Digitaleo plante des arbres pour contrebalancer les émissions de CO2 de ses campagnes d'e-mailing

Digitaleo s’est associée à la startup brestoise EcoTree pour réduire l’empreinte environnementale du numérique. La plateforme de marketing digital basée à Rennes propose à ses 4.000 clients de planter des arbres pour capter l'équivalent carbone de leurs campagnes d’e-mailing.

2 mn

Sur la plateforme, le client dispose d'une estimation du nombre d'arbres à planter pour capter l'équivalent carbone issu de ses campagnes sur le long terme.
Sur la plateforme, le client dispose d'une estimation du nombre d'arbres à planter pour capter l'équivalent carbone issu de ses campagnes sur le long terme. (Crédits : EcoTree)

Contribuer à créer des puits de carbone en investissant dans la plantation d'arbres : c'est l'initiative écolo que propose l'entreprise rennaise Digitaleo à ses 4.000 entreprises et marques clientes, parmi lesquelles figurent Atol, Adidas, Crédit Agricole, Class'croute ou Millet Mountain.

Engagée depuis 2019 dans la réduction de son impact environnemental et de celui de ses clients, la plateforme de communication digitale et locale, fondée à Rennes en 2004, leur permet désormais de capter l'équivalent carbone de la diffusion de leurs campagnes d'e-mailing.

15 hectares de forêt plantés en 2025

Via un partenariat avec la startup brestoise EcoTree, spécialisée dans la valorisation de la forêt française, l'entreprise se fixe l'objectif de réduire globalement ses émissions de 25% et de capter les 75% restant incompressibles d'ici à 2025. Son ambition de neutralité carbone induit la plantation sous quatre ans de 14.000 arbres, soit l'équivalent de 15 hectares de forêt.

« C'est le chiffre à atteindre selon le bilan carbone de nos émissions réalisé avec la fondation Good Planet de Yann Arthus Bertrand qui établit que 52% d'entre elles proviennent des e-mails envoyés depuis notre plateforme », avance Jocelyn Denis, président de Digitaleo. « Face à l'enjeu environnemental, Digitaleo agit déjà concrètement en faveur d'une communication raisonnée, en réduisant, par exemple, le poids des e-mailings ou en optimisant les envois grâce à un ciblage plus précis. Nous avons à cœur de développer un projet qui impulse une véritable dynamique écologique. », ajoute-t-il.

Captation à la carte ou en continu

Pour capter ses émissions de CO2, le client peut décider, à la carte, du nombre d'arbres qu'il souhaite acquérir. Il peut aussi fixer un objectif de captation en fonction du volume d'e-mails à adresser et s'engager à acheter une quantité définie d'arbres, facturés au prix réel.

« Sur la plateforme, le client dispose d'une estimation du nombre d'arbres à planter pour capter l'équivalent carbone issu de ses campagnes sur le long terme. Il peut alors choisir de les acheter, suivre la taille de son parc forestier et le budget dépensé » détaille Digitaleo, qui emploie 60 salariés pour un chiffre d'affaires de plus de 8 millions d'euros.

Afin de sensibiliser ses clients, l'entreprise a mené une première opération spéciale à l'occasion du Green Friday 2020 en plantant 360 jeunes pousses dans le Morbihan. Ces arbres capteront tout au long de leur vie près de 9.000 kilos de CO2 en moyenne par an.

Cela correspond aux cinq millions d'e-mails et de SME envoyés via la plateforme par ses clients et à leur pourcentage de CO2 émis cette semaine-là.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 27/09/2021 à 17:29
Signaler
Eux, ils plantent des arbres. Eh ben dis donc! Dans mon département les Italiens rasent gratuit. Ils achète à tout-va le bois français.

à écrit le 27/09/2021 à 13:34
Signaler
Ne serait ce pas ce qu'on appelle du Greenwashing?

à écrit le 27/09/2021 à 12:37
Signaler
"capter l'équivalent carbone de la diffusion de leurs campagnes d'e-mailing" une chance que l'électricité soit plutôt sans carbone (presque) en France, ça fait moins de compensation à réaliser, en sachant qu'un arbre absorbe petit à petit le CO2, que...

à écrit le 27/09/2021 à 12:00
Signaler
Une valeur écologique sûre, une bonne idée, bravo à eux. Maintenant faut que ces entreprises achètent des terrains pour y planter les arbres. Peut-être dans des endroits pollués ou pauvres, même si plus difficile pour planter, qui iraient parfaitemen...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.