PS :
Souvenez-vous, Carlos Tavares avait procédé exactement de la même façon chez PSA en annonçant 5 milliards de pertes à son arrivée !
a écrit le 20/10/2019 à 6:18 :
réponse pour Leon :
bla bla des médias !! comme c'est bizarre ò ce jour le Groupe Fiat investi quelques millions d' € dans ses usines en Italie et aux USA pour de nouveaux modèles électriques et hybrides pour les marques Fiat et Jeep en 2020; donc le fameux "retard" technologique de Fiat n' existe pas c'est encore une invention des médias (voir les technologies de Ferrari qui appartient au même propriétaire) . Si les managers de Renault avaient saisi l'occasion ils auraient pu vendre des modèles avec une marque haut de gammes… malheureusement ni les managers ni les politiques n' ont compris la valeur d'une telle coopération.. .
a écrit le 20/10/2019 à 1:00 :
Milieu et HT de gamme pléthorique en perte de vitesse, sauf clio,captur, Kadjar et Zoé.
Heureusement que le succès de l'utilitaire vient compléter les plans de charge des sites dédiés aux Megane, Scenic, Talisman, Koleos et Clio 5
Un seul modèle électrique de petit gabarit, c'est un peu court face à la déferlante à venir des modèles germaniques.
Des restructurations à court terme st à craindre ds les sites français puisque les modèles qui se vendent bien ne st pas fabriqués en France, hormis la Zoé.
Accessoirement, faire appel à Carlos Tavares ou Patrick Pelata ancien DG de Renault , comme conseillers en stratégie, si toutefois ils peuvent le caser ds leur agenda. Ça leur rappellera de vieux souvenirs.
a écrit le 19/10/2019 à 19:32 :
La tribune maintenant fait de la censure... C'est nouveau...
a écrit le 19/10/2019 à 18:43 :
Le scenic de mon père a seulement 4 ans et 40.000 km, un moteur 1.2 tce qui menace de se fissurer, c'est problème de conception et ou fabrication connu sur ce type de moteur chez renault. Plusieurs parutions ont ete faites dans les medias. Hier mise à jour au garage renault : de nouveaux effets visuels sur le compteur digital, on choisit la couleur de ce compteur maintenant : jaune, bleu, vert ... c'est donc cela l'innovation chez renault
Bref, quand les cranes d'oeuf de renault arreteront la gadgetisation pourrie pour geeks de leurs voitures et embaucheront des VRAIS ingenieurs pour faire des voitures robustes et pas des jouets pour neuneus, alors peut etre que renault vendra plus de voitures.
Réponse de le 19/10/2019 à 18:58 :
Jean jacky qui fait des stats avec 1 vehicule vendu sur des millions.
J’ai eu une bmw avec un moteur qui a avalé son clapet d’admission sans remboursement, j’en ai racheté 2 autres depuis et tout vas bien.
C’est bien tu iras loin :,D allez Jean Jacky
Réponse de le 19/10/2019 à 21:22 :
Ah tiens, un troll pro renault. Plus de 400.000 véhicules équipés d'un moteur Renault (H5Ft) seraient potentiellement défectueux en France. Alertée par de nombreux consommateurs, l’UFC-Que Choisir pointe du doigt un défaut connu par Renault sur son moteur essence équipant des véhicules des marques Renault, Dacia, Nissan et Mercedes. Contacté par notre association, Renault ne semble pas prendre en compte l’ampleur du problème et propose de résoudre les litiges au cas par cas. L’UFC-Que Choisir demande la prise en charge des réparations par les quatre constructeurs visés de tous les véhicules qui ont présenté ou présentent le vice de fabrication identifié.
"Seulement" 400.000 vehicules, on voit bien les mecs de renault qui relativisent leur médiocrite en déployant leur mauvaise foi legendaire.
Réponse de le 20/10/2019 à 11:23 :
Tu peux pleurer le scenic à ton papa. Je ne roule pas Renault.
Bisous
Réponse de le 20/10/2019 à 17:51 :
Je ne pleure personne, je plains pas juste mon pere, mais les 400.000 personnes TROMPEES par renault et son bureau doté d'ingénieurs pas très doués.
a écrit le 19/10/2019 à 17:16 :
Renault avait tout à gagner avec FIAT positionnement global sur marchés (US) avec marges plus importantes, beaucoup de marques permettant de segmenter le marché de l'automobile… ce que Renault n'a pas: Renault marque généraliste max. moyen de gamme, les marques bas de gamme ne rapportent rien et en plus ne donnent pas de travail chez nous mais au Maroc et Roumanie: conclusion les managers comme les politiques n'ont rien compris au business. Attendons la suite en espérant qu'ils prendront de bonnes décisions
Réponse de le 19/10/2019 à 18:16 :
Renault ne resoudra pas ses problèmes avec une fusion.
Au contraire elle s'affaiblira encore plus.La priorité doit devenir la strategie industrielle et de produit, mauvaise depuis 20 ans.
Réponse de le 19/10/2019 à 18:33 :
Les marques haut de gamme ont de plus en plus de mal à se vendre en ces temps d 'austérité ou alors il faut passer au travers des gouttes de la tempête grosses émissions, l' exemple d' Audi est ainsi criant qui regarde filer ses volumes en 2019 après une épuisante année 2018.
Mais si vous avez la solution revenez dans le débat en hésitant plus à nous en faire part car une telle leçon ne saurait rester dans l' entre-soi, demeurer confidentielle.
Réponse de le 19/10/2019 à 23:36 :
Renault n'avait rien à gagner ds la proposition de FCA, sauf certainement des synergies importantes obtenues par la reorg industrielle de Fiat avec des usines en surcapacité insuffisamment modernisées que Fiat ne voulait certainement pas assumer seul sur son sol. D'où des reorg à prévoir sur les sites français...
Il fallait par ailleurs fortement investir ds l'électrique balbutiant de Fiat et tenter de rattraper le retard pris.
Enfin la gamme de Renault est inadapté au marché américain.
Seules les marques US de FCA st profitables en Amérique...et pour combien de tps encore?
a écrit le 19/10/2019 à 17:07 :
Dommage que vous confondiez Maubeuge et Douai.
Encore des analyses de journaliste pour du buzz...
Finalement vous êtes au même niveau que les managers que vous critiquez.
Rien de nouveau sous le soleil français depuis des années.
a écrit le 19/10/2019 à 15:04 :
"Pour l'heure, la crise managériale sans fin qui a suivi l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre 2019, "
erreur de date
a écrit le 19/10/2019 à 14:31 :
Rectificatif, les Scenic, Talisman et Espace sont produites a Douai et non Maubeuge ( Kangoo)
a écrit le 19/10/2019 à 14:31 :
Le début des vacances de la toussaint ne doivent pas obligatoirement vous faire écrire des articles à la va vite par des stagiaires. Cette article est rempli de fautes sur l'entreprise, son fonctionnement... c'est dommage pour un journal tel que le vôtre.
Un changement de patron deux fois en moins de un an est assurément une preuve de passage compliqué. Pour le reste, c'est un sortie de piste complet!
a écrit le 19/10/2019 à 14:10 :
Au delà des choix esthétiques (certes contestable mais la Logan, très très moche, a quand même été un scccès commercial, financier et de communication), où sont les véhicules électriques (ou hybrides, ou multifuels) Renault ?

Renault a été pionnier sur le véhicule électrique et le GPL, mais il est maintenant absent alors que le marché des véhicules "propres"progresse et qu'il commence à y avoir de la demande.
Réponse de le 19/10/2019 à 15:54 :
Renault a jamais été pionner dans l électrique ! A commencer par le flop de la Zoé!
Renault a même pas été foutu de faire un diesel fiable( a commencer par le dci ) pas du tout fiable comparer au tdi de nos voisins allemands.
De toute manière cette marque a planter Matra,Alpine, heureusement Peugeot et Volvo ont quittés PRV...
Point positif ils ont relevés Nissan.
Peut être que Renault ne prend plus de croissance suite au scandale de Carlos Chine...
Réponse de le 19/10/2019 à 18:28 :
La Zoé un flop avec un Renault première marque électrique du continent ? Laissez nous rire !
a écrit le 19/10/2019 à 12:58 :
Bonjour, le design des Renault, est aujourd'hui dépassé, regarder autour de vous, au quotidien même les Constructeurs les moins connus, font des véhicules, en phase avec leurs temps... De plus certains constructeurs coréens garantissent leur véhicule 7ans..voire plus..même Mercedes avec des modèles au design trop vieillot à su rebondir avec la classe A.....et tous ses modèles ont suivi le mouvement en avant..... Au niveau national Citroen et Peugeot ont fait leur révolution au niveau de la qualité.. Du design, de l électrique etc...je pense aussi qu avec l arrivée de la 208 électrique, qui a mes yeux est une réussite , que la Zoé va avoir beaucoup moins de succès.. Malheureusement pour Renault avec la mondialisation.. Il est aujourd'hui, à mon sens, trop tard pour revoir sa gamme.. L affaire Goshn à aussi fait beaucoup de mal... Précursseur avec L espace... La super5.... La twingo... La Zoé... Les décideurs se sont endormis sur leurs lauriers.... Même l usine phare de la marque DOUAI. à des difficultés.. Chômage technique.. Vente en baisse.. Cela va, certainement engendré une restructuration.. Heureusement que Dacia est là pour sauver les meubles... Sinon le groupe serait, déjà dans le gouffre......
Réponse de le 19/10/2019 à 13:22 :
.. L affaire Goshn à aussi fait beaucoup de mal... Je le pense aussi....chez Renault on a l'impression d'avoir affaire à des fonctionnaires... je souhaite que cette entreprise reparte de l'avant .....car ce sera nos impôts qui compenseront le déficit ....
a écrit le 19/10/2019 à 12:08 :
Les actionnaires ont la memoire courte , avant l'arrivée de carlos G , la MOP etait inferieure à 3% et on ne s'inquietait pas
a écrit le 19/10/2019 à 11:55 :
De plus, la nouvelle Clio 5 ne fait pas recette. Sur le site Renault.fr, plus de 15 000 Clio 5 sont disponibles avec des remises pouvant aller jusqu'à 20 % ! Renault brade.
a écrit le 19/10/2019 à 11:32 :
Pas étonnant vu la qualité de fabrication médiocre et le SAV déplorable. Au bout d'un moment on va voir ailleurs.
Réponse de le 19/10/2019 à 13:15 :
Il fallait s'y attendre... Nos responsables actuels ne sont pas à la hauteur des enjeux. Et bien sûr ils ne sont pas aidés par l'état actionnaire...
Certains n'ont toujours pas compris qu'il faut des années pour construire une bonne image et quelques mois pour tout détruire...
Réponse de le 20/10/2019 à 14:42 :
Bonjour,

Renault est toujours le vilain petit canard surtout concernant la fiabilité. Regardez les chiffres et les enquêtes: meilleurs réseau APV, des véhicules dans le top 3 de fiabilité. Des clio diesel à plus de 400000 km. Allez chez VW, belle en apparence mais attention dessous, vous verrez votre devis multipier par 2 avec des tarifs horaires à plus 100€/h. titrez vous une balle dans le pied les acheteurs français, les allemands rigolent. L'herbe est toujours plus verte ailleurs.
a écrit le 19/10/2019 à 11:18 :
RENAULT n'a jamais été capable de garder un capot de voiture légitiment la marque. Regardez les marques allemandes. Elles ne changent pas à tout bout de champ. RENAULT peut faire un musé depuis sa création en exposant que ses capots de voitures. De plus dés qu'un modèle sort, l'année suivante on le modifie. Résultat les acquéreurs se retrouvent avec un véhicule démodé et déprécié.
a écrit le 19/10/2019 à 10:46 :
Pourquoi cet alarmisme ,rien de mieux qu’une bonne conflagration pour rebondir , regardez PSA au bord du gouffre il y a cinq ans et pétant de santé actuellement sans parler de WW lesté de 30 milliards de dollars d’amendes et rebondissant; les autres constructeurs allemands en plein doute avec leurs récentes créations de plus de deux tonnes complètement déconnectées du marché. L’immobilisme dans l’industrie de la bagnole sclérose et tue. Il est temps de retourner la table.
a écrit le 19/10/2019 à 9:40 :
Bonjour,

Des erreurs à corriger: Maubeuge fait les utilitaires en particulier Kangoo. Je pense qu'il faut corriger avec Douai. Les résultats sont à relativiser avec les autres constructeurs. Une MOP de 5% restent honorable compte tenu du contexte économique. IL faut éviter cette comparaison incessante PSA Renault, citroen vient de renouveler sa gamme. Je préférerais une comparaison à des généralistes: FIAT, VW, japonais ou coréens. La grosse différence avec PSA est l'alliance avec NISSAN tantôt bénéfique et aujourd'hui pesante.
a écrit le 19/10/2019 à 9:34 :
De toute facon avec ou sans Goshn l'avenir de la marque etait deja ecrit.
Nissan supportait le plus lourd en terme de benefices.
RIP Renault, dommage pour l'histoire.
a écrit le 19/10/2019 à 9:29 :
CA sent la faillite annoncée, malheureusement quand on voyage un peu ou beaucoup, aucune Renault à l'étranger et pas beaucoup plus de Peugeot, les voiture lilliputiennes ça ne marche pas. Par contre gros succès des 4x4, Pick-up et SUV XL dans les autres continents.
a écrit le 19/10/2019 à 9:20 :
Depuis pas mal de temps, Renault n'a fait que du papier collé sur toute sa gamme niveau design mise à part l'alpine. Ils devraient jouer sur un côté plus futuriste sur les lignes de ses voitures car c'est là où le client est en admiration au premier coup d'oeil et chaques modèles doivent avoir sa propre identité totalement différente de sa gamme car c'est comme ça que le client reviendra du côté de la marque 😉
a écrit le 19/10/2019 à 8:19 :
Si Renault installerait des moteurs bioéthanol, il vendrait certainement mieux ses voitures.
a écrit le 19/10/2019 à 0:25 :
Petite correction, c'est l'usine de Douai qui a été mise en sous capacité et non l'usine de Maubeuge.
a écrit le 19/10/2019 à 0:18 :
Attention, l'usine de Maubeuge produit le Kangoo et ne connaît pas cette problématique de sous-capacité.
C'est l'usine de Douai qui souffre de manque de volume de ventes.
a écrit le 18/10/2019 à 21:44 :
La 508 ne se vend qu'au réseau pour le moment. Les ventes du 3008 et 5008 baissent sur nombre de marché européens depuis le mois de mai... Peugeot ayant fait le paris des locations longue durée bien aidées par Santander et BNP-Paribas sauf que les nouveautés Mercedes et Audi sur les SUVs font que nombre de consommateurs irlandais, britanniques ou italines se détournent des SUVs de Peugeot cette année... La situation de Citroën n'est pas reluisante non plus et ne tient qu'à l'augmentation des locations longues durée... Peugeot et Citroën se retrouvent avec un nombre improbable d'autos à revendre en occasion ... La 308 voit ses ventes baissées sensiblement depuis 3 mois sur le marché français ... et PSA a fait le paris des citadines et SUV plus chères avec nouveau 2008, 208 et DS3 Crossback dont les ventes en décollent pas. Le retournement du marché en 2020 n'aidera pas la montée en gamme opérée par PSA ... d'autant plus que Peugeot pariait sur les commandes depuis le salon de Genève de la 208 qui n'ont pas pris encore.Donc Renault a la présence d'esprit d'annoncer en avance les choses.
Réponse de le 19/10/2019 à 9:16 :
Pourquoi faire de la croissance non rentable sur un marché européen saturé d' autos ? Il faut gagner de l' argent et ce ne sont pas les marges minuscules de Volkswagen marque et le décrochage monde d' Audi en volumes qui me contrediront. En cela, Tavares a raison qui affiche des marges et non des volumes. Quant à Renault s'il doit améliorer ses ventes sur le mix supérieur , il est loin d' être déconnecté du marché comme certains s ' emploient à nous le faire croire.
a écrit le 18/10/2019 à 21:37 :
Faisons appel au stratège qui a coulé l'alliance: Macron. Peugeot est favorisé, comparé à Renault: il y a des contre pouvoirs de poids au conseil d'administration.
a écrit le 18/10/2019 à 21:29 :
Bon, est ce que cet article va s'inscrire un "plan de sauvegarde de l'emploi", le mot même a ceux qui ont fait un plan social est que tout le monde se fait de l'argent dans le reclassement en disproportion avec ce que l'employé touchera. Généralement une bonne diversification permet de récupérer une partie de l'argent.

Je suis cynique, mais au vue de ce qui se passe, même crise managériale, a la fin je ne crois pas que quelques exfiltrations bien rémunérées, n'exclura pas ce fameux "plan de sauvegarde de l'emploi".

Non Cassandre ne peut pas dire cela !!! Sinon que le groupe sera sans doute dans du cost killage.

Cela veut dire que la prochaine série peut mal se dérouler? avec le CICE, si carrefour a obtenu 750 millions, allez un petit milliard de financement pour aider la transition? nous n'allons tout même pas sanctionner ceux qui finalement ont fait le mauvais, donc autant les actionnaires que les autres. C'est le cas avec la bourse, et ce que l'on peut dire par le %, question de confiance.


Mais dire au marché, non pendant x temps nous n'allons pas faire de ca, du coup pas bêtes la bête analphabète des recettes je dois comprendre quoi? a supposer que je suis sur ce terrain?!!!

Albert résume la problématique pour tous ceux qui je suppose investissent !
a écrit le 18/10/2019 à 20:54 :
C'est bien "Bo" de tout ramener au Marché sacré, mais si vous tapez sur votre moteur de recherche "Casse moteur TCE" vous aurez l'opinion des clients souvent fidèles à cette marque. Il y aurait de l'intérêt pour la firme au losange à régler ces problèmes de fiabilité.
a écrit le 18/10/2019 à 20:23 :
On en revient toujours au même sujet concernant RENAULT. Est-il normal qu'un groupe qui se focalise sur une croissance de ces volumes se targue depuis des années de faire "un free cash flow automobile positif ou nul?". Avec 57 Milliards de C.A. ?
Cela a considérablement nui aux relations avec Nissan qui se sent comme la vache à lait de la trésorerie de Renault. Donc il est temps que les responsables de renault travaillent à formuler des hypothèses basses comme la génération d'un free cash flow minimal ou une fourchette comprise entre 1.5% du C.A. et 3% du C.A. à terme. Car comme l'indique ODDO, on ne comprend pas comment avec une croissance en volume la société émette un profit warning inattendu. Il est temps que les responsables de renault se mettent à gagner de l'argent sur leur métier... et leur métier, ce n'est pas d'être la holding de Nissan ou Mitsubishi.
a écrit le 18/10/2019 à 19:43 :
Lequel TAVARES vient de Renault .
a écrit le 18/10/2019 à 19:27 :
Carlos Ghosn avait des chevilles grosses comme ça, mais c'était un bon gestionnaire. Lui parti, tout fout le camp.
Réponse de le 18/10/2019 à 20:07 :
à Max : Les problèmes de Renault étant structurels, ce cher carlos en est responsables. Les conséquences des problèmes structurels par définition n'apparaissent pas par magie au bout de seulement un an.
Réponse de le 18/10/2019 à 20:23 :
malheureusement, une industrie lourde de près de 60 milliards d'euros de chiffre d'affaire ne se retourne en quelques mois de management flou...
les stratégie de gamme, se dessinent depuis plusieurs années... donc sous Carlos Ghosn.
Probablement que ce dernier était plus occupé à gérer sa propre stratégie que celle du groupe (si on peut parler de groupe d'ailleurs)
Réponse de le 18/10/2019 à 20:40 :
"Bon gestionnaire", je ne sais pas. Mais effectivement gamme ratée: combien voyez-vous de Scenic, Megane, Espace, Talisman, Koleos dans une journée ? Même pas une bien souvent. Uniquement des Clio et des Captur. Et cela depuis des mois. Donc il faudrait se poser de vraies questions
Réponse de le 18/10/2019 à 22:18 :
@azer Vous manquez de lunettes ou vous habitez sur mars ? Pas de mégane d' espace ni de koleos dans les rues, zut alors!
a écrit le 18/10/2019 à 19:13 :
Et bein s' il est l' un des rares constructeurs à ne pas avoir fait de profit warning" et qu' il le fait aujourd' hui soit un an après avoir épousseté le chausse-trappe du ghosngate, quoi d' extraordinaire excellent Nabil ...?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :