Terminal méthanier de Dunkerque : EDF détaille son investissement

 |   |  385  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'électricien public français a confirmé son investissement à hauteur de 65% dans le terminal méthanier de Dunkerque. Total et le belge Fluxys participeront au financement de 1 milliard d'euros prévu pour ce projet.

EDF a annoncé ce mercredi sa décision finale d'investir dans le terminal méthanier de Dunkerque, aux côtés du belge Fluxys et de Total, pour un montant de 1 milliard d'euros. L'électricien public a précisé dans un communiqué que Fluxys et Total avaient confirmé leur prise de participation à hauteur de 25% et 10% respectivement dans le capital de Dunkerque LNG, la société chargée de l'installation industrielle du terminal de gaz naturel liquéfié.

Total a réservé auprès de Dunkerque LNG jusqu'à 2 milliards de mètres cubes par an (Gm3/an) de capacités de stockage et de regazéification, EDF conservant une capacité allant jusqu'à 8 Gm3/an. "Dunkerque LNG se réserve la possibilité d'accueillir ultérieurement d'autres partenaires financiers ou commerciaux sur ce projet", a précisé EDF.

Le terminal méthanier de Dunkerque, dont la mise en service est prévue fin 2015, aura une capacité annuelle de regazéification de 13 Gm3 et augmentera d'environ 20% les capacités d'importation de gaz naturel sur le territoire français. Le coût total du projet s'élève à 1,5 milliard d'euros en incluant les investissements du port autonome de Dunkerque et de GRTgaz, la structure qui gère les gazoducs de GDF Suez en France , a précisé une porte-parole d'EDF.

Le terminal avait fait l'objet d'un accord entre l'électricien et Total en mars 2010 alors que la raffinerie du groupe pétrolier à Dunkerque était en cours de fermeture. Cet accord prévoyait notamment qu'une partie des salariés de la raffinerie Total de Dunkerque seraient employés sur le nouveau site.

Le projet permettra notamment à EDF d'assurer l'approvisionnement de ses centrales de production électrique à partir de gaz. Le groupe doit en effet mettre en service trois centrales à cycle combiné gaz (CCG) d'ici 2012 en France pour une capacité de production totale de 1.360 mégawatts (MW), ainsi qu'une centrale CCG de 1.300 MW au Royaume-Uni.

"Le développement du gaz naturel liquéfié est un élément clé de la stratégie de Total, et le terminal méthanier de Dunkerque nous permettra d'accroître notre rôle de fournisseur de gaz naturel sur les marchés français et européens", a de son côté souligné le PDG de Total, Christophe de Margerie, dans une déclaration écrite transmise à l'agence Reuters.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :