Brésil : la déforestation en Amazonie ralentit... mais pas suffisamment

 |   |  376  mots
La déforestation, qui avait augmenté de 19% l'an dernier, a reculé de 16% cette année, a assuré le ministre de l'environnement brésilien, lors d'une conférence de presse.
"La déforestation, qui avait augmenté de 19% l'an dernier, a reculé de 16% cette année", a assuré le ministre de l'environnement brésilien, lors d'une conférence de presse. (Crédits : Bruno Kelly)
Le gouvernement brésilien s'est félicité des chiffres, mardi, mais les ONG environnementales relativisent: il n'y a pas de réels motifs de célébration. La destruction du "poumon de la planète" se poursuit.

Le gouvernement brésilien a annoncé, mardi, un recul de 16% de la déforestation en Amazonie entre juillet 2016 et août 2017. Le pays a ensuite défendu sa politique environnementale face aux critiques récentes de mouvements écologistes.

"La déforestation, qui avait augmenté de 19% l'an dernier, a reculé de 16% cette année. Tous les indicateurs montrent une diminution au cours de notre gestion", a assuré le ministre de l'Environnement José Sarney Filho lors d'une conférence de presse à Brasilia.

Le gouvernement s'auto-congratule

Le gouvernement du président conservateur Michel Temer, qui est arrivé au pouvoir en mai 2016, a annoncé, en début d'année, une réduction de 43% du budget du ministère de l'Environnement.

Sous le feu des critiques, le chef de l'État a dû faire marche arrière récemment après avoir annoncé l'ouverture controversée d'une vaste surface de forêt amazonienne à l'exploration minière.

"On peut se demander pourquoi la courbe de la déforestation s'est inversée, après trois années d'augmentation, (...) alors que le gouvernement est régulièrement accusé de brader l'Amazonie", a ironisé le ministre.

"Nous pouvons dire avec assurance qu'il n'y a pas eu de recul en matière d'environnement", a-t-il conclu.

Les objectifs du gouvernement ne sont pas atteints

Les chiffres annoncés mardi sont issus d'un rapport de l'Institut national d'Études spatiales (INPE), qui utilise des satellites pour évaluer les surfaces recouvertes d'arbres dans le "poumon de la planète".

Peu après cette annonce, l'ONG Ipam (Institut d'Étude environnementale de l'Amazonie) a publié un communiqué dans lequel elle affirme que le gouvernement "a peu de motifs réels de célébration".

"Nous détruisons la forêt à un rythme plus lent, mais la destruction continue", a déploré Paulo Moutinho, chercheur de cet institut. "Avec 6.624 km2 de déforestation (de juillet 2016 à août 2017), nous avons atteint une surface équivalente à celle de l'Allemagne et du Portugal", a-t-il souligné.

D'après l'INPE, 7.893 km2 de forêt avaient été détruits en août 2016 sur un an, contre 6.207 pour la même période en 2015.

"Il s'agit de chiffres bien supérieurs à l'objectif fixé par le gouvernement en 2009, visant à passer sous les 3.500 km2 en 2020", a critiqué Paulo Moutinho.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2017 à 10:00 :
"Le gouvernement s'auto-congratule"

Un gouvernement désigné par un président non élu démocratiquement, corrompu jusqu'à los qui est en train de massacrer les droits des travailleurs.

"Brésil – un pays en pleine tourmente sociale et politique" http://www.force-ouvriere.fr/bresil-un-pays-en-pleine-tourmente-sociale-et-politique?lang=fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :