TotalEnergies, Shell : les pétroliers renouent avec les milliards de profits

Galvanisé par la reprise économique en Chine, aux Etats-Unis et en Europe et par une offre limitée, le prix du pétrole a progressé de 87,5% en un an. Résultat : les pétroliers Shell et TotalEnergies annoncent des bénéfices en forte hausse, respectivement à 4,8 milliards et 2,2 milliards d'euros. Les actionnaires vont bénéficier de ces performances.

4 mn

TotalEnergies a engrangé un bénéfice net de 2,2 milliards d'euros contre une perte de plus de 8 milliards un an plus tôt.
TotalEnergies a engrangé un bénéfice net de 2,2 milliards d'euros contre une perte de plus de 8 milliards un an plus tôt. (Crédits : BENOIT TESSIER)

Les compagnies pétrolières se portent de nouveau bien. Les premiers résultats du deuxième trimestre 2021 des grandes majors du secteur publiés ce jeudi font état de profits importants. La Royal Dutch Shell - compagnie anglo-néerlandaise - a annoncé jeudi un bénéfice net de 4,8 milliards d'euros au deuxième trimestre 2021, contre une perte pharaonique de plus de 15,1 milliards d'euros à la même période en 2020. Quant au français TotalEnergies, il a engrangé un bénéfice net de 2,2 milliards d'euros contre une perte de plus de 8 milliards un an plus tôt. "TotalEnergies a bénéficié d'un marché du pétrole et du gaz en hausse de respectivement 13% et 28% sur un trimestre", a souligné le PDG Patrick Pouyanné, cité dans un communiqué.

Retour de la demande mondiale

Le secteur a bénéficié de la hausse des prix du pétrole observés depuis plusieurs mois. Le brent est passé en un an de 40 dollars à 74 dollars, une progression d'environ 87,5%, mais un niveau proche de celui avant la crise. La réouverture de l'économie mondiale fin 2020 début 2021, boostée par la reprise chinoise et américaine, puis celle européenne, ont relancé la demande en énergie et dopé le cour. Un autre facteur a pesé sur la hausse des prix. Alors que l'activité économique redémarrait, le volume de l'offre pétrolière mondiale est resté plusieurs semaines incertain, suspendues aux longues discussions entre les membres de l'Opep+. Après s'être déchirés sur les volumes de production, les principaux pays producteurs ont finalement décidé, début juillet, de rouvrir progressivement les vannes en augmentant la production de 400.000 barils par jour, à partir du mois d'août.

Les dirigeants des majors restent toutefois prudents pour les prochains mois, alors que le prix du pétrole devrait stopper sa hausse. Shell pourrait devoir limiter sa production au troisième trimestre du fait des mesures de l'Opep et des contraintes dans les infrastructures. En effet, la recrudescence du Covid-19, notamment liée au variant Delta, risque de ralentir l'économie - et donc l'offre - même si les prévisions de croissance des institutions mondiales restent optimistes. Depuis quelques jours, le prix du pétrole marque le pas, même s'il est reparti légèrement à la hausse ce jeudi, notamment suite à l'annonce par les Etats-Unis de disposer de réserves d'or noir moins importantes que prévues. La demande est aussi soutenue par les déplacements automobiles de la saison estivale.

Avec ces résultats probants, Shell et TotalEnergies vont récompenser leurs actionnaires. Le pétrolier français indique qu'il souhaite "partager les revenus supplémentaires avec ses actionnaires via des rachats d'actions en cas de prix élevés". Pour sa part, l'anglo-hollandais avait été contraint de réduire son dividende au plus fort de la crise sanitaire pour la première fois depuis les années 1940. Cette année, il va ainsi augmenter le montant de son dividende (+38% à 0,24 cts par action par rapport à l'an dernier) et lancer un programme de rachats d'actions de 2 milliards de dollars jusqu'à la fin de l'année. "Nous accélérons les distributions aux actionnaires (...) tout en continuant à investir dans le futur de l'énergie", a déclaré le directeur général Ben van Beurden.

Pression écologique

La transition énergétique vers des sources plus propres s'impose de plus en plus aux pétroliers, notamment sous la pression de petits actionnaires et d'ONG qui n'hésitent pas à attaquer devant la justice les compagnies. La saison des assemblées générale avait été particulièrement dominée par la question climatique chez Chevron, ExxonMobil, Shell et Total. Le tribunal de La Haye avait notamment condamné Shell à réduire drastiquement ses émissions de CO2. Mais cette victoire pour les pourfendeurs des énergies fossiles avait été ensuite contrariée par le plébiscite obtenu par TotalEnergies qui soumettait pour la première fois au vote de ses actionnaires une résolution consultative sur le climat.  Ce "Say on climate" a été remporté haut la main par Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, nouveau nom de la major française pour incarner son virage industriel. La fureur de Reclaim Finance et de Greenpeace qui avaient activé leurs réseaux pour convaincre les grands investisseurs de voter contre a été à la hauteur de leurs espoirs contrariés.

Pour autant, la firme française a l''ambition de devenir "une major de l'énergie verte". Le groupe va investir massivement : renouvelables, technologies de capture et de stockage du CO2, hydrogène... TotalEnergies s'est aussi engagée à ce que le niveau des émissions mondiales dites "scope 3" liées à l'utilisation des produits par ses clients (comme le carburant brûlé dans les voitures ou les avions) soit inférieur en 2030 au niveau de 2015, sans donner toutefois un objectif chiffré.

C'est ainsi que TotalEnergies annonce ce jeudi se séparer de sa participation dans Petrocedeño, une société qui produit, transporte et transforme en brut léger du pétrole extra-lourd de la Ceinture de l'Orénoque, au Venezuela. La participation de 30,32 % sera transférée à la compagnie d'Etat PDVSA ".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/07/2021 à 15:49
Signaler
" Les actionnaires vont bénéficier de ces performances". J'espère bien. Quand mon loyer augmente, c'est toujours bien le propriétaire qui en bénéficie.

à écrit le 29/07/2021 à 13:27
Signaler
" Les actionnaires vont bénéficier de ces performances" UNe belle image résumant la cause de la destruction de l'humanité et du monde.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.