EDF et Jinko construiront la centrale solaire la plus puissante au monde

 |  | 372 mots
Lecture 2 min.
EDF Renouvelables et Jinko Power détiendront chacun 20% des parts du projet. Les 60% restants seront détenus par les acteurs publics locaux TAQA et Masdar.
EDF Renouvelables et Jinko Power détiendront chacun 20% des parts du projet. Les 60% restants seront détenus par les acteurs publics locaux TAQA et Masdar. (Crédits : Charles Platiau)
La centrale, qui sera implantée à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, "alimentera en électricité l'équivalent de 160.000 foyers locaux chaque année", soulignent les deux groupes dans un communiqué commun. La mise en service est prévue en 2022.

Le consortium formé par le français EDF et le chinois Jinko Power Technologie a remporté l'appel d'offres pour construire la centrale solaire "la plus puissante au monde" à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, ont annoncé les partenaires ce lundi.

Lire aussi : En 2020, EDF veut accélérer sur le solaire

La future centrale, d'une capacité installée de 2 gigawatts (GW), "sera la plus puissante au monde et alimentera en électricité l'équivalent de 160.000 foyers locaux chaque année", soulignent les deux groupes dans un communiqué commun.

Le contrat a été attribué par la société Emirates Water and Electricity Company (EWEC), pour une mise en service prévue en 2022 dans la région d'Al Dhafra, à 35 kilomètres au sud de la ville d'Abu Dhabi.

EDF Renouvelables et Jinko Power détiendront chacun 20% des parts du projet. Les 60% restants seront détenus par les acteurs publics locaux TAQA et Masdar.

"Il s'agit également de la première centrale d'une telle envergure à utiliser des modules bi-faciaux", qui permettent de capter le rayonnement solaire des deux côtés des modules photovoltaïques, soulignent les deux lauréats.

Lire aussi : Systovi et Voltec Solar veulent créer un géant du solaire français

Projet inédit

Le consortium explique avoir présenté l'offre la plus compétitive, "avec un coût moyen de production de l'électricité de 1,35 cent USD par kilowattheure".

L'énergie solaire a bénéficié ces dernières années d'une forte chute des coûts, tandis que des projets de plus en plus gigantesques se sont développés.

Le parc de Bhadla en Inde représente ainsi une capacité installée totale de plus de 2,2 GW, ce qui en ferait le plus puissant au monde. Mais il s'agit d'un complexe avec des lots successifs remportés par plusieurs acteurs.

"Al Dhafra est le plus puissant projet solaire qui sera raccordé en un point", souligne-t-on chez EDF Renouvelables.

Riches en pétrole et en gaz, les Emirats arabes unis veulent diversifier leur bouquet énergétique en développant notamment les renouvelables mais aussi le nucléaire. Le pays explique vouloir produire 50% de son énergie à partir de sources "propres" d'ici 2050.

Lire aussi : Le Qatar investit dans l'énergie solaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2020 à 15:22 :
l'électricité produite par les panneaux solaires pourrait servir à dessaler l'eau de mer,il faudrait une grande surface de panneaux mais ils ont de la place là-bas
a écrit le 28/07/2020 à 17:39 :
Fournisseurs actuels de pétrole et de gaz, mais conscients de leur énorme potentiel solaire, ils ont la capacité d'anticiper pour un futur à 10-15 ans ds la bascule d'une économie mondiale basée sur les énergies fossiles vers les énergies decarbonnees où la place de l'H2 vert sera devenue prépondérante et produit en masse par électrolyse de l'eau de mer puisée à proximité, à l'aide de ces ctrales solaires géantes pour un coût énergétique dérisoire ( 11.5€ actuel du MWh solaire au cours actuel du $, à comparer au nucléaire estimé au mieux à 42 € du MWh donné par le tarif Arenh).
Finalement, ils voient loin ces Émiratis, aidés par le Français et le Chinois qui pressentent qu'il y a du grain à moudre..Mais bon, ils ne seront certainement pas les seuls, car le Maroc par ex n'est pas manchot en la matière et il est question que l'Australie s'y mette aussi avec l'immensité de son bush et les besoins pressants du Japon et de la Corée en H2 decarbone.
Réponse de le 29/07/2020 à 18:52 :
Toujours pareil, Comparer 11.5€ et 42€ , ça n'a pas de sens. Le nucléaire fournit de l'électricité la nuit, la production est pilotable ... ... Bref, vouloir présenter le solaire CONTRE le nucléaire n'a pas de sens, surtout en employant le mot "dérisoire". D'autre part, les énergies renouvelables ne sont pas "décarbonnées" : le PV, c'est 10x plus d'émissions de CO2 que le nucléaire sur le cycle de vie.
a écrit le 27/07/2020 à 19:23 :
.... pas un seul article n'explique la technologie solaire utilisée...
le niveau journalistique est NUL. la simple reprise d'une dépêche ... ça sent les vacances
alors : solaires thermodynamiques ou solaires photovoltaiques?

je suppose que c'est du photovoltaique vu le site internet de Jinko mais les echos montrent du thermodynamique ...lol
ce n'est pas la même chose.

les marocains ont retenu le thermodynamique qui via les sels fondus est "pilotable" alors que le photovoltaique ne l'est pas .

c'est pas gagné...
Réponse de le 28/07/2020 à 8:31 :
Je cite :
""Il s'agit également de la première centrale d'une telle envergure à utiliser des modules bi-faciaux", qui permettent de capter le rayonnement solaire des deux côtés des modules photovoltaïques, soulignent les deux lauréats."

Bonne journée
Réponse de le 28/07/2020 à 13:06 :
Effectivement, à La Tribune ça sent les vacances solaires...
a écrit le 27/07/2020 à 12:39 :
"Riches en pétrole ET en gaz" ET ils ont bien compris qu'un jour il n'y en aurait plus du " pétrole et de gaz".
Le désert est grand, ils peuvent en mettre des km2 de panneaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :