Le leader de l'électricité au Texas fait faillite sept ans après avoir été acheté 45 milliards de dollars

 |   |  447  mots
Cette faillite est la deuxième plus importante dans le secteur énergetique après celle en février 2001 du courtier Enron. REUTERS/Mike Stone
Cette faillite est la deuxième plus importante dans le secteur énergetique après celle en février 2001 du courtier Enron. REUTERS/Mike Stone (Crédits : Reuters)
En rachetant TXU Corporation, les fonds d'investissements KKR et TPG et la banque Goldman Sachs pensaient pouvoir tirer parti de la hausse des prix du gaz naturel. Mais le marché s'est effondré, condamnant la holding à la faillite.

L'électricien texan Energy Future Holdings (EFH), plus grosse acquisition de l'histoire par LBO (effet de levier) a fait faillite mardi, sept ans seulement après son rachat pour 45 milliards de dollars par les fonds d'investissements KKR et TPG et la banque Goldman Sachs.

L'entreprise, qui dispose de centrales thermiques et de d'une centrale nucléaire dans le Texas - dont elle est le premier distributeur d'électricité -  a demandé sa mise sous protection de la loi américaine sur les faillites (chapitre 11). Cette disposition le protège des éventuelles actions judiciaires de ses créanciers et lui permet de poursuivre ses activités.

8e plus grosses faillite de l'histoire des Etats-Unis

Deuxième plus importante dans le secteur énergétique après celle en février 2001 du courtier Enron, cette faillite est aussi la huitième plus grosse de l'histoire américaine, selon le cabinet spécialisé Bankruptcydata.com. EFH présente une dette d'environ 40,9 milliards de dollars. C'est trois fois plus que lors de son rachat en octobre 2007 en plein âge d'or des acquisitions par endettement ou effet de levier.

Energy Future Holdings est en effet né de l'acquisition de TXU Corporation par les fonds TPG, KKR et le fonds de capital investissement de la banque Goldman Sachs pour 45 milliards de dollars dette comprise, soit l'équivalent de 51,3 milliards de dollars aujourd'hui avec l'inflation. Depuis, ces derniers y ont investi 8 milliards de dollars.

Pari sur une hausse du prix du gaz

À l'époque, ces fonds parient sur une hausse des prix du gaz naturel, secteur dans lequel EFH était bien ancré. Mais sous l'effet du boom des gaz de schiste dans le pays, les prix chutent de près de 75%.

Avec la vague de froid inédite de cette année aux États-Unis, ils remontent sensiblement (même s'ils restent loin de leur niveau de 2013), trop tard toutefois pour le groupe, qui a enregistré une perte nette de 2,9 milliards en 2011 après 1,7 milliard en 2011.

Effacement de créances

Pour apaiser les créanciers, le producteur énergétique a présenté mardi un plan de restructuration qui leur propose des participations dans le capital de sa filiale la plus endettée TCEH, qui vend de l'électricité aux grosses entreprises, en échange de l'effacement d'un peu plus de 25 milliards de dollars de leurs créances. EFH gardera en revanche des parts dans la filiale saine Oncor (énergie aux particuliers).

Les termes du plan doivent encore être approuvés par le juge des faillites mais certains comme le fonds de pension Wilmington Savings Fund dénoncent un "artifice" pour restructurer l'entreprise aux dépens des créanciers, selon des documents judiciaires consultés mardi par l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2014 à 9:19 :
Bref : une affaire vendue cuir et poil par des texans à des new-yorkais, et qu'ils vont leur racheter beaucoup moins cher. Mêmes les petits génies de KKR et Goldman Sachs ne font pas que des bonnes affaires, apparemment. C'est rassurant, dans un sens.
a écrit le 01/05/2014 à 10:34 :
Comme quoi, même les Maître du Monde ne font pas que des bonnes affaires. Et une prévision est, par construction, toujours fausse. Qu'on se le dise chez les savants Cosinus de la finance.
Réponse de le 01/05/2014 à 20:14 :
c'est aussi une belle farce que le marché peut se réguler de lui meme sans se prendre dans le tapis , l'énergie doit demeurer sous contrôle public car quand d'une telle faillite on se retrouve a la bougie on peut pas dire que c'est un progrès .. espérons que les texans achèteront des panneaux solaires chinois avant la coupure électrique ..
Réponse de le 05/05/2014 à 8:13 :
Alors ça c'est le commentaire du grand n'importe quoi. EFH ne produit, ni ne distribue ou ne vend d'énergie. C'est un holding lourdement endetté en raison d'une acquisition en LBO des sociétés filles avec un niveau d'effet de levier insensé. C'est la dette du holding qui amène la faillite de ce holding et non les résultats d'exploitation des sociétés filles. Maintenant si vous vous arrêtez à un article écrit je ne sais où, par un stagiaire, pour comprendre le dossier, vous n'irez pas loin. Si vous voulez critiquer la dérégulation du marché de l'électricité, il vaut mieux évoquer le black-out californien ou Enron.
Réponse de le 05/05/2014 à 9:43 :
le marché se régulera toujours mieux que l'état ne pourra le faire.
Une entreprise a été mal gérée ? elle fait faillite
une entreprise d'état est mal gérée ? c'est pas grave , le contribuable paiera et l'entreprise sera encore plus mal gérée.
libéralisons totalement l'énergie et laissons les citoyens gérer leurs besoins et leurs approvisionnements en énergie.
a écrit le 30/04/2014 à 18:56 :
Les actifs pourris pour les créanciers, les actifs sains pour les débiteurs... quelle belle entreprise!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :