Coronavirus : les quatre technologies gagnantes pour un vaccin

 |   |  1128  mots
Alors que différentes agences sanitaires estiment qu'il faudra 8 milliards de doses pour vacciner la population mondiale, la production sera un vrai tour de force, même pour les big pharmas.
Alors que différentes agences sanitaires estiment qu'il faudra 8 milliards de doses pour vacciner la population mondiale, la production sera un vrai tour de force, même pour les "big pharmas". (Crédits : ANDREAS GEBERT)
Quel labo arrivera à fabriquer en premier un vaccin contre le Covid-19, et grâce à quelle recette ? Entre les quatre technologies propres à créer des vaccins, les "big pharmas" font leurs choix et développent leurs candidats en procédure accélérée. Objectif : créer un portefeuille de vaccins adaptés aux différents types de patients et aux divers modes de vaccination. Explications.

La guerre des vaccins s'accélère. Six mois après la découverte du virus SARS-CoV-2 à Wuhan, pas moins de dix essais de vaccins ont déjà débuté sur l'homme. Et au moins dix autres sont prêts à être lancés début juillet. Du jamais-vu.

En trois phases, ces essais contrôleront que le vaccin est bien toléré par l'organisme humain, qu'il convient aux différents profils de patients et qu'il se montre efficace en cas de contamination. Et pour mettre au point leur précieux cocktail, les laboratoires ont le choix entre quatre technologies différentes, de celle que l'on utilise depuis longtemps jusqu'à une toute nouvelle, séduisante, mais pas encore homologuée pour des vaccins humains.

Quatre technologies pour un vaccin

Tout d'abord, la technologie traditionnelle reste dans la course. Elle consiste à atténuer le virus de la maladie par traitement chimique avant de l'injecter. Elle permet aux défenses immunitaires de développer des anticorps spécifiques contre le vrai virus. Ces vaccins sont efficaces, mais longs à mettre au point. C'est la technologie adoptée par de nombreux laboratoires chinois, comme Sinopharm.

La technologie des protéines virales est différente: elle consiste à injecter seulement des protéines, semblables à celles qui constituent la surface du virus. À leur contact, le système immunitaire fabrique normalement des anticorps. Mais, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2020 à 11:34 :
Bonjour à tous

les anglais ont sorti en quelques heures ou très peu de jous un antibiotique grâce un ordinateur quantique. Pourquoi on ne l'utilise pas ?
a écrit le 26/06/2020 à 22:09 :
La naissance des GAFA pharmaceutiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :