Eau de Paris : "Sept ans après la remunicipalisation, nous avons atteint l'âge de raison"

 |   |  1124  mots
Eau de Paris bénéficie d'un système de production industrielle (usines élévatoires, réservoirs et réseau incliné...), conçu par des visionnaires du 19e siècle, qui fonctionne sans consommation d'énergie électrique ou de carburant fossile. Le préserver est en quelque sorte innover, estime Benjamin Gestin.
"Eau de Paris bénéficie d'un système de production industrielle (usines élévatoires, réservoirs et réseau incliné...), conçu par des visionnaires du 19e siècle, qui fonctionne sans consommation d'énergie électrique ou de carburant fossile. Le préserver est en quelque sorte innover", estime Benjamin Gestin. (Crédits : DR)
L'établissement public qui, depuis 2010, a repris en main la distribution de l'eau aux Parisiens, a montré qu'il savait "concilier performance économique, sociale et écologique", estime Benjamin Gestin, qui le dirige depuis décembre. La régie investit aussi dans son avenir: notamment dans l'entretien du réseau et d'un patrimoine conçu au 19e siècle, ainsi que dans l'intégration des nouvelles technologies .

LA TRIBUNE - Créée en 2009 en tant qu'établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), Eau de Paris, régie autonome de la ville de Paris, gère la distribution de l'eau dans la capitale depuis 2010. Quel est le bilan de ces sept années d'activité?

BENJAMIN GESTIN - J'aime souligner que nous avons désormais atteint "l'âge de raison". Les débuts n'ont en effet pas été des plus faciles. Née d'un conflit entre la ville de Paris et ses délégataires Suez et Veolia, à qui l'on reprochait une gestion insuffisamment transparente et des marges trop élevées, Eau de Paris a en effet, dès 2010, voulu marquer la remunicipalisation du service de l'eau par une baisse du prix de 8%. Ce prix, gelé jusqu'en 2015, puis relevé de 1% en 2016 et de 0,8% en 2017, reste encore aujourd'hui nominalement inférieur à celui de 2010, malgré une légère inflation. En même temps, la consommation a pourtant continué de baisser, alors que l'opération de remunicipalisation a coûté pas moins de 30 millions d'euros. De 2010 à 2013, il a donc parfois été difficile de payer les factures.

Mais à présent, la période de constitution de la régie est terminée. En 2016, nous avons produit 44 millions d'euros de bénéfices, entièrement réinvestis dans le service public de l'eau. Plus de 80% de nos besoins sont aujourd'hui autofinancés -le reste atteignant à des réserves. Nous avons planifié 450 millions d'euros d'investissements sur la période 2015-2020: soit, en moyenne, 75 millions par an, à savoir presque la moitié des 167 millions de nos recettes directes, issues de la vente d'eau aux usagers parisiens. Les fondamentaux économiques de l'entreprises sont donc plutôt bons. En sept ans, nous avons par ailleurs su reprendre des métiers que la ville de Paris n'exerçait plus depuis trente ans, et nous avons appris à connaître notre vaste patrimoine.

Sur quoi portent ces investissements?

Le principal chapitre, à savoir 25% de l'enveloppe, est représenté par l'entretien du réseau. Nous en renouvelons chaque année de 0,6% à 0,8%. L'objectif principal est d'améliorer le taux de rendement, la part de l'eau produite qui est facturée au consommateur. De 90%, ce taux est déjà supérieur à la moyenne nationale (80%). Mais nous voudrions atteindre 92% en 2020.

Puisque nous n'avons pas d'actionnaires à qui verser des dividendes, nous pouvons aussi investir sur un autre chantier à très long terme: l'entretien de notre patrimoine. Eau de Paris bénéficie en effet encore d'un système (usines élévatoires, réservoirs et réseau incliné...) conçu par des visionnaires du 19e siècle, et qui permet de prélever des nappes phréatiques et des rivières, puis de stocker et transporter chaque jour 150.000 mètres cubes d'eau sans recours à l'électricité ou à l'énergie fossile. Préserver ce patrimoine est en quelque sorte innover.

Quelle place réservez-vous justement à l'innovation proprement dite?

C'est l'un des autres grands chapitres de notre politique d'investissement, notamment en ce qui concerne le traitement de l'eau. Nous ne pouvons nous permettre aucun incident sur l'approvisionnement de nos 3 millions d'usagers! La Société anonyme de gestion des eaux de Paris (SAGEP) [ancêtre d'Eau de Paris, Ndlr] a d'ailleurs innové dans ce domaine dès les années 1990-2000: elle a été la première régie publique à utiliser la technique  membranaire. Mais, avec l'émergence continue de nouveaux polluants et l'accumulation des pollutions durables, telles celle agricole, le défi est permanent. 70 de nos agents travaillent en permanence sur la recherche sanitaire, et nous modernisons nos équipements tous les huit ans. L'année dernière, nous avons par exemple investi 30 millions d'euros dans notre usine d'Orly pour mettre en place un nouveau procédé de traitement permettant de mieux absorber les micro-polluants.

L'innovation porte aussi sur la numérisation de nos services. Paris a été la première ville à installer des compteurs de télé-relève: 94.000, qui devront être rénovés avant 2020. Ce sera l'occasion de moderniser également la technologie de comptage, désormais en temps réel, qui sera intégrée à celle de télé-relève. Les nouveaux compteurs installés dans le réseau sont en outre de plus en plus multi-paramètres et connectés. Le prochain défi est donc de moderniser l'organisation, l'archivage puis l'exploitation de ces données, notamment afin de mieux anticiper les risques, mais aussi d'accroître notre performance. Nous comptons toutefois nous engager dans ce processus progressivement, afin de maîtriser chaque étape de la chaîne: en achetant éventuellement des solutions, mais sans nous appuyer intégralement sur des délégataires. Et nous ne comptons pas remplacer massivement les hommes par les machines.

Benjamin Gestin eau de paris

(Benjamin Gestin, directeur général d'Eau de Paris. Photo : Sacha Lenormand)

Vous insistez sur votre "gestion durable" de l'eau. En quoi consiste-t-elle?

Nous dépendons de cette ressource et agissons afin de la préserver. Cela implique tout d'abord de protéger les 240.000 hectares d'aires sensibles qui entourent nos sources. Nous en promouvons un usage agricole bio. Mais, tout en étant propriétaires de la grande partie de ces terrains, nous ne disposons souvent pas de moyens de contrainte, en raison de l'ancienneté des baux ruraux. Nous misons donc surtout sur les partenariats avec les acteurs locaux (collectivités locales, associations, etc.) afin d'impulser la transition. Nous recourons à cette même démarche partenariale afin de préserver la biodiversité autour de nos installations, notamment des aqueducs.

Nous nous inquiétons toutefois aussi de notre propre empreinte écologique. L'eau consacrée au nettoyage de la voirie et à l'arrosage, pompée en Seine ou dans le canal de l'Ourcq, est non potable, donc plus simple à traiter. En 2016, nous sommes parvenus à réduire notre consommation énergétique de 12% et nos émissions de gaz à effet de serre de 15% par rapport à 2004. La même année, nous avons consommé 95% d'énergie renouvelable, et nous en avons même produit grâce à la valorisation des boues issues du traitement de l'eau et à l'installation de panneaux photovoltaïques sur les toits de nos usines. Nous venons par ailleurs de mettre en service une centrale géothermique dans le quartier Clichy-Batignolles, qui utilise la chaleur de l'eau de la nappe de réserve de crise de l'Albien. Ele permettra de satisfaire 75% des besoins énergétiques de cette nouvelle zone d'aménagement concerté (ZAC).

Vous êtes néanmoins suspendu aux aléas du changement de la majorité municipale...

Rien ne peut en effet être exclu, puisque nos statuts peuvent être modifiés par le Conseil de Paris. Mais, ce qui nous protège, c'est que nous sommes parvenus à nous ériger en exemple positif de gestion publique moderne, en conciliant performance économique, sociale et écologique.

Propos recueillis par Giulietta Gamberini

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2017 à 14:58 :
Plus facile d'être compétitif, ou moins cher, à Paris (un nombre très important d'habitants au m2), qu'à Charleville-Mézières.. Autrement dit, une hirondelle...
a écrit le 12/07/2017 à 12:04 :
Le prix de l'eau n'a pas baissé, passant de façon totalement linéaire de 1€ à 3.48€ le m3 entre 1989 et 2017.
a écrit le 12/07/2017 à 11:48 :
Article courageux en néolibéralisme, montrer que le service public est bien plus efficace à servir le citoyen que le privé qui ne pense qu'à s'en mettre plein les poches c'est juste, c'est exacte vous ne risquez rien mais c'est courageux dans un pays qui appartient aux milliardaires.

Je bois régulièrement l'eau de trois communes depuis très longtemps, les deux privatisées sont plus chères et moins bonnes et celle qui est restée municipale est moins chère et bien meilleure, bref elle n'a pas bougé en trente ans tandis que les deux autres se sont hautement dégradées, pourquoi ?

Exemple éloquent quand les élus ne sont pas trop compromis, que de tout privatiser est une erreur dramatique qui ne peut que faire détester un peu plus le système aux citoyens dépouillés par les privés avec l'aval de nos politiciens la plupart du temps.
Réponse de le 12/07/2017 à 18:50 :
Dire que le privé est meilleur que le public ... Dans certains cas ce n'est absolument pas vrai !

Les communes de France ont " vendu " leurs réseaux d'eau à des groupes financiers en vue de " bien entendu " faire de notable économie .Citons l'exemple d'un petit village du pays Basque qui dans les année 2000 payait l'eau la plus cher de France a tel point que les agriculteurs ont refusé de payer cette eau avec tout ce que cela implique ...

Ma ville a garder son réseau d'eau néanmoins il y a une dizaine d'année tous les habitants ont du ce prononcer sur pour ou contre la privatisation de l'eau de notre ville .Cela semblait évident aux résultats des coûts des communes avoisinantes ayant privatisé leur réseau d'eau ...

Le résultat est que 20% de la commune était pour une privatisation !
Étonnant non !
Réponse de le 13/07/2017 à 9:53 :
Les gens sont largement contre la privatisation des services publics aussi importants que l'eau, l'énergie et le transport mais nos politiciens, les gens qui sont censés représentés ce que l'on pense eux sont abondamment pour la privatisation de l'eau cela leur permet gagner deg ros chèques ou bien de faire employer de la famille à eux ou des amis ou bien de bénéficier de travaux à l'oeil et-c... les voix de la compromission ne manque pas.

"Nous ne sommes pas comme les politiques soumis à la pression de la rue" Ernest Antoine Seillière
a écrit le 12/07/2017 à 9:59 :
Cette entreprise dont les fondamentaux économiques sont sains et dont la base de clients est captive est une vraie proie pour des investisseurs consciencieux. Elle n'est protégée que par son statut qui dépend du pouvoir politique. Un maire de Paris peu consciencieux qui aurait besoin d'argent pour financer sa politique de dépenses pourrait bien sûr la vendre ou la concéder.
L'eau de Paris est-elle plus stratégique que l'eau de Lyon?
a écrit le 12/07/2017 à 8:39 :
Peu importe le secteur ou le bord politique, tout est dit dans cette dernière phrase :
"Mais ce qui nous protège, c'est que nous sommes parvenus à nous ériger en exemple positif de gestion publique moderne, en conciliant performance économique, sociale et écologique"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :