Hydrogène vert : Ergosup lève 11 millions pour l’industrialisation de petites séries

 |   |  394  mots
L'hydrogène produit par Ergosup convient à la mobilité comme à l'énergie.
L'hydrogène produit par Ergosup convient à la mobilité comme à l'énergie. (Crédits : Air Liquide)
C’est le deuxième tour de table réalisé par la startup française, spécialiste de la production d’hydrogène à partir d’électrolyse de l’eau sous très haute pression, qui se positionne sur le créneau de la production au plus près des usages.

Drones, engins de manutention, bicyclettes ou voitures électriques... Grâce à l'hydrogène décarboné fourni par Ergosup, ces véhicules pourront rouler sans émettre aucun gaz à effet de serre. La startup drômoise a mis au point et fait breveter une technologie unique de production d'hydrogène à partir d'électrolyse de l'eau sous très haute pression, adaptée aussi bien à la mobilité électrique qu'à des utilisations industrielles.

Aujourd'hui, 95% de l'hydrogène est produit à partir d'énergies fossiles, ce qui génère 12 tonnes de CO2 pour chaque tonne d'hydrogène fabriqué, sans compter le transport. Et sur les 5% restant, seuls 0,01% sont produits par électrolyse de l'eau. En ajoutant un sel de zinc à l'eau et en opérant sous haute pression, ce qui évite le recours à des compresseurs, Ergosup est parvenue à rendre compétitive ce procédé habituellement très onéreux, et à proposer des équipements de taille modeste.

Dans un contexte international qui devient de plus en plus dynamique et mobilise aussi bien des industriels que des territoires, le plan hydrogène présenté par Nicolas Hulot en juin dernier (doté de 100 millions d'euros), vise 10% d'hydrogène décarboné en 2023 et 40% en 2028.

Les actionnaires historiques rejoints par de nouveaux investisseurs

Ercosup avait déjà levé 2,7 millions d'euros en 2015, qui lui avait permis de renforcer ses équipes et de déployer un prototype ainsi que plusieurs démonstrateurs.

Cette nouvelle levée de fonds de 11 millions d'euros doit financer la production de petites séries et la commercialisation et permettre de recruter des commerciaux, des chefs de projet et des techniciens.

Séduits par la flexibilité de la technologie qui autorise des applications dans la mobilité, l'industrie, l'alimentation de sites isolés, et plus globalement une gestion décentralisée de l'hydrogène-énergie, les actionnaires historiques Aliad (fonds de capital risque d'Air Liquide), Demeter, Go Capital et Arkéa Capital (filiale du groupe Arkéa) ont ré-investi dans ce deuxième tour de table.

Mais d'autres les ont rejoints, dont APO Ventures, le fonds d'investissement de la région Normandie Participations, et Kouros, qui accompagne dans leur industrialisation startups et PME spécialistes de l'énergie.

Bpifrance, qui accompagne Ergosup depuis qu'en 2014 l'entreprise a été lauréate du concours mondial d'innovation (CMI), investit via le fonds PSIM (programme de soutien à l'innovation majeure) qu'elle gère dans le cadre du Programme investissements d'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :