Pétrole en Guyane : les forages exploratoires de Shell vont reprendre lundi

 |  | 879 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après la mobilisation massive de la Guyane, les forages exploratoires de la compagnie pétrolière Shell au large de Cayenne "vont pouvoir reprendre" a priori "lundi", ont annoncé mercredi soir des parlementaires guyanais à l'issue d'une rencontre avec le ministre des Outre-mer.

Les forages exploratoires de la compagnie pétrolière Shell en Guyane "vont pouvoir reprendre" a priori "lundi", ont annoncé des parlementaires guyanais mercredi soir à l'issue d'une rencontre avec le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel. Le sénateur Georges Patient (PS) et la députée Chantal Berthelot (PRG) ont affirmé que le préfet de Guyane avait eu "l'autorisation de signer les arrêtés préfectoraux" permettant la relance de cette nouvelle campagne d'exploration dans les eaux guyanaises et que les forages devraient "reprendre lundi". "Le préfet a signé les arrêtés mercredi et donc les forages vont pouvoir recommencer lundi", a déclaré Chantal Berthelot, rappelant que le bateau de forage ultra moderne affrété par Shell était "arrivé mardi" comme prévu initialement dans les eaux. 

"Il n'y aura pas d'annonce précise avant vendredi, après la formation du gouvernement Ayrault 2", avait précisé mardi le directeur de cabinet de Nicole Bricq à une délégation d'élus guyanais, selon le quotidien "France Guyane" du 20 juin. Les élus, de tous bords politiques, favorables à une reprise rapide des opérations de Shell, devaient être reçus ce mercredi par le conseiller outre-mer de l'Elysée. Dès mardi soir, ils ont cependant parus en grande partie rassurés par les explications fournies par le cabinet du ministre de l'énergie, selon le quotidien local.

Un revirement rapide

Selon nos informations, une issue favorable au pétrolier pourrait être très vite annoncée. Shell France se refuse à tout commentaire. Mais dès vendredi dernier, la compagnie pétrolière affirmait "désormais anticiper une solution satisfaisante". Le gouvernement dispose, il est vrai, de peu de marges de man?uvres puisque Shell dispose d'un permis d'exploration en bonne et due forme. Jeudi, les ministres de l'Energie et du Redressement productif, qui avaient la veille annoncé la "suspension" des permis d'exploration, avaient dû le reconnaître. "Il n'est pas envisagé de remettre en cause les permis déjà octroyés pour la recherche de pétrole et de gaz conventionnel", avaient-ils précisé dans un second communiqué.

Un million de dollars par jour

Après cette spectaculaire annonce de "suspension", le revirement aura été très rapide. Peut être le gouvernement aura-t-il été sensible au coût de ce gel pour Shell. Un bateau spécial pour entamer la seconde phase d'exploration est arrivé sur place mardi après midi. Son coût d'immobilisation est estimé à un million de dollars par jour. Sans compter le délai d'attente nécessairement très long si ce navire doit repartir sans avoir réalisé sa campagne. Après la découverte l'été dernier de pétrole au large de la Guyane, à l'issue d'un forage exploratoire, Shell a prévu de réaliser deux autres forages en 2012 et deux autres encore, en 2013 pour cerner précisément les réserves potentielles d'or noir. Deux arrêtés préfectoraux sont encore nécessaires pour lancer le deuxième forage

Une mobiliation inédite des élus guyanais

Plus certainement, le gouvernement aura été attentif à la mobilisation immédiate des élus guyanais. "En décidant de suspendre l'exploration pétrolière au large de la Guyane, le gouvernement a réussi un coup de maître : parvenir à mettre tous les élus guyanais sur la même ligne de défense. Du jamais vu", s'exclamait la semaine dernière France Guyane. Vendredi, élus et représentants socio-processionnels adressaient à François Hollande un courrier réclamant la délivrance des derniers arrêtés.

Un cadrage du Premier ministre, dès vendredi, est d'ailleurs venu aligner les positions du gouvernement sur une position modérée. Le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, a en effet publié ce jour-là un communiqué pour rappeler son "attachement" au projet. Et il soulignait lui aussi, tout comme Nicole Bricq et Arnaud Montebourg, qu'il n'était "pas envisagé de remettre en cause les permis déjà octroyés pour la recherche de pétrole et de gaz conventionnel". Le ministre précisait parallèlement dans un courrier à une députée PS de Guyane que ce communiqué avait été "envoyé en plein accord avec le Premier ministre".

Une étude d'impact jugée insuffisante

Il demeure que Shell va certainement être prié de faire un effort. En attendant la remise à plat du code minier lancée par le gouvernement pour renforcer les obligations financières, administratives et environnementales des opérateurs pétroliers, les élus guyanais ont d'ores et déjà proposé "qu'une étude soit commandée (...) afin d'évaluer l'ensemble des mesures prises par Shell pour prévenir tout risque de pollution (...) et lui imposer une radicalisation desdites mesures si cela s'avérait nécessaire".

Une proposition qui intervient alors que l'ONG Robin des Bois dénonce ce mercredi que l'étude d'impact de Shell, que l'association a pu consulter, lui semble "minimale". "L'étude d'impact du cabinet Creocean (commandé par Shell ) aborde exclusivement le fonctionnement normal des forages", souligne l'ONG. Et "quoique minimale, l'étude de Shell /Creocean démontre que même si tout se passe bien, ça se passera mal pour un environnement marin fragile, productif et peu pollué", ajoute l'ONG, qui a passé au crible les données fournies par l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2012 à 11:50 :
Shell a vendu les 3 raffineries qu'elle avait en France. Une a fermée, une est en cours et l'autre est en vente avec peu d'espoir. Pour Shell la France n'était pas "stratégique". On devrait choisir une autre société qui n"a pas laissé tombé du jour au lendemain des milliers d'emplois.
a écrit le 22/06/2012 à 11:15 :
La ministre de l écologie Nicole Bricq était contre, problème réglé puisqu'elle est virée hier soir !
a écrit le 22/06/2012 à 8:23 :
La France confirme son orientation franchement écologique, le Zig, et sa sa volonté d'être une grande puissance économique, le Zag!
Tiens bon le cap matelot, et surtout n'est pas peur du ridicule, c'est un vent inoffensif!
a écrit le 21/06/2012 à 14:58 :
La Guyane est dans l'attente de développement , elle a 1 siècle de retard par rapport à d'autres départements d'Outre Mer, et oui, il n'y a pas de mer bleue là bas, ce n'est pas une vitrine pour la Métropole, alors si les Guyanais peuvent commercialiser à terme du pétrole, ce sera une bonne revanche après lui avoir fait "la réputation de pays de bagnards".
a écrit le 21/06/2012 à 10:36 :
j'ai l'impression que depuis quelques temps, en France, on vient d'inventer la marche arrière ...!!!
Réponse de le 21/06/2012 à 11:08 :
il est vrai avec sarko nous n'avions que l'automatique sans controle des rouages
Réponse de le 21/06/2012 à 12:52 :
2 ième reculade en 4 jours (après les eurobonds)
Réponse de le 21/06/2012 à 15:17 :
Notre pays a besoin surtout de nouvelles recettes financières. Tout s'explique.
a écrit le 21/06/2012 à 6:54 :
Encore une fois, on entend sur ces questions Robin des Bois mais jamais Greenpeace, toujours silencieux sur les pétroliers, surtout anglo-saxons, mais toujours présent quant il faut critiquer le nucléaire français.
a écrit le 20/06/2012 à 21:04 :
Quel amateurisme, quel amateurisme !
a écrit le 20/06/2012 à 20:56 :
Où sont nos pétroliers Français ELF et ANTAR ???, par les temps qui courent des entreprises nationalisées n'auraient pas été de trop!!!.
a écrit le 20/06/2012 à 20:44 :
Eh bien ils apprennent vite la marche arriére au gouvernement, tant mieux en fait.
a écrit le 20/06/2012 à 19:36 :
Tiens, Valérie aurait encore twitté ?
a écrit le 20/06/2012 à 19:26 :
Et q'en pense Mesdames Duflot et Taubira?
Réponse de le 21/06/2012 à 10:32 :
Que cela plaise ou non à la Tribune, Mme Taubira n'a jamais caché ses sentiments indépendantistes et voit donc une exploitation pétrolière avec des revenus conséquents pour une future république indépendante de Guyanne comme très favorable. mme Duflot sera calmée par quelques prébendes accordées à ses amis verts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :