La Belgique arrête un quatrième réacteur nucléaire... après un incendie

 |   |  356  mots
Deux autres des sept réacteurs nucléaires belges exploités par Electrabel sont à l'arrêt depuis le 25 mars à la suite de la découverte de microfissures dans leurs cuves.
Deux autres des sept réacteurs nucléaires belges exploités par Electrabel sont à l'arrêt depuis le 25 mars à la suite de la découverte de microfissures dans leurs cuves. (Crédits : reuters.com)
Un incendie s'est déclenché dimanche 30 novembre sur le site d'une centrale nucléaire en Belgique, provoquant la mise à l'arrêt d'un quatrième réacteur dans le pays, sur les sept exploités par Electrabel, la filiale de GDF Suez.

Faut-il craindre pour l'approvisionnement en électricité du pays? La question est posée depuis dimanche 30 novembre par les médias belges alors que l'explosion d'un transformateur a provoqué un incendie sur le site de la centrale nucléaire de Tihange. "Le réacteur n'est pas touché, mais l'arrêt du transformateur de sortie rend son utilisation impossible", rapporte le site de la RTBF.

Electrabel, le groupe qui exploite le site, prévoit un redémarrage du réacteur, qui a une capacité de 1.048 mégawatts, mardi 2 décembre au matin, mais ce planning est très provisoire, selon une porte-parole.

Quatrième réacteur hors d'usage

Si Elia, le gestionnaire du réseau assure que la perte de production d'électricité va être "immédiatement compensée", la Belgique compte désormais quatre réacteurs hors service avec ceux de Doel 3, Doel 4, Tihange 2 et à présent Tihange 3. Visiblement dû à une "cause technique", l'incendie de ce dernier s'ajoute en effet au sabotage du réacteur de Doel 4, mis à l'arrêt depuis le mois d'août et qui doit redémarrer avant la fin de l'année.

Deux autres des sept réacteurs nucléaires belges exploités par Electrabel sont également à l'arrêt depuis le 25 mars à la suite de la découverte de microfissures dans leurs cuves: le réacteur numéro 3 de la centrale de Doel, près d'Anvers, et le numéro 2 de la centrale de Tihange. Ces installations avaient déjà été stoppées pendant un an, de juin 2012 à juin 2013.

3.000 MW perdus

Une combinaison d'événements inquiétante alors qu'Elia avait calculé il y a quelques semaines qu'il pourrait manquer entre 49 et 116 heures d'électricité à la Belgique cet hiver.

À ce jour, le pays, où l'atome fournit 55% de l'électricité consommée, a déjà perdu 3.000 mégawatts (MW) sur une capacité totale de 5.700 mégawatts de ses deux centrales.

Des techniciens ont été dépêchés dimanche à Tihange afin de préparer les travaux de réparation. Des inspecteurs de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) sont également présents pour vérifier le respect des procédures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2014 à 18:12 :
Si EDF était aussi "réactif" qu'Electrabel,ça pourrait rassurer les "anti-nucléaires" en France
...Dans une centrale,quand un équipement "pète",ça entraîne des réactions en chaîne...
Mieux vaut prévenir que guérir...Il semblerait que l'agence de veille nucléaire belge est bien
moins tolérante qu'en France...
a écrit le 01/12/2014 à 15:27 :
fu ku shi ma à l'horizon ??
a écrit le 01/12/2014 à 13:27 :
["Le réacteur n'est pas touché, mais l'arrêt du transformateur de sortie rend son utilisation impossible", rapporte le site de la RTBF.]

Les propos sont quelque peu nébuleux. Quel est l'élément de la chaîne de production qui a pris feu, le réacteur, le transformateur de distribution? N'existe-t-il aucune protection thermique sur cet élément critique? Serait-ce du à une mauvaise régulation thermique liée à un défaut de maintenance? A force de tirer sur les économies de bouts de chandelles, l'addition risque d'être au final plus salée...
a écrit le 01/12/2014 à 13:14 :
Pas de soucis, si une centrale pête ne vous inquiétez pas la frontière arrêtera le nuage radioactif !!!!!! Faite confiance à nos politiques pour nous dire la vérité !!!!
Réponse de le 01/12/2014 à 16:08 :
@ momo
Pas de soucis , le ventilo nouveau vient de sortir ...ehhh il est gonflé à bloc .
a écrit le 01/12/2014 à 13:08 :
Nous aucun soucis on tourne avec des shunts d'organe
a écrit le 01/12/2014 à 12:33 :
C'est bien le nucléaire, hein ? Mdr
a écrit le 01/12/2014 à 12:08 :
Les veilles bouilloires commencent a fatiguer.
a écrit le 01/12/2014 à 12:02 :
LES HOMMES NON PLUS BESSOIN DE GUERRE POUR S ELEMINER ? IL ON DEJA ALLUME DES MECHESDE PARTOUS ? ET LES BONBES SONT LES CENTRALES ATOMIQUES ? DOU LA NESSESITEZ D ALLEZ PLUS VITE VERS LE CAPTAGE SOLAIRE OU AUTRE???
Réponse de le 01/12/2014 à 12:11 :
C VRE QUEN EKRIVEN MAL ET EN CAPS ON VA TOU LIR

Non mais plus sérieusement, les gens qui commentent, vous êtes comme ça IRL aussi ? haha
Réponse de le 01/12/2014 à 13:10 :
Ou autre, car le soleil la nuit, y a plus (couvre-feu, tous au lit au coucher du soleil ?).
Non, plutôt les centrales à charbon, les Allemands peuvent nous en vendre des quantités !
Réponse de le 01/12/2014 à 14:26 :
je soupçonne Vérité d'être un artiste (art brut bien sûr). Dans un autre registre, j'adore les commentaires d'Elu PS un véritable artiste lui-aussi.(??????? pour parodier VERITE).
Réponse de le 02/12/2014 à 11:51 :
LA MECHE ET LA BONBE SONT DES IMAGES???
a écrit le 01/12/2014 à 11:43 :
sont moins fou que nous les belges , et les frites une fois, c est mieux que le nucléaire
Réponse de le 01/12/2014 à 11:59 :
Nons sans oublier que le nucléaire belge est de fabrication française. Nuance. :-)
Réponse de le 01/12/2014 à 15:12 :
Aaaahhhh d'accord ! Merci de le préciser. On sait maintenant pourquoi tout foire !
a écrit le 01/12/2014 à 10:24 :
Ca, les feux de friteuse, faut se méfier...
Réponse de le 01/12/2014 à 13:12 :
surtout ne pas jeter d'eau dessus, comme a fait un collègue chez lui. Sinon, la cuisine s'embrase. Faut couvrir soit avec un couvercle si disponible soit serpillère humidifiée.
Réponse de le 01/12/2014 à 18:03 :
Vu de la taille de la serpillère pour éteindre un réacteur, il serait temps de se mettre à la fabrication rapido!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :