Renault : le gouvernement sera "intransigeant" sur la "préservation" des sites en France, selon Philippe

 |   |  393  mots
Nous serons extrêmement exigeants sur le fait que la France demeure le centre mondial pour Renault de l'ingénierie, de la recherche, pour l'innovation et le développement, a insisté le chef du gouvernement.
"Nous serons extrêmement exigeants sur le fait que la France demeure le centre mondial pour Renault de l'ingénierie, de la recherche, pour l'innovation et le développement", a insisté le chef du gouvernement. (Crédits : Reuters)
Selon Le Canard enchaîné, Renault envisagerait de fermer quatre sites en France dans le cadre d'un plan de 2 milliards d'euros d'économies qui doit être dévoilé prochainement. "Nous serons extrêmement attachés, voire intransigeants, à la préservation des sites France", a réagi le premier ministre lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat.

Édouard Philippe a affirmé ce mercredi que le gouvernement serait "intransigeant" sur la "préservation" des sites de Renault en France, si le constructeur automobile confirmait sa volonté de fermer quatre sites dans le pays comme l'évoque Le Canard enchaîné.

Tout en soulignant que le "plan n'est pas encore présenté et donc probablement pas encore arrêté", le Premier ministre a assuré que l'État, qui est actionnaire du constructeur, était "extrêmement attentif" à la situation.

"Nous serons extrêmement attachés, voire intransigeants, à la préservation des sites France", a ainsi déclaré M. Philippe lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat.

"Nous serons extrêmement exigeants sur le fait que la France demeure le centre mondial pour Renault de l'ingénierie, de la recherche, pour l'innovation et le développement", a-t-il insisté.

Et "nous serons extrêmement attachés à la qualité du dialogue et de l'accompagnement social", a-t-il poursuivi.

Plan massif d'économies

Selon l'hebdomadaire satirique, Renault envisagerait de fermer quatre sites en France - Flins, Dieppe, Choisy-le-Roi et les Fonderies de Bretagne - dans le cadre d'un plan de 2 milliards d'euros d'économies qui doit être dévoilé le 29 mai.

"Il y a une forme de responsabilité de l'entreprise à avancer, à se transformer mais aussi à tenir compte des réalités du pays qui l'accueille et d'une certaine façon le fait vivre", a mis en garde le Premier ministre, en soulignant que si "Renault est une entreprise mondiale", "sa marque française est évidente".

Interrogé par la sénatrice (LR) des Yvelines Sophie Primas sur le sort du site historique de Flins qui, selon une source proche du dossier, ne fermerait pas mais arrêterait la production automobile pour se consacrer à une autre activité, M. Philippe a exprimé son "attachement" au site qui "doit dans toute la mesure du possible être préservé".

M. Philippe a enfin préconisé que le constructeur, confronté comme tout le secteur à "un coup de frein massif et brutal", formule "un plan non pas défensif mais offensif".

Lire aussi : Renault, PSA, Fiat, Michelin... L'industrie automobile européenne à l'arrêt...

"Il est toujours mieux dans ces circonstances de franchir plus vite les étapes que l'on prévoyait de franchir, plutôt que d'essayer de défendre le plus longtemps possible une position" non viable, a-t-il fait valoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2020 à 17:21 :
Edouard Philippe va être intransigeant sur la préservation des sites !
A Flins il concéde un arrêt total de la production automobile , mais exige que le site soit conservé et affecté à quelque chose . Sûr que cette intransigeance va pleinement rassurer les 2600 personnels actuels qui y travaillent .
une suggestion de reconversion pour le site production de Flins , un grand musée de la production automobile de Renault de ses débuts à aujourd'hui - ça permettrait au moins de recaser une grosse poignée de syndicalistes CGT et FO .
a écrit le 22/05/2020 à 9:40 :
Pour soutenir ALSTOM Belfort, LE MAIRE S'engageait à ce que NOUS achetions des TGV dont la SNCF n'avait - et n'a maintenant surtout - pas besoin; voudrait-il répéter la même opération avec RENAULT? Pour aider AIR FRANCE, on pourrait lui racheter NOS A380 qu'on transformerait en salles de cinéma pour aider "la culture" ou en restaurants pour aider nos bistrots à l'agonie qui sont l'âme des villes et villages….
a écrit le 21/05/2020 à 10:35 :
sommes-nous voués à soutenir des entreprises opérant dans des secteurs sinistrés et à l'avenir incertain? Tout ça pour entendre des déclarations ronflantes de ministres ou de syndicalistes déphasés? Ce serait le moment d'encourager l'investissement dans des directions riches de futur et d'emplois. Je suis un homme du passé, mais ça me fait mal d'utiliser Nikon, Samsung ,Sony... à tout instant car nous n'avons plus rien en Europe d'équivalent.
a écrit le 21/05/2020 à 10:17 :
Le souci n'est pas que "les sites" restent en France... Mais que le travail y reste. Vous me direz que je suis méchant dans mes propos, mais il y a seulement quelques jours un de vos proche a dit qu'il avait rien promis a des soignants. Là vous vous promettez que vous serez attentif a ce que les site reste en France. En gros que les parpaing de l'usine reste en France mais rien promet que la production et les salariés eux reste ici...Désolé après 3 ans de mensonge et de grèves a répétition toutes justifié et surtout toute cette argent de mes impôts distribué aux plus aisés vous rend inaudible et votre parole n'a plus aucune crédibilité ! Arrêtez de palabré et promettre la lune et allez plutôt la décrocher, en gros après trois ans a rien faire et pire mal faire pour le peu que vous avez fait, réveillez vous et mettez vous au travail pour ceux qui en ont besoin, resteront travailler en France et produisent (vu que vous avez pas conscience que ces personne existe, je vais être plus clair les ouvrier, salariés et travailleurs pour résumé les indépendant et les non cadre) !
a écrit le 21/05/2020 à 10:06 :
Il faudrait se poser la question pourquoi la France a de moins en moins d'usines et en particulier d'automobiles. Renault et PSA produisent de plus en plus de véhicules vendus en France à l’extérieur du pays. Je ne pense pas que ce soit uniquement la faute des syndicats CGT ou autres. C'est un choix collectif qui est fait depuis des lustres où en France on a préféré financer le social sur le travail et non par l’impôt de plus on a rajouté un nombre inimaginable de taxes sur les entreprises, ce qui a finalement entraîné un coût du travail très élevé et donc des délocalisations plus nombreuses que dans les autres pays.
Si il n'y pas de changement en profondeur en France les délocalisations dans tous les domaines se poursuivront.
Réponse de le 25/05/2020 à 16:40 :
Tt a fait, c'est un choix de société.
Ds les années 2000, on a préféré phosphorer sur les 35 h et les E.se sont arrachées les cheveux pour les appliquer à cout zéro...en rognant sur les investissements de RD et de production.
Pdt ce tps, Allemands, Japonais, Coréens, les plus gros producteurs d'auto montaient en gamme et automatisaient à outrance...
La seule planche de salut de Renault qui cherchait à croître en s'internationalisant, a été de s'orienter résolument vers le low cost en rachetant pour une poignée de figue, Dacia en Roumanie puis Lada en Russie et en modernisant à peu de frais des usines géantes antédiluviennes...Pour le reste, vous le savez comme moi: le succès fut au RV ds ces pays et en France, au prix d'une fabrication à 100% hors de FRANCE.
Ce choix Gagnant-Perdant a été le pt de départ de délocalisations massives des modèles bas et moyen de gamme de la marque, au gd dam de la CGT syndicat majoritaire chez les métallos.
Plusieurs années plus tard, Renault remet le couvert en Inde avec la Kwid, voiture ultra low cost conçue exclusivement pour le marché indien avec un succès similaire...sur l'énorme marché indien à venir.
Ds les faits, R est devenue depuis cette époque, une véritable holding qui s'est du reste bien servie sur les bénéfices de NISSAN après l'avoir sauvé de la faillite à la même époque, ht fait d'arme d'un célèbre cost killer en cavale...
Qt à PSA, elle ne doit sa survie à l'orrée des années 2010, qu'aux aides généreuses de l'Etat, suite à la crise de 2010, l'entrée d'un constructeur chinois qui recherchait des transferts de technologie et l'arrivée providentielle d'un autre cost killer, mais qui avait en plus de son mentor, la volonté stratégique d'une montée en gamme avec notamment la création de la marque DS (sensée fournir des modèles premium) et des investissements ds la course automobile.
Pour résister, PSA a également délocalisé ds les PECO, en Afrique du N et en Turquie ses petits modèles et ne doit d'avoir maintenu une production conséquente en FRANCE, qu'avec le succès rencontrés ces dernières années avec les SUV que s'arrache la classe moyenne citadine aisée européenne.
a écrit le 21/05/2020 à 8:23 :
Pendant ce temps:

Deux hommes soupçonnés d'avoir organisé la fuite de Carlos Ghosn du Japon dans une boîte de matériel ­musical ont été arrêtés mercredi matin près de Boston par la police américaine. ­Michael Taylor, ancien membre des Bérets verts, les forces spéciales américaines, et son fils Peter Taylor, faisaient l'objet d'une demande d'extradition émise par la justice japonaise pour leur rôle dans l'exfiltration de Ghosn le 29 décembre 2019.
Le mandat d'arrêt visait aussi un citoyen américain d'origine libanaise, George-Antoine Zayek. Tous les trois sont accusés d'avoir violé les lois japonaises sur l'immigration en aidant Carlos Ghosn à quitter le pays.Les deux hommes ont été appréhendés au domicile de Michael Taylor, à Harvard, près de Boston, et alors que Peter Taylor s'apprêtait à partir pour le Liban.
a écrit le 20/05/2020 à 23:27 :
Il est urgent que Renault retrouve des marges de manœuvre et une santé financière pour rebondir qd la dde repartira, sans quoi, il est à craindre que les 5 mds de prêt ne financent en définitive qu'un canard boiteux devenu incapable de rembourser le moindre prêt et dc en état de quasi faillite. Et là, pour un groupe de cette taille, ce serait la vraie Cata !!!
Par ex: L'Alpine, c'est bien trop tard d'au moins 10 ans et c'est devenu obsolète face à la déferlante des Tesla et des nvelles sportives électriques allemandes...
Que l'État ne vienne pas interférer avec les choix industriels pour lesquels il n'est pas compétent, malgré les sirènes syndicales. Sinon, la douloureuse à venir ne sera que plus sévère, et la survie du groupe de plus en plus menacée.
Bâtir au plus vite un plan de départ volontaire, de préretraite, de rupture conventionnelle, tt en limitant au maximum les licenciements massifs tant qu'il en est encore tps...
a écrit le 20/05/2020 à 17:48 :
ils ont demolli l'automobile
maintenant ils se rendent compte des resultats, alors ils offrent les bequilles, mais avec leurs exigences
evidemment qque la r&d va rester en france et que le reste va fermer, vu que ce qui etait prevu
d'ailleurs ca sera tres bien, la cgt aura atteint son objectif et pourra hurler contre les patrons qui virent les gens; et puis ca les chnegra un peu du merdier qu'ils mettent avec leur amis chez amazon et consors...
a écrit le 20/05/2020 à 17:34 :
Renault va-t-il fermer des usines en France ? « Impensable », réagit la CGT. Ce syndicat, qui vient de faire retarder la réouverture de Sandouville de 15 jours, vit toujours à une autre époque et organise la ruine de la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :