L'heure H a-t-elle sonné pour l'hydrogène ?

 |   |  1171  mots
(Crédits : iStock)
ÉNERGIE Selon l'Agence internationale de l'énergie, ce gaz, s'il est fabriqué à partir de renouvelables, est appelé à jouer un rôle important dans la décarbonation de l'économie mondiale.

Fatih Birol ne pouvait rêver meilleure introduction au rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur l'hydrogène. C'est en effet au lendemain de l'attaque de deux pétroliers le 13 juin dernier dans le détroit d'Ormuz, par lequel transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, que le directeur général de l'agence a rendu publique cette étude titrée « The future of hydrogen : seizing today's opportunities ». C'était lors d'une réunion des ministres « environnement et énergie » du G20 organisée par le Japon.

Qualifiant la tension dans la région de « très inquiétante pour la sécurité énergétique », Fatih Birol a souligné qu'un déploiement massif de l'hydrogène pourrait rendre leur indépendance énergétique aux pays du G20. Plus globalement, « L'hydrogène bénéficie d'une dynamique sans précédent. Le monde ne doit pas rater cette chance unique de faire de l'hydrogène un pilier de notre avenir énergétique propre et sûr », a-t-il affirmé.

Serait-ce l'avènement de la prédiction de l'ingénieur Cyrus Smith dans L'Etoile mystérieuse, publiée par Jules Verne en... 1875 ? « Oui, mes amis, je crois que l'eau sera un jour employée comme combustible, que...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2019 à 6:08 :
Ici de nombreux vehicules fonctionnent grace a ce procede.
Dire que c'est l'avenir est encore un peu hasardeux, ce qu'il faut admettre c'est que technologiquement le pari est gagne.
Ca fonctionne et meme tres bien. Restent les couts, qui seront a n'en pas douter arases des lors qu'une prod indutrielle s'emparera du projet H2O.
On n'arrete pas le progres.
a écrit le 01/08/2019 à 15:37 :
Réponse à jardinier. Ce serait un peu long pour vous l'expliquer ici mais la production de l'hydrogène à partir de combustibles fossiles supprime totalement la formation de particules solides de carbone ainsi que la formation de NOx.Sans oublier le rendement global du cycle qui vous fait économiser du combustible.Si vous travaillez dans l'énergie arrêter de faire grise mine ,vous ne pourrez rien arrêter.
a écrit le 07/07/2019 à 15:18 :
Je suis surpris par tous les commentaires sur cet article: l’hydrogène n’a aucun avenir et ne replacera pas l’électricité pour faire avancer les voitures ou produire de la chaleur tout simplement parce que son rendement énergétique est mauvais, que son stockage est impossible à grande échelle et qu’une pompe à hydrogène coûte 1 millions d’€. Alors vous pouvez toujours espérer des découvertes fantastiques, vous aurez du mal à aller contre les lois de la physique. Par ailleurs, un certain jardinier se croit autorisé à contredire les scientifiques sur les effets du CO2. Je ne sais pas de quel lobby il fait partie, mais douter de l’impact du CO2 sur l’effet de serre, alors que c’est ce qui rend actuellement la planète habitable et qui bientôt la rendra inhabitable, c’est comme prétendre que 1+1 ne fait pas 2. C’est du délire.
a écrit le 05/07/2019 à 20:55 :
L'hydrogène produit avec les énergies renouvelables.
On ne le produit pas seulement avec l'électrolyse de l'eau à partir des surplus de production d'énergies renouvelables.

Mais de maniére plus économique encore avec l'association du photo-catalytique mieux optimisé et de la meilleure récupération de la lumière solaire azimutale surtout pendant plus de la moitié des jours ( du temps diurne total) de l'année où la lumière solaire directe n'est pas prédominante.

Il est possible à court terme ( quelques années seulement) de produire de l'hydrogène vert bien meilleur marché avec des investissements tres rentables.

Et donc ici de ne pas se contenter des statistiques et de la technologie du passé pour établir la planification énergétique du futur et d'encourager le monde de la finance à étudier de plus pres les évolutions technologiques en court ou à venir dans un futur proche.
a écrit le 05/07/2019 à 20:54 :
Réponse à jardinier. Il est évident que d'un point de vue économique et du rendement global du cycle l'hydrogène doit d'abord être produit à partir des combustibles fossiles;Il est alors facile et mêm très facile d'éliminer le CO2. Quand à dire que l'eau formée génère de l'effet de serre, ce n'est pas exact car il y a des questions d'équilibre liquide- vapeur qui sont incontournables. Mais vous oubliez principalement le principal effet du passage à l'hydrogène qui permet d'éviter toute pollution atmosphérique dans les villes , c'est-à -dire des millions de morts et des centaines de millions d'asthmatiques à l'échelle de la planère.Je suis d'accord avec vous , cela fait mal aux énergéticiens car le rendement global du cycle est bien meilleur donc on économise beaucoup de combustibles fossiles.
Réponse de le 06/07/2019 à 9:05 :
Je n'oublie rien du tout et je pense que la solution hydrogène peut-être très intéressante sur de nombreux points et bien sûr pour ce qui concerne la pollution. Je vous ferai remarquer cependant que la pollution évidente liée à l'utilisation des combustibles fossiles n'est pas du au CO2 rejeté, CO2 gaz non polluant et indispensable à la croissance végétale, mais aux particules et autres gaz, clairement nocifs associés à leur combustion.
Je dis simplement que la pile à combustible, solution parfaite et idéale sur le papier, peut aussi être à la source de certains problèmes qu'il convient d'appréhender sérieusement dès le départ. Il ne faut pas oublier qu'elle met en jeu des catalyseurs qui, pour l'instant, sont des métaux rares dont la disponibilité ne pose pas de problème à petite échelle; qu'en sera t-il si cette solution se généralise?
a écrit le 05/07/2019 à 14:34 :
personne n'a l'air de se souvenir que les normes françaises à propos de l'hydrogène étaient les quasiment plus rigoureuses du monde : l'accent était mis sur l'extrême danger de son explosivité et rien d'autre ! (à croire que les qualités de H² n'existaient pas pour les hommes politiques français incroyablement frileux) Que l'AIR LIQUIDE ait continué sa progression (surtout à l'étranger) tient du miracle mais surtout de la volonté de ses dirigeants. Les retards accumulés en France dans ce domaine (pour ne pas citer les nombreux autres) peuvent se chiffrer entre 5 à 10 ans, merci l'état français !
a écrit le 05/07/2019 à 13:27 :
De Gaulle à fait le nucléaire , H2 c'est la relève mais nous avons tellement de crétins ...
a écrit le 05/07/2019 à 11:57 :
L'hydrogène : Une évidence depuis 50 ans. Mais le Complexe Militaro Industriel veille dans lequel poids du lobby du pétrole est prégnant.
Donc, l'hydrogène , pas pour tout de suite, dans 30/50ans? Dommage.
Réponse de le 05/07/2019 à 18:02 :
Le lobby nucléaire ! En France
a écrit le 05/07/2019 à 11:02 :
La production et la distribution d'hydrogène nécessite de prendre en compte tous les paramètres sachant qu'il n'est pas recommandé de stocker l'hydrogène comme le gaz naturel d'ailleurs. L'hydrogène est de plus la seule énergie capable de limiter à 0°C le réchauffement climatique d'ici quinze ans ( soit dès 2040) et de supprimer la totalité de la pollution atmosphérique des villes, tout cela à faible coût.Cela passe avant d'aller vers l'électrolyse qui n'est pas si simple et assez couteuse par la conversion des combustibles fossiles, technologie parfaitement maîtrisée et connue.Evidement c'est une solution dont certains , en particulier ,les grands groupes énergétiques ne veulent pas entendre parler, mais j'espère que l'opinion publique finira par l'emporter.
Réponse de le 05/07/2019 à 13:27 :
Pour limiter à 0°C le réchauffement climatique d'ici 5 ans, il faudrait que les causes de ce réchauffement soient correctement identifiées, ce qui contrairement à ce que nous enseignent nos chers médias.
A ce propos je vous appelle que la seule preuve expérimentale de la responsabilité du CO2 dans le réchauffement climatique en cours était liée à l'observation du fameux 'hot spot' dans une zone située vers 12km d'altitude au-dessus des zones tropicales. Malgré de nombreuses mesures, ce point chaud n'a jamais été observé.
Il n'y a donc pour l'instant que des modèles censés représenter l'évolution et qui prennent en compte plus ou moins bien les nombreux paramètres (dont l'effet de serre du au CO2) qui peuvent influencer le climat terrestre. Parmi ces paramètres potentiels, il y a de nombreuses rétroactions positives ou négatives qui ne sont pas toujours parfaitement connues et maîtrisées (le signe de ces rétroactions faisant parfois même l’objet de discussion !) et il y a les conditions de formation des nuages qui sont très mal modélisées actuellement.
Ces modèles doivent prédire notre avenir climatique alors même qu’ils peinent à reproduire le passé climatique récent (à ma connaissance les optimums Romain ou médiéval, le minimum de Maunder ne ressortent pas correctement des modèles actuels).
En supposant enfin que le CO2 d’origine anthropique est bien la cause première du réchauffement actuel observé, il faut faire attention avant de remplacer les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon…) par de l’hydrogène. En particulier, il convient de savoir comment a été obtenu cet atome d’hydrogène.
S’il provient de l’hydrolyse de l’eau, on transforme donc de l’eau pour obtenir de l’électricité dans une pile à combustible et on rejette de l’eau : le bilan est donc nul en ce qui concerne l’eau mise en jeu (bien que très mauvais en termes d’énergie dépensée mais c’est une autre affaire).
Par contre si l’hydrogène provient d’hydrocarbures, on transforme un gaz à effet de serre (par exemple du méthane) en un autre gaz à effet de serre encore plus puissant, la vapeur d’eau (qui est de loin le plus efficace gaz à effet de serre). Cette eau n’existant pas au départ va donc s’ajouter au bilan global et risque de conduire à une situation encore plus délicate à gérer !
a écrit le 05/07/2019 à 10:09 :
Est-ce que l'on peut appeler un panneau solaire qui ne dure que 25 ans au maximum de son rendement "renouvelable" quand on sait la pollution que cela génère à produire et détruire ?

L'hydrogène oui, bien entendu, mais généré par de la véritable énergie pensée pour être réellement renouvelable, merci.
Réponse de le 05/07/2019 à 13:30 :
@ multipseudos:

" Le soleil semble inépuisable mais il l'est"

Vous et vos gros sabots êtes signalés.

Tu veux pas changer d'éléments de langage stp de temps temps ? En es tu capable ?
a écrit le 05/07/2019 à 8:56 :
Bonjour, je n'ai malheureusement pas vu de "Cyrus Smith" dans Star Wars mais je peux me tromper car l'univers de Spielberg est vaste à moins que ce ne soit dans "l'île de la tentation"..."L'île mystérieuse" est sans doute la bonne référence.
a écrit le 05/07/2019 à 8:28 :
Une évidence totale cet avenir. Et zéro coût logistique. L'avenir à celui qui commercialisera la centrale H2 à la carte. Les stations service produiront elles-même leur carburant. Tellement simple depuis le départ. Que serait le monde si nous avions commencé par là..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :