La reprise mondiale booste les profits des compagnies pétrolières (ExxonMobil, Chevron, TotalEnergies, Shell..)

Les résultats des majors pétrolières américaines au second trimestre dépassent les attentes des analystes grâce au rebond de la demande. La veille, TotalEnergies et Shell affichaient également un retour au profits importants. Néanmoins, ExxonMobil et Chevron n'en profitent pas pour débourser sans compter et restent prudents face aux préoccupations environnementales qui prennent de l'ampleur et à la menace du variant Delta.

3 mn

Au deuxième trimestre, Chevron enregistre son bénéfice le plus élevé de ces six derniers trimestres.
Au deuxième trimestre, Chevron enregistre son bénéfice le plus élevé de ces six derniers trimestres. (Crédits : Mike Blake)

A l'instar de TotalEnergies et Shell, les compagnies pétrolières américaines retrouvent des couleurs. Boostés par une forte demande en Chine, aux Etats-Unis et en Europe, Chevron et Exxon, les deux principaux pétroliers américains, ont en effet renoué avec les gros profits au deuxième trimestre. Toutefois, ils restent prudents sur leurs investissements au moment où les préoccupations environnementales montent en puissance.

Au deuxième trimestre, Chevron a dégagé le bénéfice par action le plus élevé de ces six derniers trimestres, à 1,71 dollar par action (contre $1,59 attendu en moyenne par les analystes selon les données Refinitiv IBES), et Exxon son plus haut profit depuis plus d'un an. Un fort rebond alors qu'à la même période il y a un an, quand les mesures de restriction face au Covid-19 avaient mis sous cloche l'économie, ExxonMobil avait perdu 1,1 milliard de dollars et Chevron 8,3 milliards.

Depuis, la consommation de pétrole et de gaz est repartie au fur et à mesure des campagnes de vaccination dans le monde, et avec elle, les prix de l'or noir. La consommation de carburant a effectivement retrouvé ses niveaux d'avant-crise et celle de gaz naturel a grimpé en flèche en raison des conditions météorologiques. A cela s'ajoute la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de maintenir ses restrictions de production jusqu'en 2022, ce qui maintient le prix du pétrole au-dessus de 70 dollars le baril. Les cours du pétrole évoluent ainsi à des hauteurs inédites depuis des années.

Made with Flourish

Des efforts pour l'environnement

D'autre part, Exxon et Chevron prévoient des dépenses d'investissement plus élevées au cours du second semestre car ils relancent des projets clés, notamment dans le bassin permien aux Etats-Unis, entre le Texas et le Nouveau-Mexique.

Toutefois, Chevron a réduit ses prévisions de dépenses d'investissement annuelles à 13 milliards de dollars contre 14 à 16 milliards de dollars initialement prévus. Poussé, comme tous les grands du secteur, à faire davantage d'efforts pour limiter le changement climatique, Chevron a mis en avant ses activités dans le développement d'énergies renouvelables et à plus faible émission carbone. Chevron a, par exemple, commencé à produire du biocarburant dans sa raffinerie d'El Segundo en Californie et, dans ce même Etat, a installé sa première station de gaz naturel comprimé.

D'autre part, tout comme ses concurrents Royal Dutch Shell, TotalEnergies ou encore Equinor, Chevron a également repris les programmes de rachats d'actions. D'après son directeur général Michael Wirth, ils reprendront ce trimestre à un rythme annuel de 2 à 3 milliards de dollars, soit environ la moitié de ce qui était initialement prévu.

ExxonMobil de son côté a souligné que ses dépenses d'investissement sur l'année, prévues initialement entre 16 et 19 milliards de dollars, devraient s'afficher au bas de la fourchette. La prudence des majors pétrolières étant également liée aux incertitudes autour de la pandémie de Covid-19, selon Stewart Glickman, spécialiste du marché pétrolier au cabinet CFRA.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 31/07/2021 à 9:35
Signaler
"Rebond de la demande" ou déconfinement, ce système économique est chaque jour plus absurde.

à écrit le 31/07/2021 à 2:35
Signaler
TotalBankruptcy endort ses actionnaires avec une hausse du dividende tout en sabotant l'investissement dans sa croissance par des rachats d'actions pour offrir un généreux bonus à son dirigeant complètement démuni face à la crise...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.