Et si l'hydrogène remplaçait le pétrole ?

 |   |  420  mots
(Crédits : Reuters)
Thierry Lepercq, le fondateur de Solaire Direct, racheté par Engie en 2015, a occupé le poste de directeur général adjoint, chargé de la Recherche & Technologie et de l'Innovation et siégé au Comité exécutif du groupe jusqu'à son départ en octobre dernier. À la tête d'Engie Fab, il y défendait déjà sa conviction que toutes les conditions étaient réunies pour faire de l'hydrogène le remplaçant idéal du pétrole. Une idée qu'il développe dans son ouvrage Hydrogène, le nouveau pétrole, illustrée dans ces quelques extraits.

« La question que tous se posent est très simple : si l'on tourne définitivement la page du système énergétique fossile, qui peut garantir à toutes les nations et tous les citoyens un approvisionnement énergétique sûr, économique et décarboné ? Garantir de l'électricité, bien sûr, mais aussi de la chaleur et du froid, de l'énergie pour l'industrie et l'agriculture ; 24 heures sur 24, chaque jour de l'année. Et pas en 2050, mais maintenant, dans un grand leapfrog [saut de la grenouille, ndlr] !

Qui ? [...] Cette solution, dont l'heure est maintenant venue après des décennies de promesses non tenues, ce nouveau pétrole décarboné, est l'hydrogène propre. Et ce pour une raison simple : l'hydrogène s'impose comme la version gazeuse ou liquide, donc d'une commodité et d'une versatilité considérable, de ces nouvelles formes d'énergie propres, quasi infinies et ultra-compétitives que sont l'électricité solaire et l'électricité éolienne. [...] Jusqu'en 2016, l'équation économique et climatique de l'hydrogène combustible semblait impossible : on avait soit de l'hydrogène gris, logiquement bien plus cher que le gaz naturel dont il est issu et tout autant émetteur de gaz à effet de serre ;...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2019 à 17:57 :
Pourquoi un titre sous forme de question? N'auriez vous pas la réponse? Qui désire que l'on fasse le travail a leur place?
a écrit le 12/08/2019 à 8:35 :
Quand on observe le cours du pétrole complètement tenu artificiellement actuellement par son si puissant lobby on sait pourquoi pendant 30 ans cette technologie n'a jamais vu le jour.
a écrit le 30/07/2019 à 14:23 :
L'avenir est à l'azote liquide. Meilleur rendement, sans danger, cout plus faible.
a écrit le 26/07/2019 à 7:53 :
Je pense qu on fait fausse route avec l ' H2. Ce gaz, qui demande des pressions énormes pour emmener suffisament d énergie n a qu une envie : foutre le camp du bidon dans lequel on l a enfermé. Une station Norvegienne en a fait les frais récemment. Il vaudrait mieux se tourner vers les piles aluminium/ air ( oxygene) qui emporte en sécurité suffisament d énergie électrique pour faire parcourir à un véhicule de 1500kg 1500 km pour un volume et une masse de batterie equivalent à un reservoir de pétrole. L Aluminium est recyclable à l infini et aurait l avantage, en france, de restaurer la filière alu detruite après la vente forcée par l Europe, de Pechiney.
a écrit le 25/07/2019 à 14:37 :
Vous voulez passer d'une rente a une autre sans autre responsabilité et, vous cherchez a vous rassurer! Voilà le simple but des publications sur le sujet, parler au lieu d'agir pour trouver "les pigeons"!
a écrit le 25/07/2019 à 14:24 :
L'avenir ce seront les centrales nucléaires au Thorium couplées à des accélérateurs de particules pour décomposer l'eau et produire de l'Hydrogène pour la motorisation. Voir les propositions de Carlo Rubbia, Prix-Nobel de Physique.
Réponse de le 25/07/2019 à 21:09 :
Avant de parler d'avenir, il faudrait construire un prototype : chantier équivalent au projet ITER par son envergure. Par ailleurs, je vous invite à vous renseigner sur les modes de production du combustible nécessaire au lancement d'un réacteur pour que vous réalisiez qu'une généralisation de ce type de réacteurs à moyen terme est irréalisable. Ils arriveraient donc trop tard pour remplacer le pétrole et les centrales nucléaires à échéance 2050 en France (sans parler des centrales au charbon et au gaz que nous devons arrêter).
a écrit le 25/07/2019 à 13:22 :
le mix batteries/ hydrogène est plus raisonnable
Les progrès dans le domaine de l'électrolyse de l'eau rendent la production d'H² un tantinet plus économique qu'on croit !
a écrit le 25/07/2019 à 11:44 :
Le pétrole est extrait du sol quasi gratuitement au contraire du dihydrogène qui est produit à partir d'électricité (quand on souhaite limiter la pollution). Cette phrase est suffisante pour démonter la propagande mensongère de cet article. Tant que les centrales à fusion ne seront pas généralisées, le dihydrogène restera une énergie à la marge. Extrait de wikipédia : "Actuellement, l'hydrogène est produit industriellement par deux procédés :

par vaporeformage à partir d'hydrocarbures (en particulier à partir de méthane, voir Reformage du méthane) ;
par électrolyse de l'eau."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :