EDF annonce des dépréciations d'actifs de 2,3 milliards d'euros

 |   |  316  mots
EDF confirme son ambition de cash flow positif en 2018 après dividendes.
EDF "confirme son ambition de cash flow positif en 2018 après dividendes". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Les dépréciations concernent le Royaume-Uni, l'Italie, la Pologne et les Etats-Unis principalement, mais EDF assure que cela n'affectera pas son résultat net. En bourse, le titre du groupe gagnait plus de 9% en Bourse, jeudi matin.

Publié le 10/12/2015 à 07:29. Mis à jour le 10/12/2015 à 09:48.

EDF a annoncé mercredi des dépréciations d'actifs supplémentaires d'environ 2,3 milliards d'euros pour le 2e semestre, tout en révisant à la hausse un objectif financier, deux jours après l'annonce de sa sortie du CAC 40.

Les "pertes de valeur concernent principalement le Royaume-Uni, l'Italie, la Pologne et la participation d'EDF dans CENG aux Etats-Unis", explique EDF dans un communiqué publié à l'issue d'un conseil d'administration.

"Ces dépréciations sont sans impact ni sur la trésorerie du groupe ni sur le résultat net courant utilisé pour la détermination du dividende", est-il précisé.

EDF table sur une hausse de la croissance de son EBITDA

Cette décision est prise dans le cadre de la revue stratégique des actifs de production d'énergie à partir de combustibles fossiles en Europe continentale, annoncée en juillet 2015. Par ailleurs, EDF "table désormais sur une croissance organique de son EBITDA  (Bénéfices Avant Intérêts, Impôts et Amortissements) d'au moins 3% en 2015 contre 0 à 3% précédemment".

Le groupe "confirme son ambition de cash flow positif en 2018 après dividendes" et table sur "des investissements nets d'un montant maximum de 10,5 milliards d'euros en 2018 hors nouveaux développements".

Enfin EDF estime que ses coûts opérationnels devraient atteindre en 2018 "un montant inférieur de 700 millions d'euros par rapport à la base de coûts 2015".

La sortie d'EDF du CAC 40, l'indice phare de la bourse de Paris, a été annoncée lundi, sur fond d'incertitudes autour du géant français de l'énergie: sur la maintenance lourde de ses réacteurs nucléaires français, la faisabilité du nouveau réacteur EPR en chantier à Flamanville (Manche), ou bien sur sa capacité à intégrer l'activité réacteurs d'Areva, en cours d'acquisition.

Pourtant les investisseurs ont bien accueilli les dernières annonces du groupe. Le titre EDF grimpait de 9.24% à 9h47.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2015 à 23:21 :
C est le l argent de mas facture en action merci Edf
a écrit le 10/12/2015 à 16:36 :
Je vous rappelle que depuis des années, vous n'êtes plus obligé de rester client EDF;
Le monopole est tombé, en 2007 je crois.
Nombre de sociétés concurrentes ne demandent qu'à vous vendre de l'électricité et du gaz pour environ 10 % moins cher.
Encore faut-il se bouger et sauter le pas. Je vous y encourage. Cordialement.
a écrit le 10/12/2015 à 12:47 :
Maintenant qu'ils sont sortis du CAC40, on va pouvoir assister à un flopée d'annonces négatives, s'ajoutant aux pertes de ces derniers mois. Et dire que c'est massivement nos impôts qui épongent ou notre dette qui augmente. Mais le modèle étant gelé depuis des décennies par les X-ponts-mines, syndicats obsolètes et gouvernements incompétents, on n'a pas encore touché le fond.
a écrit le 10/12/2015 à 11:19 :
Et qui était le directeur responsable de ces échecs:monsieur P.Grand fournisseur de la pompe a phynances de notre classe politique
a écrit le 10/12/2015 à 10:00 :
Bah, aucune importance, c'est le consommateur Français qui va voir sa facture grimper. Tellement facile d'éponger ses erreurs de cette façon. Toujours les mêmes qui payent ! Avec comme résultat un vote aux régionales qui fait grincer des dents aux énarques en place depuis des décennies, c'est la seule arme qui reste mais qui risque de s'amplifier au fil des ans.
a écrit le 10/12/2015 à 8:57 :
Encore une entreprise bien mal gérée et dont les pdg successifs énarques pour la plupart partis avec le magot , et les conseils d'administration influencés par Bercy une usine d'énarques qui sont très nuls en gestion, et ces gens qui conduisent ce qu'on leur confie à tous les excès et tous les déficits. Voir l'action EDF. Pas grave, les abonnés d'EDF, les assujettis à l'impôt vont régler la note avec ensuite une couche de COP21!
a écrit le 10/12/2015 à 8:37 :
Dépréciation de valeur à l'étranger, cela veut dire que les dirigeants n'ont pas fait leur boulot correctement et payé trop cher les acquisitions à l'étranger.
Qui va payer cela??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :