Etats-Unis : les coûts de production bientôt moins élevés qu'en Chine ?

 |   |  744  mots
Le rapport révèle que les Etats-Unis détiennent 101.117 puits fracturés, le Canada 16.990, et la Chine... seulement 258.
Le rapport révèle que les Etats-Unis détiennent 101.117 puits fracturés, le Canada 16.990, et la Chine... seulement 258. (Crédits : Reuters)
Une étude du Boston Consulting Group assure que l'extraction de pétrole et de gaz de schiste (fracking) est le principal facteur de la réduction des coûts de production aux Etats-Unis. Celui-ci pourrait être 2% à 3% moins élevé qu'en Chine en 2018. Sauf que le pétrole de schiste est soumis à la forte volatilité des cours du baril de Brent...

La fracturation hydraulique profitera-t-elle toujours aux Etats-Unis ? Il y a un an, Andrew John Hall, l'un des plus influents traders spécialistes du pétrole de Wall Street, prédisait une fin rapide de la "révolution des hydrocarbures de schiste", notamment à cause du caractère "court-termiste" de leur extraction. Selon le cabinet international de stratégie Boston Consulting group (BCG), c'est l'extraction de pétrole et de gaz de schiste qui leur a permis de réduire leurs coûts de production.

Ils estiment même que le coût moyen de fabrication serait seulement 5% plus élevé qu'en Chine, et 10% à 20% plus bas que dans la plupart des grands pays européens. Plus étonnant, le BCG prévoit que les coûts de production seront 2% à 3% moins élevés outre-Atlantique qu'en Chine à l'horizon 2018.

manufacturing cost index

La fracturation hydraulique ou "fracking"

Le plus important des facteurs qui a mené à cette réduction des coûts reste sans équivoque la fracturation hydraulique. Elle a considérablement aidé à faire baisser les prix du pétrole et du gaz, majoritairement utilisés dans les industries à forte intensité énergétique, telles que l'industrie de l'acier, du papier, de l'aluminium, et de la pétrochimie.

Le BCG a aussi calculé les prix industriels de l'électricité aux Etats-Unis, et, surprise, ils sont désormais 30% à 50% plus bas que les autres grands pays exportateurs.

"Un écart de prix de 5% dans le secteur manufacturier entre la Chine et les Etats-Unis ne représente pas beaucoup. Particulièrement quand vous considérez que les fabricants américains font face à des risques, notamment de retard lors de l'expédition de sa production vers la Chine, de menace de grèves portuaires, et les investissements et les partenariats locaux que Pékin exige des sociétés étrangères qui réalisent des affaires là-bas", affirme David Gee, directeur général du BCG.

Hausse des salaires en Chine

Cependant, selon le cabinet de consulting, la fracturation hydraulique n'est pas l'unique responsable de cette diminution. Un autre facteur a participé à cette réduction des coûts : l'augmentation des salaires en Chine. La hausse accélérée des salaires chinois depuis 2010 (de l'ordre de 20% en rythme annuel) remettrait en cause les équilibres de "la chaîne de valeur du commerce mondial".

Le 22 juin dernier, le président de Pythagore Consult, Jean-Luc Buchalet, affirmait que "la forte hausse des salaires des chinois favorisait la relocalisation des usines aux États-Unis". En outre, les entreprises américaines ont augmenté leur productivité "beaucoup plus rapidement" que leurs concurrents internationaux, selon le BCG.

Investissements sur le sol américain en hausse

Au cours des dernières années, les baisses des coûts de l'énergie ont encouragé diverses industries à consacrer près de 138 milliards de dollars pour de nouveaux investissements sur le sol américain.

Ce printemps par exemple, le géant pétrochimique Sasol a entamé la construction d'un craqueur d'éthane à Lake Charles (Lousiane), pour 8,1 milliards de dollars, selon le site économique Fortune.

"Quinze ans d'avance sur les autres nations"

Et ce retournement de situation n'est apparemment pas prêt de s'estomper. Michael Porter de la fameuse Harvard Business School, a publié un rapport avec le BCG, constatant que "les Etats-Unis ont quinze années d'avance sur les autres nations" concernant la fracturation hydraulique.

Nommé "les opportunités de l'énergie non-conventionnelle pour les Etats-Unis", le rapport révèle que les Etats-Unis détiennent 101.117 puits fracturés, le Canada 16.990, et la Chine... seulement 258.

Problèmes écologiques et soucis de rentabilité

Pourtant, certains des grands groupes industriels qui s'étaient rués vers l'extraction de schiste commencent à se poser des questions. En effet, la réalité du marché subsiste : la rentabilité du pétrole de schiste est soumise aux prix du baril de Brent. Et le prix d'extraction du pétrole non-conventionnel coûte largement plus cher que le pétrole conventionnel. Par exemple, aux Etats-Unis, un baril de pétrole à extraire (non-conventionnel) coûte environ 70 dollars, contre seulement... 4 dollars en Arabie Saoudite (conventionnel).

Sans compter l'opinion américaine, qui tend de plus en plus en défaveur des exploitations de schiste, particulièrement en raison des problèmes écologiques que pose la fracturation hydraulique.

Combien de temps pourra donc durer la prédominance de l'Amérique sur les extractions non-conventionnelles ? Si le BCG n'a pas pu répondre à cette question, les Etats-Unis viennent en tout cas de passer premier producteur de pétrole dans le monde, devant l'Arabie Saoudite...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2015 à 22:38 :
Basé à Houston
Je peux vous informer que le prix de revient est de 5$ !!
a écrit le 04/07/2015 à 11:15 :
Et calculer la croissance que cela gênera avant l'explosion de la planète.
a écrit le 03/07/2015 à 22:10 :
On en reparlera dans quelques années...on nous annonce qu'il ne faut pas que la température monte au dessus de 2° et on a des investissements massifs dans ces én ergies polluante et finies. Quelle vision de court terme! Encore un peu de croissance pour quelques années, et puis après?
Réponse de le 04/07/2015 à 15:13 :
C'est le rêve de tous les ricains et des journalistes de LT celui d'espérer l'effondrement de l'économie chinoise un jour…. pauvre monde le notre….

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :