Crise ukrainienne : Rosneft et ExxonMobil lancent un nouveau projet malgré les sanctions

 |   |  235  mots
Rosneft avait déjà lancé en août un autre projet avec ExxonMobil, dans la mer de Kara, également au nord de la Sibérie, à l'ouest de la mer de Laptev.
Rosneft avait déjà lancé en août un autre projet avec ExxonMobil, dans la mer de Kara, également au nord de la Sibérie, à l'ouest de la mer de Laptev. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le géant pétrolier russe a annoncé ce mardi le lancement de travaux d'exploration avec son partenaire américain en mer de Laptev, au nord de la Sibérie, en dépit des sanctions qui le visent aux Etats-Unis en raison de la crise ukrainienne.

Pas de coup d'arrêt dans les projets de Rosneft. En dépit en dépit des sanctions le visant aux États-Unis dans le cadre de la crise ukrainienne, le géant russe du pétrole a annoncé dans un communiqué mardi le lancement de travaux d'exploration avec son partenaire américain ExxonMobil au nord de la Sibérie.

Deux blocs pétroliers de 200.000 km²

Les travaux d'exploration des deux groupes ont commencé sur deux blocs pétroliers en mer de Laptev, représentant plus de 200.000 km². Ils sont censés durer jusqu'à fin octobre, a précisé Rosneft.

Ce dernier avait déjà lancé en août un autre projet avec ExxonMobil, dans la mer de Kara, également au nord de la Sibérie, à l'ouest de la mer de Laptev.

Les "partenariats avec les majors occidentales se poursuivent"

Ajouté en juillet à la liste des sociétés sanctionnées par les ɐtats-Unis en raison de la crise ukrainienne, Rosneft, dirigé par Igor Setchine, un proche du président russe Vladimir Poutine, assure depuis que "ses partenariats avec les majors occidentales se poursuivent."

Coupé des marchés américains, le groupe détenu à 69% par l'État russe a cependant demandé récemment l'aide des pouvoirs publics pour rembourser sa très lourde dette, qui dépasse 30 milliards d'euros.

Lire>> Sanctions économiques: le numéro 1 russe du pétrole demande 31 milliards d'euros d'aides à Poutine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2014 à 21:52 :
Bon bah ,si l'info est avérée , l' opinion de Donald Trusck serait intéressante à suivre .
a écrit le 02/09/2014 à 21:15 :
Et pendant ce temps, les européistes veulent nous empêcher de vendre des Mistral à la Russie et et continuer leur folie autodestructrice des "sanctions"...
a écrit le 02/09/2014 à 17:36 :
Pendant que les" crétins" subissent les conséquences économiques, ceux qui sont à l'origine de la révolte ukrainienne se gavent. Pauvre UE qui n'a rien vu venir en se mettant à genou devant les décisions de l'OTAN !
Réponse de le 02/09/2014 à 21:00 :
Et c'est pas encore fini, la menace d'une guerre thermonucléaire pèse sur nos têtes comme une épée de Damoclès. Les US seront (si ce sera le cas) les derniers à en subir les conséquences,quand l'Europe sera déjà rasée.
a écrit le 02/09/2014 à 14:43 :
Les américains vont se mettre une amande.
a écrit le 02/09/2014 à 14:15 :
Mais non, nous ne sommes pas pris pour des idiots. Mais nooon...
Réponse de le 02/09/2014 à 14:38 :
Nous les contribuables européens, d'accord, mais pas les "autres" (chefs d'état, président de la commission, agents de l'otan, etc etc). Ceux là ne perdent jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :