La centrale de Fessenheim vit ses dernières heures : un crève-coeur pour les salariés, une victoire pour les antinucléaires

 |   |  861  mots
Les habitants craignent un grand trou d'air économique : aucun projet n'est officiellement arrêté pour l'après-Fessenheim.
Les habitants craignent un grand trou d'air économique : aucun projet n'est officiellement arrêté pour l'après-Fessenheim. (Crédits : Reuters)
Après l'arrêt du premier réacteur en février dernier, la plus vieille centrale nucléaire de France cessera définitivement toute activité dans la nuit de ce lundi à ce mardi. Son démantèlement pourra alors commencer.

Clap de fin historique après 43 ans de service: dans la nuit de lundi à mardi, la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim va définitivement cesser de fonctionner avant d'être démantelée. Une victoire pour les antinucléaires mais un crève-coeur pour les salariés et les habitants.

L'opération, similaire à celle qui avait conduit à l'arrêt du premier réacteur le 22 février, doit démarrer ce lundi vers 23h30, avec une baisse progressive de la puissance du second réacteur, selon un porte-parole d'EDF.

Lire aussi : Réveil douloureux à Fessenheim après l'arrêt définitif du réacteur n°1

Une équipe sera en salle de commandes pour faire descendre doucement la puissance nominale de ce réacteur à eau pressurisée (la technologie qui équipe les 56 réacteurs restants du parc français) de 900 mégawatts. Lorsque le réacteur sera descendu à 8% de sa capacité, normalement ce mardi vers 02h00, la centrale sera alors définitivement déconnectée du réseau électrique.

Installée en bordure du Rhin, près de l'Allemagne et de la Suisse, la plus vieille centrale de France cessera pour toujours de produire de l'électricité, point final après des années de remous, de débats et de reports sur son sort.

"Première"

Son démantèlement pourra alors commencer. Il s'annonce long : 15 ans sont prévus pour démonter les deux réacteurs, à commencer par l'évacuation du combustible hautement radioactif qui, selon le calendrier prévu, doit s'achever en 2023.

Le démantèlement proprement dit, inédit en France à cette échelle, devrait débuter à l'horizon 2025 et se poursuivre au moins jusqu'en 2040.

"C'est la première fois qu'une centrale nucléaire à eau pressurisée est arrêtée puis démantelée intégralement", explique un porte-parole d'EDF.

Auparavant, d'autres centrales avaient subi le même sort, comme celle de Brennilis, dans le Finistère, mais elles utilisaient des technologies différentes, précise-t-il.

Victoire pour les antinucléaires français, allemands et suisses, dont certains ont milité pendant des décennies contre Fessenheim, cette fermeture suscite au contraire la colère des salariés de la centrale et de la plupart des 2.500 habitants de la bourgade éponyme.

"On avance inéluctablement vers la fin [...]. Cette situation ressemble à un génocide économique, social et écologique. Courage aux salariés de #Fessenheim", avait tweeté vendredi la CGT de la centrale.

Seuls soixante salariés EDF resteront pour conduire son démantèlement vers 2024. Fin 2017, ils étaient encore 750, auxquels il convenait d'ajouter 300 prestataires.

Quant aux habitants de ce village autrefois modeste, ils ont vécu pendant des décennies grâce aux importantes retombées économiques et fiscales de cette installation et craignent un grand trou d'air économique : aucun projet n'est officiellement arrêté pour l'après-Fessenheim.

Lire aussi : Fessenheim cherche encore la voie de l'après-atome

"À sec"

L'installation d'un technocentre, destiné à devenir un site-pilote de décontamination des métaux faiblement radioactifs ou encore une usine de biocombustible sont bien en projet, avec plusieurs centaines d'emplois à la clé, mais ils ne se concrétiseraient pas avant quelques années.

Fermer la centrale, alors qu'elle "est en bon état de marche et a passé tous les tests de sécurité", est "absurde et incompréhensible", s'énerve le maire Claude Brender.

"Clairement, après la fermeture, on se retrouve complètement à sec et très loin de tout projet de territoire", a également relevé le président de la région Grand Est, Jean Rottner, regrettant une "décision politique" de l'État prise sans avoir prévu d'"outils de remplacement".

Promesse de campagne de François Hollande en 2012, cette fermeture avait été repoussée à maintes reprises, avant d'être actée en avril 2017.

"L'enjeu politique pour le gouvernement, c'était la fermeture de la centrale #nucléaire de #Fessenheim. La promesse de François #Hollande sera donc tenue par Emmanuel #Macron. Pour ce qui est des conséquences de cette décision, l'État y semble toujours indifférent...", a regretté sur Twitter le député du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger (LR).

Comme un clin d'oeil du destin : vendredi matin, le réacteur n°2 a subi un arrêt automatique après un coup de foudre sur des lignes à haute tension proches de la centrale. Il a redémarré sans problème samedi. Il sera de nouveau éteint lundi, trois jours plus tard. Cette fois pour toujours.

Lire aussi : Fessenheim : l'arrêt définitif le 29 juin de la centrale nucléaire pourrait fragiliser la France l'hiver prochain

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 8:11 :
Quel gachis. Tout a fait dans l'illogisme français, se priver d'une ressource, de plus decarbonée, sortir du nucleaire en construisant des epr, ruiner le pays par même pas ideologie, par dogmatisme, ça a la forme des idées, mais c'est creux a l'interieur. Quelle misere.
Réponse de le 30/06/2020 à 10:08 :
Le dogme est au moins aussi puisant du coté du nucléaire, qui est abandonné doucement partout, coute de plus en plus cher et son de plus en plus dur à refroidir par nos rivières ... sans parler des déchets dont notre intelligence supérieur de français n'a trouver que de les glisser sous le tapis en les enfouissant .... les pics de consommations hivernaux en France sont une hérésie due à l'utilisation massive du chauffage électrique, une gabegie, mise en place justement à l'époque ou nos chères centrales tournaient tellement bien qu'il fallait éponger cette surconsommation (les heures creuses aussi sont nées à cet époque) ... en revenant à un chauffage plus classique, en investissant sur la rénovation de nos passoires énergétiques, on n'aura de loin bien moins besoin de cette puissance qui engage les générations futures pour des décennies sans qu'ils en bénéficient ... quel altruisme !
a écrit le 30/06/2020 à 2:13 :
En prévision de cet hiver, sus aux bougies et aux couvertures! Pour les adeptes du tricot, sus aux aiguilles!
a écrit le 29/06/2020 à 22:45 :
Le bilan carbone du nucléaire français est le plus bas de toutes les énergies.

Le bilan sanitaire du nucléaire (le nombre de morts induits, divisés par le nombre de TWh) est le plus bas de toutes les énergies.

Le nucléaire est l’énergie qui nécessite le moins de matières premières et de surface au sol par TWh.

Ne me croyez surtout pas, cherchez les chiffres et vérifiez par vous même...
a écrit le 29/06/2020 à 21:58 :
Elle est dans un état critique, fuyez !
a écrit le 29/06/2020 à 20:49 :
Vive le charbon , une énergie bien polluante. On a raison de supprimer les centrales nucléaires, ce sont les seules qui n'émettent pas de CO 2
a écrit le 29/06/2020 à 19:03 :
Le déclassement des systèmes technologiques est inévitable avec quelque 58 réacteurs si nous déclassons un par an cela fera .... Place à la relève, le scandale est pourquoi il a du retard... Quand au démantèlement il n'y a pas d'urgence la cuve peut rester sur place..
a écrit le 29/06/2020 à 17:14 :
D'un autre côté s’entraîner à démanteler une centrale nucléaire ne peut pas faire de mal. Puis il serait temps d'arrêter ce débat pour ou contre qui ne peut que mener à une impasse afin d'avancer enfin.

Pour ma part je ne suis ni pour ni contre, c'est juste qu'il aurait fallu se concentrer sur des petits réacteurs moins puissants mais sécurisables à 100% afin de les vendre comme des petits pains à des villes et autres exposant ainsi, au lieu de le rabâcher bêtement le démontrer, que c'est une énergie qui correctement gérée ne risquait rien.

Cette fixette de grosses centrales était carrément débile mais comme on l'a vu par la suite une ligne de conduite qu'ils n'ont jamais quitté ne pouvant pas nous rassurer. Maintenant nous avons 56 réacteurs avec lesquels il faut bien faire, les neutraliser complètement étant aussi idiot que vouloir continuer sans les sécuriser à 100%.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :