Energie : la Banque mondiale prévoit une baisse des cours au second semestre 2022

Les prix des matières premières, qui flambent depuis cet été, resteront à des niveaux élevés durant plusieurs mois, avant que les contraintes d'approvisionnement s'atténuent dans la deuxième partie de l'année prochaine, estime jeudi la Banque mondiale dans un rapport.

3 mn

La poursuite de la hausse des coûts des matières premières et des prix de l'énergie pourraient grever le pouvoir d'achat des Français.
La poursuite de la hausse des coûts des matières premières et des prix de l'énergie pourraient grever le pouvoir d'achat des Français. (Crédits : DR)

Alors que les prix du gaz et de l'électricité continuent de s'envoler, l'accalmie devrait avoir lieu au second semestre 2022, estime la Banque Mondiale. En attendant, la Commission de régulation de l'énergie a annoncé une hausse record de 12,6% de la facture du gaz au 1er octobre. Sur l'année 2021, les prix devraient augmenter de plus de 80% en moyenne, comparé à l'an dernier, précise l'institution dans son rapport sur les Perspectives des marchés des produits de base.

Cette flambée historique des cours menace l'activité des entreprises les plus gourmandes en énergie et accentue les pressions inflationnistes mondiales liées à la reprise économique après la crise du Covid-19. Dans la zone euro, l'inflation a atteint en septembre son plus haut niveau depuis 13 ans, selon Eurostat. Résultat, l'inflation pourrait "déplacer" la croissance économique des pays importateurs d'énergie vers les pays exportateurs, selon la Banque mondiale.

Dans le sillage du gaz et de l'électricité, le prix du pétrole progresse lui aussi, touchant le seuil symbolique des 80 dollars fin septembre, son plus haut niveau depuis octobre 2018. La forte demande de carburant, liée à la reprise économique et du trafic aérien et routier, et une offre limitée expliquent l'appréciation de l'or noir. Une partie de la hausse de son prix résultant du report de la demande de gaz naturel sur le pétrole.

En moyenne sur l'année, les prix du pétrole brut (Brent, WTI et Dubaï) devraient atteindre en moyenne 70 dollars, soit une augmentation de 70% comparé à 2020. "Ils devraient grimper à 74 dollars le baril en 2022 alors que la demande de pétrole se renforce et atteint les niveaux d'avant la pandémie" puis retomberaient à 65 dollars en 2023, prévoit l'institution.

"La flambée des prix de l'énergie pose des risques importants à court terme pour l'inflation mondiale et, si elle se maintient, pourrait également peser sur la croissance des pays importateurs d'énergie", a réagi Ayhan Kose, économiste en chef de la Banque mondiale.

"Le fort rebond des prix des matières premières s'avère plus prononcé que prévu" et "la volatilité récente des prix peut compliquer les choix politiques alors que les pays se remettent de la récession mondiale de l'année dernière", ajoute-t-il.

Un impact sur le pouvoir d'achat

Le ministre de l'Economie française partage ces craintes. Bruno Le Maire ne voit en effet "pas d'amélioration avant la fin de l'année 2022" au sujet de la flambée des prix de l'énergie et de la hausse des coûts des matières premières, qui alimentent l'inflation. En France, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 2,2% sur un an, selon les derniers chiffres dévoilés par l'Insee ce jeudi matin, soit 0,1 point de plus que lors de la précédente estimation. La poursuite de la hausse des coûts des matières premières et des prix de l'énergie pourraient grever le pouvoir d'achat des Français, entraînant une potentielle contraction de l'activité. Face à cela, l'Etat a mis en place un "bouclier tarifaire" pour contenir la hausse des prix de l'électricité et du gaz. Pour la seule électricité, la perte de recettes pour l'Etat s'élèvera à 5,1 milliards d'euros l'année prochaine. De nouvelles mesures sont attendues pour la fin de la semaine.

3 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/10/2021 à 10:06
Signaler
Merci de dire à Adolf de la région paca de virer le trollage sous mon commentaire vu que visiblement il est déjà au pastis.

à écrit le 22/10/2021 à 8:13
Signaler
"Demain ira mieux" Si si cette fois c'est sûr !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.