En perte en 2011, Areva provisionne 2,4 milliards d'euros

 |   |  402  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Areva va subir une lourde perte en 2011 en raison d'une provision exceptionnelle de 2,4 milliards d'euros, liée surtout à la dépréciation d'actifs miniers.

Areva a annoncé ce lundi qu'il enregistrait des provisions pour un montant total d'environ 2,4 milliards d'euros et qu'il prévoyait une perte opérationnelle comprise entre 1,4 et 1,6 milliard d'euros au titre de 2011.

Dans un communiqué, le spécialiste public du nucléaire ajoute qu'il vise une réduction de ses coûts opérationnels pour un montant total d'économies d'un milliard d'euros en rythme annuel à horizon 2015, ainsi qu'un programme de cessions d'un montant total supérieur à 1,2 milliard d'euros dans le cadre de son plan "action 2016".

Sur les 2,4 milliards de provisions annoncées, 1,5 milliard d'euros environ est lié aux actifs d'Uramin et 150 millions au titre de l'EPR finlandais.

Areva a acquis la société minière canadienne Uramin en 2007 pour environ 2,5 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) et doit déprécier cet actif en raison de réserves surévaluées, d'un prix de l'uranium plus bas qu'attendu ou encore de capacités de production qui ne seront finalement pas mises en place.

S'agissant de l'EPR finlandais en cours de construction, Olkiluoto 3, Areva avait déjà dû provisionner 2,6 milliards d'euros afin de faire face aux surcoûts et retards du chantier.

La cotation de l'action Areva a été suspendue lundi matin à la Bourse de Paris, dans l'attente du communiqué du groupe sur son nouveau plan stratégique. A sa reprise de cotation, moins d'une heure avant la clôture du marché, le titre a perdu plus de 6%.

La Tribune annonçait ce lundi matin que Luc Oursel, qui a succédé à Anne Lauvergeon à la tête d'Areva le 1er juillet dernier, allait entamer ce lundi son premier bras de fer avec l'Etat. De sources concordantes, son "plan d'action stratégique" destiné à adapter Areva aux conditions de marché post-Fukushima et à enrayer les pertes dues aux dépenses somptuaires de l'ère Lauvergeon, prévoit "le gel des recrutements". Ce qui signifie que les 1.000 à 1.200 départs "naturels" annuels en France (sur un effectif de 28.000 salariés) ne seront pas remplacés.

Si cette mesure est appliquée sur l'ensemble de la période balayée par ce plan (2012-2016), c'est entre 5.000 et 6.000 emplois qui seront ainsi supprimés. De quoi mécontenter les ministres François Baroin et Eric Besson qui avaient convoqué Luc Oursel en urgence le 23 novembre dernier pour lui faire promettre qu'il n'y aurait "aucune suppression de poste, aucun plan de départ volontaire, aucun impact sur les sites français".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2011 à 15:03 :
Comme çà le repreneur ne va pas payer trop cher, qu' elle est l'origine de cette déroute ? Surveillons les mouvements et calculons combien l'état va perdre, ce qui va augmenter la dette, Fillon et N.S vont nous reparler de règle d'or. SOYONS VIGILANTS
a écrit le 13/12/2011 à 14:52 :
Comme çà le repreneur ne va pas payer trop cher, qu' elle est l'origine de cette déroute ? Surveillons les mouvements et calculons combien l'état va perdre, ce qui va augmenter la dette, Fillon et N.S vont nous reparler de règle d'or. SOYONS VIGILANTS
a écrit le 13/12/2011 à 6:51 :
Tout le monde découvre les problèmes. A croire que le Conseil de Surveillance dormait et que le nouveau Président n'était pas Vice-Président depuis des années. Les vieilles recettes pour se dédouaner des erreurs du passé marchent encore.

Dormez bien braves gens on s'occupe de dépenser dignement votre argent.
a écrit le 13/12/2011 à 5:42 :
Oui, pas d´autre solution ! et il faul rester trés attentif !
a écrit le 13/12/2011 à 3:14 :
Triple A : arevA,groupamA,dexiA
Réponse de le 13/12/2011 à 5:23 :
Tres bonne blague
a écrit le 12/12/2011 à 21:02 :
Heureusement grace à Eva joly AReva va trouver le grand marché du démantèlement des centrales nucléaires .quel Challenge euphorisant!.......
a écrit le 12/12/2011 à 17:29 :
Eh oui! Sarko n'est pas le patron il ne peut pas empecher une entreprise de licencier ou de ne pas remplacer des départs naturels. Il ne servait a rien de convoquer le Pdg il y a trois semaines. C'est commme pour gandrange et florange il ne sert a rien de jouer au gros bras!
Réponse de le 12/12/2011 à 19:08 :
Et vous oubliez aussi Peugeot : Sarko le libero-bolchevik qui remue de l'air sans rien pouvoir faire. Tout se delocalise, Sarkozy sait qu'au 1er Janvier 2013, abolition des taxes douanieres avec le Maroc, de fait le marché commun s'étend au Maroc, pas belle l'Europe ?!
Réponse de le 12/12/2011 à 19:28 :
Je vous rassure, d'ici là, l'Europe se sera effondrée, alors même que les frontières telles que nous les connaissions auparavant vont être rétablies. Une telle crise va nous ramener au protectionnisme, pour le meilleur et pour le pire...
a écrit le 12/12/2011 à 17:05 :
Et après cela on viendra dire que les socialistes sont responsables des problèmes rencontrés par Areva !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :