Alstom : 100 millions d'euros d'avoirs gelés au Brésil sur fond de corruption

 |   |  268  mots
Alstom a déjà admis que certains de ses cadres avaient versé des pots de vin à des fonctionnaires en Indonésie, en Égypte et en Arabie Saoudite, aux Bahamas et à Taïwan pour remporter des contrats.
Alstom a déjà admis que certains de ses cadres avaient versé des pots de vin à des fonctionnaires en Indonésie, en Égypte et en Arabie Saoudite, aux Bahamas et à Taïwan pour remporter des contrats. (Crédits : reuters.com)
La justice brésilienne cherche à prouver l'existence de dessous-de-table versés en 1998 pour la construction d'usines électriques à Sao Paulo pour la transmission d'énergie à la fin des années 90

Un cas de corruption "d'extrême gravité". La justice brésilienne a gelé lundi 2 février au soir l'équivalent de 90,7 millions d'euros (282 millions de réais) appartenant au groupe d'énergie et de transport français Alstom, soupçonné de corruption dans des contrats d'énergie au Brésil, a indiqué mardi 3 février le procureur du patrimoine public de Sao Paulo, José Carlos Blat.

Signer un contrat sans appel d'offres

L'enquête cherche à prouver l'existence de dessous-de-table versés en 1998 à des fonctionnaires de l'administration de Sao Paulo par la filiale brésilienne d'Alstom pour obtenir la signature d'un contrat sans avoir à passer par un appel d'offres, selon le quotidien Folha de Sao Paulo.

Le contrat en question concernant la construction d'usines électriques à Sao Paulo pour la transmission d'énergie à la fin des années 90, a rappelé le procureur.

L'un des fonctionnaires impliqués est Robson Marinho, ex-conseiller du Tribunal des comptes de Sao Paulo et l'un des fondateurs du parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB, opposition), le grand rival du Parti des travailleurs (PT, gauche) au pouvoir.

Alstom a déjà reconnu avoir versé des pots de vin dans d'autres affaires

Le service de presse d'Alstom à Sao Paulo a indiqué dans un courrier électronique à l'AFP que "l"entreprise n'avait pas encore été notifiée et réitère que ses activités respectent la législation brésilienne".

Alstom a déjà admis que certains de ses cadres avaient versé des pots de vin à des fonctionnaires en Indonésie, en Égypte et en Arabie Saoudite, aux Bahamas et à Taïwan pour remporter des contrats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2015 à 13:32 :
Toutes les grandes sociétés que réussissent au Brésil, sont dans la corruption, en plus, le gouvernement très corrompu ne sais plus où trouver l'argent, donc....
Réponse de le 05/02/2015 à 17:47 :
Brésilien vous êtes affirmatif sans savoir ! Ma societe fait des millions d'euros de C A au brésil sans avoir jamais verse un centime. La corruption existe mais il ne faut pas généraliser. L'affaire Alstom est connue celle de Petrobras compliquée mais sommes nous plus vertueux ? La presse est finalement plus libre en Amérique du sud !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :