EDF vise un remplacement complet du parc nucléaire dans 40 ans

 |   |  465  mots
EDF travaille actuellement avec le français Areva, dont il prévoit le rachat de l'activité réacteurs (Areva NP), sur un nouveau modèle d'EPR de même capacité (1.650 mégawatts), mais censé être plus compétitif.
EDF travaille actuellement avec le français Areva, dont il prévoit le rachat de l'activité réacteurs (Areva NP), sur un nouveau modèle d'EPR de même capacité (1.650 mégawatts), mais censé être plus compétitif. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Des EPR nouveaux modèles seront installés en France à partir de 2030, a annoncé le premier électricien de France. EDF a prévenu qu'il pourrait s'associer à des partenaires pour leur financement.

Le parc actuel de réacteurs nucléaires sera à terme entièrement remplacé. EDF projette un déploiement de "plusieurs dizaines" de réacteurs EPR NM (nouveau modèle), avec le soutien éventuel de partenaires extérieurs, a déclaré vendredi 23 octobre son PDG.

"A partir de 2028, 2030, ce n'est pas une science exacte, nous allons commencer à installer en France des EPR nouveau modèle. (...) Et puis en 2050, 2055, on n'aura plus de (réacteurs de) la génération actuelle. On aura les EPR NM : on en aura 30, 35 ou 40. On aura plusieurs dizaines qui seront le produit de remplacement du parc actuel", a précisé Jean-Bernard Lévy lors d'une rencontre avec des journalistes.

Améliorer la sûreté

EDF travaille actuellement avec le français Areva, dont il prévoit le rachat de l'activité réacteurs (Areva NP), sur un nouveau modèle d'EPR de même capacité (1.650 mégawatts), mais censé être plus compétitif, plus rapide et moins coûteux que son grand frère, dont la construction accumule les déboires à Flamanville et en Finlande.

     | Lire Le démarrage de l'EPR Flamanville à nouveau repoussé, la facture grimpe encore

"Notre objectif est que pour cet EPR nouveau modèle, les grandes options de sûreté, les grands choix d'architecture, soient faits dans les années qui viennent pour que nous puissions à peu près à l'horizon 2020 (...) avoir un design détaillé, figé, accepté par l'autorité de sûreté française et pour que nous puissions, si tel est notre souhait, commander un premier EPR NM", a expliqué M. Lévy.

Avant de commencer à renouveler son parc nucléaire, EDF prévoit d'investir environ 50 milliards d'euros pour prolonger jusqu'à 60 ans la durée de vie de la plupart de ses 58 réacteurs actuels, répartis dans 19 centrales. La loi sur la transition énergétique stipule que la capacité du parc nucléaire français est désormais plafonnée à 63,2 gigawatts.

Financement extérieur

Pour assurer le financement d'un tel déploiement, le géant de l'électricité pourrait s'associer à des partenaires.

"Est-ce qu'EDF a les moyens aujourd'hui de reconstruire pour 60 gigawatts de nucléaire sur son bilan actuel? Je pense que non. Je pense que la question se posera le moment venu de faire entrer des partenaires", a dit le PDG.

     | Lire aussi EDF demande des hausses "acceptables" des prix de l'électricité

Jean-Bernard Lévy a également réaffirmé que l'opérateur français d'énergie souhaitait doubler d'ici 2030 ses capacités en matière d'énergies renouvelables, pour les porter de 28 gigawatts (GW) à 50 GW. Ces capacités pourraient se trouver en dehors de l'Europe, EDF ayant lors de la conférence exprimé son intention de doubler la part de ses actifs non européens, de 5% du total actuellement à quelque 10%.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2015 à 11:53 :
Quelles sont les perspectives du nucléaire avec le scenario possible à court terme (5 à dix ans), qui ne reléve en rien d'un optimisme naif et béat, d'une énergie solaire plus efficace et optimisée à 0.03€ du Kwh, d'un stockage par batteries électriques plus stockage d'hydrogéne plus piles à combustibles beaucoup plus performants et moins chers et d'ores et déjà envisageables sans que pour autant on puisse confondre rêves et réalités actuelles ou du futur proche?

Il est temps de mieux prendre en compte la dynamique des évolutions technologiques en cours à travers le monde, et de mieux savoir discerner, la réalité concrete, des estimations futuristes aléatoires , et de ne pas faire confiance à des sytemes de veille technologique administrative qui ne sont presque jamais à la page et souvent dépassées de dix ans. C'est sans doute le fruit d'un trop grand cloisonnement entre disciplines économiques, techniques, scientifiques qu'il convient d'associer de plus en plus étroitement et simultanément..

Bien sûr qu'on aura besoin aussi du nucléaire, et d'un certain bouquet énergétique constitué de beaucoup de volets différentes, à commencer par une certaine autonomie de production d'électricité domestique (m^me s le réseau sera toujours indispenssable), et en particulier avec le dévelppement des modes de transport et de communication qui n'utiliseront plus les sources d'énergie traditionnelles. Mais, vraiment pas aux niveaux comme prédits et concoctés avec des bases de données qui n'ont pas encore été suffisamment réactualisées. Sachant aussi que les évolutions technologiques vont souvent plus vite que la rapidité avec laquelle on les recence bien apres avoir été produites et on ne les fait remonter dans les hierarchies des sphéres de la planification.

Par ailleurs est-on pour autant toujours obligeé de verser dans un certain manichéisme dogmatique et idélologique du tout l'un ou tout l'autre extrême, démarche qui ne reléve pas ni de l' honêteté intellectuelle, ni de la logique cartésienne , ni du bon sens pragmatique de terrain.
a écrit le 25/10/2015 à 17:33 :
Alors quand on disait que le nucléaire en France n'avait aucun avenir, quelle connerie ! Bien sur il faut assurer la maintenance des "plus vieille centrale de France comme Fessenheim, mais personne même le président de la République ne peut dire que Fessenheim doit fermer en 2016 ! Le nucléaire malgré les accidents majeurs de Tchernobyl en 1986 et de Fukushima en 2011 est bien en accroissement dans le monde , vu les projets d'EPR en France en Chine ou au Royaume-Uni. Oui on doit assurer en permanence le contrôle de fonctionnement des centrales en France mais oui le nucléaire à un avenir en France, en Europe et dans le Monde ! Bien sur la centrale en construction à Flamanville (Flamanville III) coûte extrèmement cher mais elle est plus sur que les autres et produit certainement plus d'électricité avec moins de dechets nucléaires produits donc plus "protectrice de l'environnement" et du futur ! Rien cependant comme Greenpeace ne peuvent dire que " c'est un projet dejà foutu en l'air "! L'EPR sera un bonne chose pour la France et utile dans le futur parc nucléaire français! Si EDF prévoit le remplacement des centrales françaises d'ici à 2030 ou 2040 , on peut dire que l'on a encore 25 ans pour améliorer et sécuriser les centrales de 3eme générations comme l'EPR ! EDF peut voir venir pour son parc nucléaire en France ! Les antinucléaires vont encore rugir mais la France aura encore besoin de nucléaire au 21 eme siècle et plus encore peut-être d'ici à 2100. Les risques sont de l'ordre "sureté de fonctionnement" et " reduction des produits de fission comme le combustible des centrales les plus vieillissantes! Non la peur du nucléaire dangereux ne peut plus durer et nous avons besoin d'un nucléaire sur pour le 21 eme siècle et de recherche dans le domaine comme au CEA, chez Areva ou encore pour EDF !!! Oui le nucléaire à un avenir ici et ailleurs !
a écrit le 25/10/2015 à 12:52 :
Espérons qu'en 2050 on sera capable de construire des surgénérateurs.
a écrit le 24/10/2015 à 22:34 :
Edf "veut".... Et l'Etat, soit le peuple, a til son mot à dire ?
Le nucléaire français est fasse à un dilemme. Survivre ou mourir.
Edf est le lobbie le plus puissant (et le plus riche) de France.
Leader sans concurrent, les grand actionnaires souhaiteraient le rester.
Et ce milieu d'électricien, à revenu très confortable, n'a pas envie de changer de train de vie , ni de métier.
La question est , les énergies alternatives seront telles suffisante dans 20ans.
Pour les pays du sud, le solaire sera surement la réponse.
Pour ceux du nord, c'est plus complexe.. Espérons que quelques centrales suffisent.
a écrit le 24/10/2015 à 16:56 :
L'Allemagne vient de connaître 5 jours sans vent et sans soleil.

Aujourd'hui, en Allemagne, le photovoltaïque et l'éolien représentent ensemble une puissance installée d'environ 80 GW.

Entre le 16 et le 20 octobre 2015, en Allemagne, le photovoltaïque et l'éolien ont fourni seulement entre 1 et 7 GW.

Heureusement que l'Allemage a des centrales au gaz et des centrales au charbon...
Réponse de le 25/10/2015 à 13:10 :
Heureusement que vous êtes là sur internet pour expliquer aux gestionnaires du réseau allemand et responsables de la politique énergétique de ces 10 dernières années que leur plan pour passer aux renouvelables (Energiewende) ne marchera pas...
Ce n'est pas comme si tous les acteurs (industriels, réseau, producteurs, régies, consommateurs) avaient décidé de se passer du nucléaire et de le remplacer par les énergies renouvelables...
Pendant que les français discutent ou râlent, les allemands agissent et vendent leurs technologies dans le monde entier, après les avoir testé et améliorés dans leur pays...
Combien d'EPR vendus au fait à l’étranger ? (et combien seront payés par le contribuable via la Coface comme en Finlande ou au UK ?)
Réponse de le 25/10/2015 à 16:20 :
et pour seule réponse à Luc qui fait partie de ces "sceptiques" qui refusent de voir le monde changer , j'habite dans le nord de la France et aujourd'hui 2 lessives ( 30 et 60°) avec eau chaude et électricité solaire et séchage au soleil .Le reste de notre consommation est assurée par ENERCOOP à hauteur de 1000 kW par an et ce pour 4 personnes avec tout le confort requis...
Et vous c'est quoi le bilan ... de votre insouciance ?
a écrit le 24/10/2015 à 16:49 :
Remplacer les centrales actuelles par des EPRs ? Le PDG d’EDF doit avoir une boule de cristal .. En 2050 le nucléaire fera encore partie du mix énergétique mais de façon très minoritaire . Les rendements des panneaux solaires auront progressé au point de rendre leur utilisation très courante chez les particuliers et dans les entreprises .Ils seront couples à des batteries de forte puissance capables d’alimenter une maison entière pendant plusieurs jours . EDF ferait bien mieux d’augmenter la durée de vie du parc nucléaire existant à 60 ans puis de fermer progressivement ses centrales en fin de vie . D’autre part EDF devrait investir très massivement dans les renouvelables pour ne pas être complètement dépassé en 2050 ..
a écrit le 24/10/2015 à 14:03 :
EDF fera comme tout le monde ! Le nucléaire c'est fini . Le temps qu'un EPR tourne, les énergies renouvelables seront loin devant .. D'ailleurs il suffit de voir le dynamisme de EDF énergies renouvelables pour comprendre :) La construction d'une centrale photovoltaïque ou la mise en place d'éoliennes voire d'hydroliennes est beaucoup plus simple .
a écrit le 24/10/2015 à 10:57 :
Il devrait d'abord se taire et bosser pour que l epr démarre enfin

Les énarques deviennent fou entre l Adèm qui voit 65 % d éolien et edf qui voit sa centrale incapable de fonctionner installe sur tout le territoire ça fait un peu bazar
Pas étonnant que le chomage continue de monter
a écrit le 24/10/2015 à 8:50 :
Quelle erreur strategique majeure, a un moment ou le monde entier bascule vers les EnR moins cheres et sans dechets. EDF reste aveuglé par le dogme dominant de l'ecole des Mines.
Merci de m'avoir donné la motivation que je cherchais pour passer à Enercoop.
Errare humanum est, perseverare diabolicum.
a écrit le 24/10/2015 à 2:28 :
Mes parents, anciens chefs de chantier et de projet dans le nucléaire, me disent qu'il ne reste que 3 sites en France disponibles pour construire de nouvelles centrales.

Tous ceux qui prétendent pouvoir prolonger le nucléaire civil en France en construisant de nouvelles centrales sont des menteurs.
a écrit le 23/10/2015 à 23:34 :
drole d'article après celui sur l ADEME, Il y a peu... pour moi c'est de l effet d annonce et si un certain nombre de ces réacteurs seront construits, il m'apparait fort peu probable que le nombre aujourd hui annoncé ici soit crédible. Il se dépeche au contraire de faire ces annonces car EDF sait très bien que de nouvelles sources d'energie vont emerger qui seront bien plus rentables à tout point de vue. Pire pour eux, je juge probable qu'à cette horizon nous serons nombreux à avoir la capacité de produire nous même notre énergie et qu'à tout le moins nous pourrons largement réduire notre dependance à ce genre de mastodonte. Enfin au vue du passé et du rythme des catastrophes majeures dans la filière, il est malheureusement possible d'en connaître 1 ou 2 de plus avant 2050, signant le game over de cette technologie du XXeme siècle.
a écrit le 23/10/2015 à 21:46 :
Vive la croissance,

Le chômage croit. L'age de départ à la retraite n'arrête pas de grimper... EDF fait de même avec ces centrales 30, 40 ans et maintenant 60 ans. Sans doute pour assurer le financement des retraites et des complémentaires des agents EDF ! Qui des travailleurs ou des centrales va se tuer le premier au boulot. Si les centrales gagnent la course, tout le monde perd et cela règle le déficit des systèmes de retraites. Je souhaite aux hauts dirigeants d'avoir manger leurs retraites chapeaux avant cela. Des millions d'euros coincé dans des ordinateurs en panne d’électricité, se serait ballot, vraiment ballot.
a écrit le 23/10/2015 à 21:37 :
j'aime beaucoup le concept de sécurité par EDF / Areva. Ils ne sont mêmes pas capables de finir la construction d'un EPR et ils annoncent fièrement qu'ils seront plus surs que la génération précédente ? Siemens s'est retiré de l'EPR alors qu'ils en assuraient 50% de la conception. Pourquoi ? Car ils savent que le bidule est une usine à gaz qui ne marchera jamais. Bonne chance aux riverains et actionnaires d'EDF (cad les contribuables qui n'ont pas fini de payer pour réparer les erreurs des énarques et ingénieurs des mines qui sont les derniers à croire que le nucléaire c'est l'avenir)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :