Le gouvernement et Airbnb s'associent pour mieux loger les soignants

 |   |  493  mots
(Crédits : Joe Penney)
Approché par le ministre de la Ville et du Logement, le géant américain vient de mettre en ligne "Appartsolidaire", un site à destination du personnel médical et des travailleurs sociaux.

[article publié le 24 mars à 18h30, actualisé à 18h45 avec les premiers chiffres donnés par Airbnb France à La Tribune]

Personnel médical - en hôpital ou en EHPAD - ou travailleur social, habitant à vingt kilomètres de son lieu de travail, cherche un hébergement pour une durée minimale de cinq nuits consécutives. Si un soignant devait passer une petite annonce, elle ressemblerait à cela.  Demandée à Airbnb vendredi dernier par le ministre de la Ville et du Logement, le site "Appartsolidaire" est en ligne depuis ce 24 mars 17h.

"Une proposition a été envoyée ce matin aux centaines de milliers de membres du site en leur proposant de mettre à disposition de manière gracieuse des logements dans leur entièreté", a déclaré le ministre Julien Denormandie lors d'une conférence téléphonique cette après-midi.

Outre Luckey Homes, plateforme de services rachetée par Airbnb à Nexity en décembre 2018, "d'autres conciergeries se sont rapprochées de la plateforme pour soutenir cette initiative", assure Airbnb France à La Tribune.

Un formulaire à remplir

Des "dizaines de personnes" s'assureront, elles, du profil socio-professionnel des utilisateurs.

"Au sujet des contrôles, seules les demandes adressées via un formulaire dédié, et dont l'éligibilité au programme aura été confirmée par les équipes, pourront réserver un logement", précise le géant américain à La Tribune. "Lors de la réservation, les hôtes pourront, s'ils le souhaitent, demander aux personnels de santé d'attester de leur qualité, en envoyant dans la messagerie une photo de leur carte de professionnel de santé ou en présentant tout autre justificatif approprié."

Vérifications faites, le formulaire dédié demande le prénom, le nom, l'adresse, le code postal, le numéro de portable, l'emploi - médecin, infirmier, technicien hospitalier, aide-soignant, travailleur social en centre d'hébergement d'urgence - ainsi que le nom de la structure, la ville et le code postal de cette dernière.

Ce n'est pas tout. Avant même la question sur le nombre de nuits, le postulant doit en effet confirmer que son temps de trajet entre le domicile et le "lieu d'exercice" est "supérieur" à trente minutes. De même, avant de "certifier l'exactitude" de toutes ces informations "afin qu'Airbnb ou des tiers mandatés à cet effet puissent confirmer", il a à préciser le nom, le numéro de téléphone et l'adresse mail de son employeur.

1.500 logements disponibles à 18h40

En revanche, le gouvernement français ne se fixe - pour l'instant du moins - d'objectifs chiffrés.

"C'est très compliqué. Nous allons attendre les retours", botte en touche le ministre de la Ville et du Logement. "Tout cela est totalement inédit. Je ne peux pas faire de prévisions."

A 18h40, soit cent minutes après la publication du site, Airbnb France fait, lui, état, auprès de La Tribune, de 1.500 logements déjà disponibles et de 100 personnes qui en ont fait la demande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2020 à 18:18 :
Et lorsque l on habite à moins de 20 kms de son lieu de travail, il faut choisir entre :
- Tuer son époux à la santé fragile en lui ramenant le Coronavirus après sa journée de travail,
- Abandonner patients et collègues en se mettant en arrêt maladie,
- Financer soi-même une location sur plusieurs semaines...
Non merci !
Infirmière dans un service d urgences, je suis un de vos "héros" qui dormira très bientôt dans sa voiture...
a écrit le 26/03/2020 à 14:11 :
Airbnb, comme d’autres GAFA paient très peu d’impôts sur les sociétés en France. Avec plus de moyens, notre système de santé fonctionnerait mieux. Beau geste. Mais ils pourraient faire plus en oubliant un moment les paradis fiscaux.
a écrit le 24/03/2020 à 18:52 :
C'est une population hyper-risquée....

Il faut trois heures pour décontaminer un véhicule sanitaire de pompier, qui a été conçu pour ca, après un transport covid... Combien de temps et quel budget pour un appartement?
Réponse de le 26/03/2020 à 18:28 :
Le fric, toujours le fric... Nous sommes "une population Hyper-risquée" dites-vous ?! Honte à vous ! Vous oubliez que nous risquons nous-mêmes notre vie chaque jour pour en sauver d autres ! La vie n a pas de prix, l avez-vous oublié ?!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :