Exploitation pétrolière de l'Arctique : Obama met des bâtons dans les roues de Trump

 |   |  326  mots
Le Grand Old Party et son nouveau président, qui prendra ses fonctions le 20 janvier et disposera de l'appui des deux chambres du Congrès, veulent étendre la production de pétrole et de gaz aux Etats-Unis dans des zones publiques.
Le "Grand Old Party" et son nouveau président, qui prendra ses fonctions le 20 janvier et disposera de l'appui des deux chambres du Congrès, veulent étendre la production de pétrole et de gaz aux Etats-Unis dans des zones publiques. (Crédits : CARLOS BARRIA)
La décision prise par le président américain Barack Obama stipule qu'aucune nouvelle demande de concession d'exploration pétrolière ne sera examinée dans les mers de Chukchi et de Beaufort au cours des cinq prochaines années.

Barack Obama a exclu toute exploration pétrolière dans certaines parties de l'Arctique jusqu'en 2022, une mesure sur laquelle les républicains tenteront toutefois vraisemblablement de revenir quand ils accèderont au pouvoir l'année prochaine. Communiquée vendredi, la décision stipule qu'aucune nouvelle demande de concession d'exploration pétrolière ne sera examinée dans les mers de Chukchi et de Beaufort sur la période 2017 - 2022.

"Etant donné l'environnement unique et menacé de l'Arctique et le moindre intérêt de l'industrie pétrolière dans cette région, renoncer à la vente de permis est la bonne chose à faire", a expliqué dans un communiqué la secrétaire à l'Intérieur, Sally Jewell.

Le département de l'Intérieur, qui aux Etats-Unis gère les domaines fédéraux, dont les parcs nationaux, avait pris une décision similaire en mars pour la côte Atlantique des Etats-Unis.

 Trump veut étendre la production américaine

Les groupes défenseurs de l'environnement ont salué cette décision. "Cela ne pouvait pas mieux tomber", s'est ainsi félicité le Sierra Club dans un communiqué, en référence à l'élection du républicain Donald Trump à la Maison Blanche.

Le président de la Chambre des représentants, le républicain Paul Ryan, a quant à lui réagi en déclarant dans un communiqué que le Congrès devrait annuler ces mesures.

"Dans les dernières semaines au pouvoir, l'administration Obama érige davantage d'obstacles au développement de l'énergie du pays. Ces mesures excluent l'Arctique et son riche potentiel des possibilités d'exploration et nous empêchent d'exploiter des sources abondantes et bon marché d'énergie pour notre économie."

Pour mémoire, le "Grand Old Party" et son nouveau président, qui prendra ses fonctions le 20 janvier et disposera de l'appui des deux chambres du Congrès, veulent étendre la production de pétrole et de gaz aux Etats-Unis dans des zones publiques.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2016 à 5:52 :
Quelles bâtons !! décidément ce qui intéresse nos scribouillards c'est l'intoxication , Pour leurs info : Obama se tire bientôt , donc ce qu'il dit c'est du vent , comme quand il a eu le Nobel de la paix
a écrit le 19/11/2016 à 20:27 :
Pour quelle raison la supranationalité ne jouerait-elle pas au même titre que le libre échange en usant de tribunaux arbitraires dès lors qu'un pays a signé un accord le liant à la communauté internationale. Ainsi la COP 21 pourrait user d'un droit au même titre qu'une entreprise internationale. Nous verrions là une application positive de ces tribunaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :