Fort de résultats supérieurs aux attentes en 2018, Veolia est confiant pour 2019

 |   |  888  mots
Le secteur des déchets dans son ensemble affiche notamment un  très bon dynamisme commercial, et la clientèle industrielle concentre 60% de la croissance organique, note Veolia.
Le secteur des déchets dans son ensemble affiche notamment un "très bon dynamisme commercial", et la clientèle industrielle concentre 60% de la croissance organique, note Veolia. (Crédits : Christian Hartmann)
Le chiffre d'affaires a augmenté de 4,4% en 2018, essentiellement grâce à une croissance organique. Et 2019 devrait être une "nouvelle année de croissance soutenue", espère Antoine Frérot.

À change courant, une augmentation de 4,4% du chiffre d'affaires, qui atteint les 25,9 milliards d'euros, et une hausse de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda), indicateur retenu par le groupe pour ses objectifs, supérieure aux attentes (+5,4%, à 3,39 milliards d'euros). "2018 a été une nouvelle année d'accélération pour Veolia, avec une activité et des résultats en nette croissance", se réjouit le PDG de l'entreprise, Antoine Frérot, dans un communiqué publié le 21 février.

Conformément au plan stratégique que s'est fixé le groupe pour la période 2016-2019, l'augmentation du chiffre d'affaires est essentiellement due à une croissance organique, "complétée par quelques acquisitions ciblées de petite taille", a souligné Antoine Frérot lors d'une conférence téléphonique. Elle provient "pour plus de 50%" de nouvelles activités identifiées comme stratégiques: notamment le recyclage des déchets, le traitement des pollutions difficiles, l'efficacité énergétique et les services sur site aux industriels. Le secteur des déchets dans son ensemble affiche notamment un  "très bon dynamisme commercial", et la clientèle industrielle concentre 60% de la croissance organique, ajoute Veolia.

L'Amérique latine et l'Asie en tête

Le recentrage géographique opéré par le groupe depuis 2015 semble aussi porter ses fruits. Si l'Amérique latine et l'Asie affichent les meilleurs résultats, toutes les zones conservées -y compris l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Afrique Moyen-Orient- sont en effet à forte hausse (à changes constants). Pour la première fois "depuis quatre ou cinq ans", même la France a retrouvé une croissance de 1,6%, notamment grâce à une bonne conquête commerciale et des volumes de traitement en hausse dans l'activité déchets, qui a crû de 3,6%.

Quant aux efforts de réduction de coûts, ils ont atteint 302 millions d'euros  en 2018. L'endettement financier "est maîtrisé": "il s'établit à 9.749 millions d'euros après le remboursement de la dette hybride pour un montant de 1.452 millions d'euros en avril 2018", écrit Veolia. Mais "ces chiffres ne prennent pas en compte la cession du solde de la participation de Veolia dans Transdev, le 9 janvier, pour un montant de 340 millions d'euros".

Des perspectives "favorables"

Veolia entame donc 2019 "avec sérénité et confiance", a déclaré Antoine Frérot, cité par l'AFP.

"Nos perspectives demeurent favorables. 2019 devrait ainsi être une nouvelle année de croissance soutenue. Nos objectifs sont donc pleinement confirmés et s'inscrivent, après prise en compte de l'effet des variations de change, dans le haut de la fourchette initialement communiquée", ajoute le PDG dans le communiqué.

Le groupe, qui cite le durcissement des législations nationales en matière de déchets et pollutions parmi les principaux facteurs qui devraient porter sa croissance, vise notamment une performance opérationnelle (Ebitda) entre 3,5 et 3,6 milliards d'euros (à changes constants) et de nouvelles économies de coûts de 220 millions d'euros. Veolia, qui proposera déjà à l'assemblée générale d'avril 2019 une nouvelle hausse du dividende (de 10%) au titre de l'exercice 2018, à 0,92 euro par action, espère faire de même l'année prochaine.

Un nouveau plan stratégique en préparation

2019 sera également l'année de préparation du nouveau plan stratégique 2020-2023, a rappelé Antoine Frérot le 7 février, lors d'une journée consacrée à la presse. Dans cette perspective, le groupe évaluera les activités et géographies actuelles en fonction d'une analyse croisée de leur potentiel de développement et de rentabilité, pour sélectionner celles sur lesquelles miser et celles à éventuellement céder, a-t-il déclaré.

"Le Groupe poursuit une revue régulière de son portefeuille d'actifs et à ce titre, évalue notamment la pertinence du maintien des réseaux de chaleur et de froid aux États-Unis au sein du Groupe", lit-on d'ailleurs dans le communiqué du 21 février.

Lors d'une conférence de presse téléphonique, Antoine Frérot a aussi insisté sur l'objectif du groupe de recentrer progressivement l'activité de Veolia Water Technologies vers la seule vente de technologies, en abandonnant la partie génie civil. "De petites acquisitions ciblées complétant la croissance organique" sont toutefois aussi envisagées dans l'avenir.

Une "raison d'être" en voie de définition

Le groupe, qui en 2018 a "consolidé certaines innovations" (traitement des déchets nucléaires et démantèlement de réacteurs, recyclage des panneaux solairesintelligence artificielle dans le tri) souhaite également continuer sur cette voie, notamment "dans le recyclage des huiles usagées, des solvants, des batteries, du plastique, dans le traitement des micropolluants, dans la valorisation des déchets organiques en protéines", a noté Antoine Frérot le 7 février.

Lire aussi: Comment l'intelligence artificielle peut accélérer la transition circulaire

L'innovation devra concerner aussi l'organisation, via la mise en place d'une approche plus transversale, ainsi que la culture d'entreprise, souhaite néanmoins Antoine Frérot. Le PDG compte notamment faire valider par le Conseil d'administration, puis proposer à l'Assemblée générale en avril, une "raison d'être".

Il s'agit de préciser "en quoi et comment l'entreprise est utile à ceux qui contribuent à son fonctionnement: clients, actionnaires, salariés", a-t-il expliqué.

Si elle constituera une nouvelle base de l'évaluation de la performance du groupe, elle n'impliquera pas pour autant de changement de statuts: "Veolia va rester une société anonyme", a déclaré Antoine Frérot.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2019 à 17:51 :
Notre qualité de l'eau par contre elle s'est nettement dégradée et les prix se sont envolés.

"Une "raison d'être" en voie de définition"

Ouais ben avec tous les sacrifices qu'on fait pour eux on aimerait bien quand même qu'ils se définissent rapidement au moins hein, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :