Électricité : pourquoi la transition énergétique devrait alourdir la facture des Français

Le futur tarif d'utilisation des réseaux d'électricité, l'une des composantes importantes de la facture des Français, devrait augmenter pour financer le développement des réseaux, indispensable pour accompagner l'essor des énergies renouvelables. L'électrification des usages, dans la mobilité et le logement notamment, devrait aussi alourdir la facture.
L'intégration de plus en plus importante des énergies renouvelables dans les réseaux d'électricité nécessite de lourds investissements qui auront un impact sur la facture des particuliers.
L'intégration de plus en plus importante des énergies renouvelables dans les réseaux d'électricité nécessite de lourds investissements qui auront un impact sur la facture des particuliers. (Crédits : Reuters)

Le futur tarif d'utilisation des réseaux d'électricité, l'une des composantes importantes de la facture des Français, devrait augmenter ces prochaines années pour financer de gros investissements attendus, a annoncé lundi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Le régulateur a publié ses projets de décisions pour les tarifs applicables en matière de transport (qui servent à financer RTE) et de distribution (pour Enedis) d'électricité applicables au 1er août 2021, pour quatre ans.

Une hausse annuelle d'environ 15 euros

"La CRE retient des hausses tarifaires moyennes de 1,57% par an pour RTE et de 1,39% par an pour Enedis, soit une hausse d'environ 15 euros de la facture annuelle d'un particulier à l'horizon 2024", indique-t-elle.

Les projets de hausse des tarifs doivent maintenant être transmis au Conseil supérieur de l'énergie (CSE) pour avis. Le gouvernement a ensuite deux mois pour s'y opposer.

Le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (Turpe), dont il s'agira de la sixième mouture (Turpe 6), est payé par les consommateurs via leurs factures d'électricité. Pour un client résidentiel, cela représente environ 30% de sa facture d'électricité TTC, rappelle la CRE.

Il permet de financer les gestionnaires Enedis et RTE, qui prévoient chacun de lourds investissements notamment pour s'adapter à la transition énergétique: 69 milliards et 33 milliards d'euros respectivement sur 15 ans.

De lourds investissements indispensables pour accompagner l'essor des énergies renouvelables

"L'ampleur des investissements à venir pèsera inévitablement sur la facture d'électricité, mais les hausses des tarifs de réseau doivent rester maîtrisées", commente la CRE.

Ces investissements massifs sont nécessaires pour accompagner, entre autres, l'essor des énergies renouvelables (EnR) et le développement attendu des véhicules électriques. Dans son schéma stratégique publié au printemps dernier, RTE prévoyait ainsi un développement important du réseau pour faire fonctionner correctement le système électrique avec une forte intégration des énergies renouvelables, dopées par les projets de champs éoliens en mer.

Ce développement supplémentaire est directement lié à la nature intermittente des énergies renouvelables : il n'y a jamais autant de soleil ou de vent sur tout le territoire au même moment. Plus ces sources d'énergies sont importantes, plus il faut transférer des gros volumes d'électricité sur les différentes zones du territoire.

L'écrêtement pour limiter les coûts

Pour limiter l'ampleur des investissements, RTE mise, entre autres, sur l'écrêtement de la production d'énergies renouvelables quelques heures par an. L'idée est de diminuer la production de manière très ponctuelle quand elle n'est pas nécessaire (trop de vent à un moment où la consommation est basse par exemple). Objectif : ne pas surdimensionner la taille du réseau pour évacuer une trop grosse production d'énergie renouvelable lorsqu'elle n'est pas nécessaire.

Dans le détail, pour éviter de devoir dimensionner le réseau à la pointe, RTE souhaite pouvoir couper la production d'EnR 200 heures par an (soit 0,3% de la production annuelle d'EnR). Selon le gestionnaire, cet écrêtement permettrait d'économiser 7 milliards d'euros d'ici à 2035, en évitant la construction de nouvelles lignes électriques. Une approche qui soulève toutefois des défis techniques, juridiques et contractuels.

Vers une électrification des usages

Outre cette hausse probable des tarifs, la facture d'électricité des particuliers devrait s'alourdir en raison de l'électrification de plus en plus importante des usages, aussi bien dans la mobilité que dans les logements. La nouvelle norme environnementale pour les bâtiments neufs (RE 2020), qui entrera en vigueur l'été prochain, acte en effet la sortie progressive du gaz dans les bâtiments neufs alors même qu'il alimente les trois quarts des nouveaux bâtis et la majorité des maisons et immeubles anciens. Une mesure qui devrait donc profiter aux systèmes électriques.

Cette hausse de la facture électrique pourrait inciter les particuliers à se tourner davantage vers des solutions d'autoconsommation solaire, comme l'offre My Power proposée par Engie ou la technologie de la start-up Mylight Systems. Un marché encore balbutiant en France, avec seulement 85.000 sites dénombrés début 2020, contre plus de 500.000 en Allemagne. Si elle est encore marginale, cette pratique attire de plus en plus et a enregistré une croissance de 63%, entre fin 2019 et fin 2020, selon le cabinet PwC. Elle pourrait davantage se développer via l'autoconsommation collective (une quarantaine d'expérimentations seulement en France), à condition que le cadre réglementaire et fiscal, peu incitatif aujourd'hui, évolue.

Aujourd'hui, la facture électrique des Français reste sensiblement inférieure à celle de leurs voisins européens. Selon les données du ministère de la Transition écologique, en 2019, "le prix de l'électricité en France reste de 14 % inférieur à la moyenne de l'Union européenne" : 178 euros/MWh contre 207 euros/MWh. Un écart qui tend néanmoins à se réduire suite à la hausse continue des tarifs de l'électricité au cours des dernières années.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 23/12/2020 à 17:23
Signaler
Il devient très difficile d'échanger des commentaires sur la Tribune compte tenu du temps mis pour la validation des textes. Je ne comprends pas pourquoi il faut des heures pour qu'un commentaire soit affiché?

le 23/12/2020 à 22:12
Signaler
Evaluer la teneur d'un propos avant publication requiert du temps et du personnel tout comme entretenir un jardin... demandez un abonnement VIP si cela vous travaille tant!

à écrit le 23/12/2020 à 13:05
Signaler
On vit dans un monde où une grande partie de l'électricité est utilisée pour chauffer, éclairer et refroidir. De même, une très grande partie du gaz naturel est utilisée pour chauffer. Il n'y a pas besoin de d'éoliennes et de panneaux photovoltaïq...

à écrit le 23/12/2020 à 12:07
Signaler
Dans notre copropriété sur 10 ans les charges communes d' electricité (ascenceur, pompes, lumière) sont celles qui ont le plus augmentées : 45 % !!!, contre 20% sur le reste en moyenne. Si on y regarde de près, ce n' est a cause de la consommation 1...

à écrit le 23/12/2020 à 10:12
Signaler
C'est surtout la privatisation qui va augmenter les tarifs et non la transition qui ne sera qu'une simple destruction des structures peu rentable par le biais de la concurrence!

le 23/12/2020 à 22:08
Signaler
La privatisation de la dette écologique avec du combustible MOX que personne ne souhaite enterrer dans son jardin? Bon courage si vous trouvez des pigeons dans le privé pour payer cette dette... en attendant EDF provisionne les retraites des gazie...

à écrit le 23/12/2020 à 10:08
Signaler
Nous payons toujours l électricité fort peu cher par rapport aux autres pays et aucune entreprise n établit son coût en se limitant au seul coût de production. Si on ne paie pas la distribution, les investissements, l'entretien, le traitement des dé...

à écrit le 23/12/2020 à 9:42
Signaler
Il faut bien payer le compteur kinky à Enedis ! Enedis a ´gracieusement’ avancé la tune, maintenant il faut rembourser avec intérêt sur notre facture. C’est dans les taxes . Pour le reste, c’est vrai qu’EDF nous coûte cher mais c’ est notre indépen...

le 23/12/2020 à 22:02
Signaler
L'indépendance énergétique avec 5000 (jeunes) hommes au Mali, c'est une blague?

à écrit le 23/12/2020 à 9:09
Signaler
Parce que il faut payer pour: le renouvellement nécessaire de nos centrales nucléaires et leurs démantèlement et le couteux entretien des barrages mais surtout pour l'établissement de toutes ces énergies intermittentes inutiles qui relèvent d'une idé...

à écrit le 23/12/2020 à 8:56
Signaler
En tout cas actuellement il y a plus de 30% de taxes sur une facture d'électricité et ce pourcentage augmente chaque année pour soit disant des raisons d'investissement écologique.

à écrit le 23/12/2020 à 8:40
Signaler
"nécessite de lourds investissements qui auront un impact sur la facture des particuliers" et les industriels, pas du tout ? La CRE n'est réglée que par les particuliers ? Si non c'est la facture des clients, globalement, quelque soit le producteur ...

à écrit le 22/12/2020 à 23:46
Signaler
Ces prétextes sont évidemment bidons, il s'agit de renflouer les dettes de l'opérateur publique dont le directeur financier avait démissionné protestant contre la gestion désastreuse de cette entreprise mi-chèvre mi-choux à la fois publique et privée...

à écrit le 22/12/2020 à 20:33
Signaler
Et dans le même temps "ils'" veulent interdire les chaudières au gaz, qui seront remplacées par des chauffages électriques. Tout benef pour le lobby électronique, surtout que dans le neuf et la construction bas de gamme ce seront de bonnes vieilles r...

le 23/12/2020 à 2:39
Signaler
L'énergie électrique est une énergie d'usage bien plus commode que le gaz, le fioul ou le bois car l'électronique permet très simplement de réguler la puissance consommée. Par ailleurs, les risques d'incendie ou d'intoxication domestique sont bien...

à écrit le 22/12/2020 à 20:06
Signaler
relisez mes posts de 2012 quand segolene pretendait faire la revolution verte et que bienentendu ca ne couterait rien a personne car edf avait ete somme ' de prendre ses responsabilites'.........( euh errata: ' elle avait somme edf de prendre ses res...

à écrit le 22/12/2020 à 18:59
Signaler
Faudrait remettre les choses dans leur contexte : le bénéfice des énergies fossiles, ce sont leurs usagers qui en profitent, mais ce sont leurs descendants qui en paient la facture (via le changement climatique). Pour les énergies qualifiées de "reno...

à écrit le 22/12/2020 à 18:10
Signaler
La transition énergétique c'est celle qui permet aux britanniques et aux finlandais de se voir offrir des centrales nucléaires payées par le contribuable français?

à écrit le 22/12/2020 à 17:35
Signaler
De toutes façons la facture électrique est chaque année plus salée, à un tel point d'ailleurs qu'il conviendrait de se pencher sur les conséquences de cette inflation galopante sur les petits revenus, nombreux vont décriocher vu qu'ils nous augmenten...

le 23/12/2020 à 9:16
Signaler
Si vous regardez votre facture vous constaterez que vous payez une consommation, un abonnement plus un tas de bidules - qu'est-ce qui augmente dans tout ce bazar?

le 23/12/2020 à 9:49
Signaler
"Si vous regardez votre facture vous constaterez que vous payez une consommation, un abonnement plus un tas de bidules - qu'est-ce qui augmente dans tout ce bazar? " Tout, ma facture a doublé ces 15 dernières années ety pas mes revenus. Par aille...

le 23/12/2020 à 10:07
Signaler
@Polaris Pouvez-vous développer pourquoi le fait que l'énergie abondante et bon marché devrait disparaître pour des questions de physique uniquement? Pour l'instant en tout cas, l'augmentation constatée n'a pas grand chose à voir avec la physique m...

le 24/12/2020 à 8:43
Signaler
@ jardinier Tu t'es encore trompé de fil de discussion...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.