Barrage de Sivens : Ségolène Royal fait le choix du statu quo

 |   |  387  mots
A l'issue de la réunion au ministère mardi soir, la ministre a aussi appelé à l'évacuation du terrain, site d'une occupation illégale.
A l'issue de la réunion au ministère mardi soir, la ministre a aussi appelé à l'évacuation du terrain, site d'une "occupation illégale". (Crédits : reuters.com)
Des "solutions alternatives" au barrage controversé de Sivens devront être trouvées d'ici la fin de l'année, a annoncé mardi soir la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, sans prendre de décision effective quant à l'avenir du chantier.

"L'idée, c'est de ne pas traîner, il faut qu'on puisse être au clair d'ici avant la fin de l'année sur les solutions alternatives, soit l'aménagement du barrage tel qu'il est, soit un ouvrage alternatif de retenue de substitution plus en aval de la rivière", a indiqué la ministre à la presse.

"On a ouvert une porte, mais elle est petite et à peine entrouverte", a réagi à la sortie de la réunion mardi soir au ministère de l'Ecologie, Denez L'Hostis, président de France Nature Environnement, à laquelle appartenait le militant Rémi Fraisse tué lors d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants.

Évacuation du terrain

A l'issue de cette réunion de près de deux heures, la ministre a aussi appelé à l'évacuation du terrain, site d'une "occupation illégale". Elle a évoqué l'exaspération d'habitants, relayée  par la maire de la commune de Lisle-Sur-Tarn lors de cette réunion.

Le Conseil général, porteur du projet, a renouvelé sa position pour qu'une solution pérenne soit trouvée; les agriculteurs ont quant à eux plaidé pour le maintien de l'ouvrage mais avec possibilité de revoir les volumes d'eau alloués. Enfin, les associations environnementales ont rappelé leur opposition au projet mais se sont dit ouvertes à des solutions alternatives.

Envoi de trois experts sur place

"Les solutions alternatives, ce serait soit le recalibrage du barrage actuel soit, autre solution, des retenues de substitutions plus en aval dans la vallée, cela serait moins dommageable pour l'environnement (...) mais ce serait aussi plus long car il faudrait refaire des études", a expliqué la ministre, annonçant l'envoi sur place en fin de semaine prochaine de trois experts, un hydrologue, un agronome et un expert en biodiversité.

"Ce qui est sorti de la réunion? Pas grand chose, chacun est resté sur ses positions", a commenté Jean-Louis Cazaubon, président de la chambre régionale d'agriculture de Midi-Pyrénées.

Le parti EELV a indiqué mardi soir dans un communiqué qu'il souhaitait toujours l'arrêt du projet dont il faut à ses yeux annuler la déclaration d'utilité publique. Pour la Fondation Hulot, cette proposition d'une étude de "solutions alternatives" est une bonne nouvelle, mais devra être faite "sérieusement" et en instaurant davantage de "démocratie participative", explique-t-elle dans un communiqué mercredi matin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 17:30 :
En 2017 je voterais pour elle, elle est dans la continuité de hollande, surtout pas de décision qui fâche. Et elle fait toujours le consensus....contre elle
Réponse de le 05/11/2014 à 20:39 :
Maintenant elle cherche quelqu'un pour baisser sa culotte à sa place...
a écrit le 05/11/2014 à 17:05 :
Pour l'évacuation du chantier pas de problème il n'y a pas besoin de CRS il suffit juste de lâcher quelques taureaux. Il suffira de mesurer la vitesse de course des gogos.
a écrit le 05/11/2014 à 16:40 :
Ah, j'oubliais, combien cet arrêt de chantier va-t-il coûter aux français, car les entrepreneurs ne vont tout de même pas faire cadeau des pénalités du fait d'une situation non maîtrisée par les "(ir)responsables" publics. Repousser la décision à plusieurs mois nous coûtera d'autant plus cher que l'interruption aura duré. Français, ouvrez votre portefeuille !
Réponse de le 05/11/2014 à 20:34 :
Dans le cadre de la justice sociale, ce sont les riches qui vont payer, bien sûr : donc ça ne coûtera rien à tous les bons français...
a écrit le 05/11/2014 à 16:33 :
C'est de la royalitude pur sucre (comme dirait le diabétique). Elle a décidé de ne pas décider.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:08 :
Proposez à sa place et sur place ?
a écrit le 05/11/2014 à 16:21 :
Un choix c'est rouge OU vert,pas marron comme fait, comme a son habitude, Madame Royal.Elle aurait été chouette en Présidente de la République,Chef des Armées La force de frappe nucléaire?:"oui,mais sans uranium,c'est pas bon pour l'environnement".Elle serait parfaite par contre comme ministre de la communication:faire causette devant le micro,elle adore
Réponse de le 05/11/2014 à 17:10 :
allez sur place convaincre de votre choix vert ou rouge et nous vous regarderons
Réponse de le 05/11/2014 à 17:54 :
L'homme (ou la femme) d'état se distingue par ses choix et son courage a les appliquer:sinon c'est un marchand (ou marchande) des quatre saisons.
a écrit le 05/11/2014 à 13:54 :
comme avec ,les banlieues, les agriculteurs , l'ecotaxe, le immigres de calais ,notre dame dzes landes ce n'est plus la democratie qui fonctionne mais la force .
Réponse de le 05/11/2014 à 14:57 :
Eh oui . attention, la démocratie est en train de disparaitre ...
Réponse de le 05/11/2014 à 15:51 :
la France 1 pays qui n'ayant plus ses colonies va disparaître,car il n'y a plus personne pour travailler intelligemment!!!!.
Réponse de le 05/11/2014 à 15:57 :
@matheo : quelle démocratie ? On vous a demandez votre avis sur cette construction ? Non, alors en quoi est-ce démocratique ? (la réaction des militants ne l'est pas non plus j'en conviens)
a écrit le 05/11/2014 à 13:53 :
les écolos c' est pol pot ; regardez le comportement de Duflot- Cantat . L'eau d' hiver pour arroser l' été c' est naturel , non ?
a écrit le 05/11/2014 à 13:48 :
Barrage est un substantif inapproprié pour une "bassine d'eau " . Garder une réserve d'eau d' hiver pour l' utiliser l' été paraît intelligent sauf à ces abrutis d' écolos adeptent de la Duflot- Cantat le vrai dangers pour la démocratie .
a écrit le 05/11/2014 à 13:28 :
avec Segolene toujours pareil
des déclarations , du baratins , des fausses promesses et on rase les murs on enterre afin de contenter les écolos et si cela coute une fortune comme pour l'écotaxe peu importe les Français paieront ils ne son t plus à celà près
la molesse politique t le non courage incarnée
a écrit le 05/11/2014 à 12:34 :
sur ce terrain les politiques ont effectues un crime,comme il sont des bourges croyants,ils ont peurs de la punition
a écrit le 05/11/2014 à 11:11 :
Ca c'est la technique socialiste !. Pas etonnant venamt de sa part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :