Électricité : l'alerte Ecowatt, l’arme française pour éviter les coupures cet hiver

Selon RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, la France pourrait connaître cet hiver entre 0 et 10 moments très tendus sur son réseau, impliquant de possibles coupures d'électricités organisées. Ces mesures d'urgence et contraignantes pourraient toutefois être évitées, si les Français utilisent massivement le système d'alerte EcoWatt. Cette météo de l'électricité permet de savoir quand il est nécessaire de baisser sa consommation. Le « scénario du pire », qui pourrait conduire à une trentaine de moments critiques, est considéré comme « le plus improbable ». Explications.
(Crédits : Reuters)

Ce mercredi matin, RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France, tenait sa conférence annuelle sur les prévisions du système électrique pour l'hiver. Dans le grand auditorium y régnait une atmosphère bien particulière, presque solennelle. Les médias généralistes en radio et télévisions étaient présents, alors que d'ordinaire ce point d'information très technique attire principalement les journalistes spécialisés. Autre particularité : ce rendez-vous, usuellement programmé à la mi-novembre, s'est tenu avec deux mois d'avance. Autant d'éléments qui traduisent la situation critique que connaît notre système électrique.

La France traverse, en effet, deux crises énergétiques simultanées : une crise gazière qui touche toute l'Europe, et une crise nucléaire, propre à l'Hexagone en raison d'un parc affecté par de lourds travaux de maintenance auxquels s'est ajouté un phénomène de corrosion. Résultat, « cet hiver, les mois de novembre et de décembre seront aussi risqués que janvier et cela est inédit », a exposé d'emblée Xavier Piechaczyk, le président du directoire de RTE. Habituellement, la période de risque pour le système électrique est concentrée en janvier, mois pendant lequel les Français ont massivement recours au chauffage électrique. Cette année, la période de risque va débuter dès « octobre-novembre », prévient le dirigeant.

Aucun risque de black-out

Dans ce contexte très tendu, RTE a présenté les risques de déséquilibre sur le réseau électrique (liés à une insuffisance de la production électrique et des importations par rapport à la consommation) qui conduiraient à des possibles délestage, c'est-à-dire des coupures d'électricité organisées et tournantes de deux heures auprès des consommateurs, y compris les particuliers. Des coupures bien différentes du black-out qui désigne, lui, une perte du contrôle total du système électrique avec des coupures non contrôlées.

Or, « en aucun cas, la France ne court un risque de « black-out », insiste RTE. « Dans la très grande majorité des situations, nous n'envisageons que quelques signaux Ecowatt rouges sur les six mois de l'hiver », rassure Xavier Piechaczyk.

Une alerte rouge, d'Ecowatt signifie que le système électrique est très tendu (autrement dit, que la production et les importations ne suffiront pas à couvrir l'ensemble de la consommation) et qu'une coupure d'électricité, sous forme de délestage, est inévitable... Sauf, si la consommation baisse de manière volontaire et substantielle, grâce aux écogestes non rémunérés pris par les consommateurs, particuliers et entreprises.

Et c'est bien sur cette mobilisation collective que mise RTE. « Les situations de coupures programmées sont évitables si la mobilisation de tous est forte, si la sobriété s'étend à tous les secteurs et si la collectivité nationale répond au signal Ecowatt rouge », affirme le patron de RTE.

Une météo de l'électricité pour consommer moins très ponctuellement

Un signal Ecowatt se matérialise par une alerte envoyée, trois jours à l'avance, par SMS, par email ou via une notification. Pour la recevoir, une inscription au préalable sur le site éponyme est nécessaire. L'alerte invite à réduire sa consommation de manière très ponctuelle, en baissant son chauffage d'un degré supplémentaire ou en remportant l'utilisation d'un équipement électrique dans la journée par exemple. Ces écogestes permettraient d'économiser jusqu'à 4 GW entre 8h et 13h et jusqu'à 5 GW entre 18h et 20h, selon les estimations du gestionnaire.

Toutefois, ces économies ne pourront être atteintes qu'en cas d'une adhésion massive à cette météo de l'électricité. Or, aujourd'hui, seules 100.000 personnes sont abonnées à ce système d'alarme. Ce qui reste très peu. Mais le gestionnaire compte sur sa généralisation grâce à des partenariats noués avec des entreprises et des collectivités et une plus forte médiatisation. « Nous menons des discussions avec beaucoup de médias, notamment pour parler du signal Ecowatt pendant les bulletins météo qui sont très regardés », explique RTE.

A titre d'exemple, le 4 avril dernier, une alerte orange d'Ecowatt a permis une réduction d'appel de puissance de l'ordre de 800 MW. Une alerte orange correspond à une situation tendue avec des marges de sécurité réduites où les écogestes sont les bienvenus car les risques de baisse de 5% de la tension et d'interruptibilité (le fait de réduire la consommation électrique en 5 secondes d'une dizaine de grands sites industriels français) ne sont pas exclus. Jusqu'à présent, RTE n'a activité qu'une seule fois une alerte de cette catégorie, mais les signaux oranges pourraient se multiplier cet hiver.

« Le scénario du pire est le plus improbable »

Quant aux probabilités de déclencher des alertes rouges, elles dépendent de la disponibilité du parc nucléaire français, des efforts de sobriété et de l'ampleur de la crise gazière qui aura un impact direct sur la mobilisation des centrales électriques fonctionnant au gaz et sur les importations d'électricité auxquelles peut avoir recours la France. En effet, si des pénuries de gaz frappent l'Allemagne et l'Autriche, ces deux pays ne pourront pas produire suffisamment d'électricité pour en envoyer assez vers la France. Un autre facteur déterminant est celui de la météo, qui joue énormément sur la consommation électrique liée au chauffage.

« Le scénario du pire » conduirait à un déficit d'énergie de 1% cet hiver. Il correspondrait à un important retard dans la remise en service des réacteurs nucléaires ou à une forte pénurie gazière, le tout combiné à un hiver très froid (de type 2010-2011). Dans ce cas, jusqu'à 28 alertes rouges pourraient être activées sur une période de six mois. « Ce scénario est le plus improbable », indique Xavier Piechaczyk, précisant qu'il y a moins d'une chance sur 10 pour que nous connaissions un hiver très froid. « Et cette probabilité est inférieure car il faut qu'elle rencontre encore un autre paramètre : celui d'une crise gazière sévère », précise-t-il.

Cinq, voire dix alertes rouges

« Nos prévisions en matière de sécurité d'approvisionnement énergétique conduisent à envisager entre 0 et 5 signaux Ecowatt rouges pendant l'hiver, voire 10, ce qui n'est pas très important », avance Xavier Piechaczyk.

RTE retient, en effet, comme principale hypothèse, une consommation qui poursuit la tendance actuelle, ce qui signifie que le plan de sobriété n'a eu que des effets modestes, et une remontée progressive de la disponibilité du nucléaire, avec 45 GW de capacité début janvier. Il repose aussi sur un fonctionnement normal des importations électriques, ce qui signifie qu'il n'y a pas de restriction sur l'utilisation des centres à gaz.

« Ce scénario reste prudent à deux égards, s'agissant des effets des actions de sobriété, mais aussi sur la disponibilité du parc nucléaire français », pointe le dirigeant de RTE. En cas d'hiver doux et si tous les autres indicateurs étaient au vert, « vous n'entendrez même pas parler de nous », promet encore le dirigeant.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 15/09/2022 à 20:04
Signaler
Vive la startup nation qui spamme les contribuables connectés pour leur notifier la faillite du pays...

le 20/09/2022 à 13:07
Signaler
ce qui se cache derrieres les declaration de rte et du pdg d'aeroport de france c'est simplement que ce gouvernement est pour limiter tous les deplacement des francais que ce soit les fin de semaine voir les vacances voir interdire aux retraité ...

à écrit le 15/09/2022 à 11:17
Signaler
Quand ce que nous allons juger ces politiciens ( gauchos et pastèques) pour haute trahison ???

le 15/09/2022 à 12:06
Signaler
Vous avez tout loisir de les juger à chaque élection qui se présente !!!

à écrit le 15/09/2022 à 7:25
Signaler
Voilà, il vous est demandé de faire tourner votre lave-linge , de prendre une douche ou un bain et de passer votre aspirateur après 22h. Les voisins, vous vous en fichez. De toute façon, avec eux, vous aussi vous aurez des problèmes pour dormir ou ...

à écrit le 14/09/2022 à 18:50
Signaler
Bonjour Mr c est fait express c est du camouflage de Mr Macron et de madame borne toujours les même qui vont souffr

à écrit le 14/09/2022 à 18:26
Signaler
Bah voyons on va devoir se priver de chauffage de téléphone télévision internet pour que ces messieurs et mesdames du gouvernement se 'à coule douce.. Ah elle est belle la France bravo Macron

le 14/09/2022 à 19:29
Signaler
"téléphone télévision internet " Concernant internet ,ils sont pas bêtes ;les horaires de pic éventuelles en soirée pour RTE et donc un risque de coupure ,c'est juste après les horaires de boulot pour ceux qui font du télétravail ,bien joué

le 14/09/2022 à 20:45
Signaler
décaler les usages c'est pas se priver. Le chauffage baisse quand vous êtes absent ? En rentrant vous attendrez un peu avant de remonter la température, sinon le pic de consommation fera disjoncter le système, c'est tout. Et si vous ne chauffez pas m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.