A quand une meilleure qualité de vie dans le Grand Paris ?

 |   |  1174  mots
Réintroduire la nature en ville devient une priorité pour lutter contre les îlots de chaleur.
Réintroduire la nature en ville devient une priorité pour lutter contre les îlots de chaleur. (Crédits : iStock)
Entre les chantiers innombrables, les budgets dépassés et les retards accumulés, le quotidien des Franciliens ne semble pas près de s’améliorer.

Réduire les inégalités territoriales en rééquilibrant l'est, populaire et peuplé, et l'ouest, aisé et dense en tertiaire et en emplois, c'était l'objectif affiché du Grand Paris. Une cartographie réalisée par l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) en 2015 identifiait la qualité de l'air, le coût des logements et l'utilisation des transports en commun
comme les critères le plus différenciants au sein de la métropole et définissait quatre profils de territoires : à l'ouest et autour du bois de Vincennes, des conditions d'emploi favorables ; dans Paris intra-muros, une meilleure accessibilité au détriment de la qualité de l'air ; dans les communes de l'ouest et de l'est proches de la grande couronne, un air de qualité, des espaces verts et de bonnes conditions de logement, mais une moins bonne desserte ; enfin, au nord-est de Paris, au nord-ouest des Hauts-de-Seine et autour de la Seine au sud de Paris, des zones en difficulté en dépit des logements abordables et nombreux équipements.

Rapprocher lieux de vie et de travail

Plus ambitieux encore, le Grand Paris entend  réduire ces inégalités territoriales tout en conservant en ligne de mire une amélioration globale de la qualité de vie...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2019 à 15:53 :
Quand Paris aura été délivrée des 3/4 de sa population et aura enfin une densité d'occupant permettant de faire autre chose que de la porcherie industrielle.

Avec 22 000 hab/km² il est impossible d'avoir ces fameux ilots de fraîcheur, une circulation fluide et une qualité de vie correcte pour tout le monde, voire pour une majorité significative de la population résidente.
a écrit le 24/06/2019 à 12:48 :
C'est une demande des "zélites" car tout les autres sont chassés en périphérie!
a écrit le 24/06/2019 à 11:04 :
Les gens veulent tous la fibre mais ils ne veulent pas les travaux qui vont avec
a écrit le 24/06/2019 à 8:48 :
Les villes permettent une soumission des citoyens par les classes dirigeantes bien plus draconienne que sur nous autre provinciaux, sauf dans le sud est dans laquelle ils sont complètement perdus, qui avons gardé la nature comme repère. ON se demande comment ils font pour tolérer et céder un peu plus tous les jours.

Dire qu'à une époque les citoyens parisiens terrorisaient les classes dirigeantes françaises, si c'était encore le cas ça fait belle lurette que leur ville serait agréable à vivre mais leur instinct de soumission, sous la pression de médias de masse à laquelle il est tellement difficile d'échapper, a fini par l'emporter sur celui de la révolte.

Or si les classes dirigeantes, aliénées bien souvent, n'ont plus peur de leurs esclaves, machinalement, bêtement elles finiront par les anéantir, c'est mathématiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :