Électricité : une fin d’hiver à haut risque pour le réseau à cause du Covid-19

En février, toute la puissance nucléaire ne pourra pas être mobilisée, en raison d'opérations de maintenance qui n'ont pas pu avoir lieu sur certains réacteurs à cause du Covid-19. La situation sera donc tendue sur le réseau électrique à une période de forte consommation. Pour éviter des difficultés, RTE, le gestionnaire du réseau, appelle aux écogestes. En dernier recours, il n'exclut pas des petites coupures d'électricités organisées.

4 mn

C'est depuis le Centre national d'exploitation du système (Cnes), à Saint-Denis, que les ingénieurs de RTE surveillent les « autoroutes de l'électricité de France ».
C'est depuis le Centre national d'exploitation du système (Cnes), à Saint-Denis, que les ingénieurs de RTE surveillent les « autoroutes de l'électricité de France ». (Crédits : RTE)

[MAJ] : article mis à jour à 17h30, initialement publié à 15h le 19/11/20

Les impacts de la crise du coronavirus sur le système électrique français seront durables et se feront notamment sentir à la fin de l'hiver, a expliqué Xavier Piechaczyk, le nouveau président du Réseau de transport d'électricité à haute tension (RTE). À l'occasion d'une conférence de presse organisée ce jeudi, le gestionnaire du réseau a donc maintenu une "vigilance particulière" sur l'approvisionnement électrique français durant l'hiver 2020-2021. Vigilance émise dès le mois de juin dernier.

Le confinement du printemps a en effet engendré de grands chamboulements sur le calendrier des opérations de maintenance des centrales nucléaires. Ce qui a conduit à une moins grande disponibilité des réacteurs. Or, le parc nucléaire fournit un peu plus de 70% de l'électricité en France.

Un mois de décembre "plus serein que prévu"

Mais finalement, la casse devrait être limitée en décembre. Car, entre temps, EDF et le gouvernement sont parvenus à réorganiser les opérations de maintenance pour sécuriser la première partie de l'hiver. Toutefois, un certain nombre de réacteurs devront tout de même être mis à l'arrêt en février.

La situation est celle d'un "mois de décembre plus serein que prévu, un mois de janvier normalement tendu en cette période statistiquement la plus froide de l'année, et enfin un mois de février difficile", a résumé Xavier Piechaczy.

Février : parc nucléaire réduit et risque accru

"Cette période constitue un point de tension qui justifie que nous maintenons une vigilance particulière", a indiqué Xavier Piechaczyk. 10 GW de production nucléaire seront à l'arrêt. Par ailleurs, les prévisions météo restent incertaines tout comme celles de la consommation électrique en raison de la crise sanitaire.

"Ainsi en février, compte tenu de la réduction du parc nucléaire, le risque est accru par rapport aux années précédentes", a confirmé Xavier Piechaczyk.

Effacement, baisse de tension, coupures programmées...

En prévision de ces potentielles difficultés d'approvisionnement sur le réseau, RTE peut activer plusieurs outils sur l'ensemble du territoire. En premier lieu, le gestionnaire s'appuiera sur l'arrêt de la consommation de 18 sites industriels, très gros consommateurs d'électricité, dans le cadre de contrats d'effacement. Ces contrats, qui visent de grands industriels, leurs permettent d'acheter de l'électricité moins cher s'ils s'engagent à ne pas utiliser d'électricité les jours de l'année choisis par EDF.

Autre outil : la baisse de tension de 5% sur le réseau. Elle provoquerait alors "une baisse imperceptible de la performance des appareils électriques dans les foyers et entreprises". Enfin, "en tout dernier recours", RTE mise sur l'organisation de coupures locales et temporaires de deux heures maximum, "tout en protégeant les établissements sensibles comme les hôpitaux par exemple".

Appel aux écogestes avec EcoWatt

Outre ces leviers classiques, le gestionnaire du réseau parie sur la prévention et la flexibilité de la consommation électrique grâce aux écogestes des particuliers. Il lance ainsi, en partenariat avec l'Ademe, une nouvelle version de l'appli en ligne EcoWatt. Présentée comme une sorte de météo de l'électricité, elle prend la forme d'une carte indiquant les zones qui sont en vigilance.

"Mieux consommer l'électricité, c'est diminuer sa consommation mais c'est aussi la décaler dans le temps", a souligné Maïté Jauréguy-Naudin, directrice innovation et données chez RTE. "Si un quart des foyers décalaient au lendemain une lessive cela permettrait d'effacer la consommation d'une ville comme Bordeaux", a-t-elle donné en exemple.

______________________

Grand ouest : RTE optimiste malgré les incertitudes autour de Flamanville

Point positif, dans le Grand ouest, une région classiquement plus sensible en raison des faibles moyens de production d'électricité localisés en Bretagne, "la situation est plus sereine que l'an passé", a assuré le président de RTE. La raison ? Le retour en service du réacteur numéro 2 de Flamanville, prévu le 30 novembre.

Un redémarrage qui pourrait toutefois être décalé, comme l'ont rapporté Les EchosEDF, anticipant un potentiel retard, a, en effet, demandé au gouvernement une dérogation pour le cas où l'arrêt de ce réacteur se prolongerait après le 10 janvier 2021.

Toutefois, même si le redémarrage du réacteur numéro 2 de Flamanville prenait de nouveau du retard, le gestionnaire de réseau reste confiant grâce à la nouvelle interconnexion IFA 2 de 1GW. Prévue au mois de décembre, elle reliera le Royaume-Uni à la Normandie.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 20/11/2020 à 20:51
Signaler
Les écolos ne sont pas ceux qui décident pour expliquer la gestion nulle du dossier énergétique par tous les gouvernements depuis 20 ans ! Nous sommes dans l'impréparation totale. l'EPR de Flamanville prévu pour 2012 finalement pas avant 2026 et qq ...

à écrit le 20/11/2020 à 12:57
Signaler
voilà les premiers résultats de nos écologistes de pacotilles D'ailleurs sur la fermeture de la centrale de Fessenheim connaissant le problème je dirais qu'il y a beaucoup de choses qui prêtent à réfléchir.La première: les manifestations hostiles on...

à écrit le 20/11/2020 à 10:22
Signaler
Eh oui chers citoyens Français continuez à mettre de écologistes au pouvoir, voici les premiers dégâts de la dictature écologique, idiote et incompétente. L'idéologie écologique décide d'éliminer la production électrique à base de nucléaire, on ferm...

à écrit le 20/11/2020 à 10:04
Signaler
La vraie vérité nest-elle pas que sous la pression des écologistes, la centrale de Fessenheim a été fermée, et que d'autres vont suivre le même sort,alors que nous avions le 2eme parc de centrales après le Japon, décision stratégique pris par le géné...

le 20/11/2020 à 20:38
Signaler
Faux ! encore une désinformation de plus des anti-ecolos primaires ! Nous sommes dans l'impréparation et la mauvaise gestion de la politique et l'entretien du parc nucléaire... Passons sur le fiasco de l'EPR et son report de 10 ans et 10 milliards d...

à écrit le 20/11/2020 à 8:40
Signaler
Tu m'étonnes vu la bande de pieds nickelés qui gère le nucléaire, un petit virus et ça y est il n'y a plus personne... -_-

le 20/11/2020 à 15:03
Signaler
Jusqu'à présent le nucléaire en France a été plutôt très bien gérer mais la filière a du mal à lutter contre le sabotage direct ou indirect que des groupes d'idéologues ont habilement tissé depuis plus de 30ans et qui il fut le reconnaitre commence à...

le 21/11/2020 à 11:18
Signaler
@ imposteur: Tu ne devrais pas chercher à dissimuler la corruption qui a ravagé ce secteur à quelqu'un qui sait que la corruption a ravagé ce secteur parce que tu ne peux que t'écraser dessus comme là... ridiculement. Mais bon bien entendu c'est ...

à écrit le 19/11/2020 à 21:16
Signaler
Scandaleux et aucunes justifications ne peut expliquer ce fiasco de l'entretien du parc nucléaire ! Le manque de préparation et d'anticipation démontre simplement les incompétences en cascades à la tête de ces grands groupes étatiques dont les dirige...

le 20/11/2020 à 9:26
Signaler
La concurrence instaurée dans le domaine de l'énergie n'a pour l'instant conduit qu'à l'augmentation des tarifs et à favoriser des entreprises dont la seule activité est d'émettre des factures et d'organiser le démarchage téléphonique.

à écrit le 19/11/2020 à 18:45
Signaler
Et ben,confiné ,masqué ,plus de chauffage ,ni eau chaude ,plus de boulot pour ceux qui feront du télétravail ,plus de chaussure,plus de vêtement, plus de coiffeur,plus de déplacement,plus de resto ,plus de cinéma ,plus de contact à moins d'un mètre,p...

à écrit le 19/11/2020 à 18:26
Signaler
" le gestionnaire du réseau, appelle aux écogestes". En faisant 5 jours en télétravail chez soi comme veut notre carotte sur patte Élisabeth Borne?

à écrit le 19/11/2020 à 18:14
Signaler
Vivement la généralisation de la voiture électrique!

le 19/11/2020 à 20:22
Signaler
Et n'oublions pas le reste vélo, trottinette électrique... tout ça a devoir recharger via une centrale en maintenance...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.